Charles Vanel est né à Rennes en 1892 et décédé le 15 avril 1989 à Cannes (ça ne s’invente pas…). Il aurait eu 120 ans le 21 août 2012. Il fut acteur et réalisateur. Dans la capitale bretonne, il ne fit qu’une brève apparition…

En surfant sur le site des Archives municipales de Rennes, il est possible de consulter l’acte de naissance du grand comédien. On y découvre que Charles Vanel est né d’un père ébéniste (marié en 1891) et originaire d’un autre département. En revanche, sa famille maternelle est Rennaise, bien Rennaise. Les Tardivel et les Morice furent des facteurs de pianos ou encore des luthiers, rue du Champ de Mars et rue du Pré Botté.

La main au collet
La main au collet

A Rennes, le jeune Charles Vanel vécut finalement très peu…mais il passa sa jeunesse pas très loin, à Saint-Malo. De son enfance malouine, on ne sait que très peu de choses. On devine aisément que sa jeunesse fut tournée vers la mer à tel point qu’il envisagea une carrière dans la marine. Il n’en fit rien pour des problèmes de vue et opta pour le grand écran.

Le grand comédien détient le record de longévité du cinéma français. Il tourna son premier long métrage en 1921 et son dernier en 1987, deux ans à peine avant sa mort. Durant plus de 60 ans de carrière, il apparut dans plus de 170 films, dont Le Salaire de la Peur d’Henri-Georges Clouzot (1952) et La Main au Collet avec Grace Kelly.

En Bretagne, il tourna avec Pierre Schoendoerffer à Concarneau le Pêcheur d’Islande, libre adaptation du roman de Pierre Loti. Une rue porte aujourd’hui son nom, à Rennes, dans le quartier de la Poterie et Francisco Ferrer. Elle relie l’avenue George-Henri Rivière à l’avenue du Haut-Sancé.

 

Ses prix :
Meilleure interprétation masculine dans un second rôle, 1981 au David di Donatello Awards pour le film Tre fratellli, meilleure interprétation masculine, 1957 au Festival International de Cinéma (San Sebastian) pour le film Le feu aux poudres, meilleure interprétation masculine, 1954 au Festival international du Film (Karlovy Vary) pour le film Maurizius, Mention Spéciale, 1953 au Festival international du Film (Cannes) pour le film Le salaire de la peur.

 

 

Le Salaire de la peur, avec Charles Vanel.

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom