Une nouvelle publication dans le domaine ultra surchargé de l’art arrive dans les kiosques : le Magazine des Arts. Déception.

À sa couverture proche de l’hideux et à son papier lépreux, on reconnait la patte grossière de Lafont Presse qui édite aussi Le Magazine des Livres et autres publications du même genre. Certes, qu’importe le flacon tant qu’on a l’ivresse !

C’est vrai : bien que franchement laide, la couverture annonce l’essentiel, autrement dit le contenu. Et sur ce point, c’est plutôt une réussite. Clarté et diversité sont au service d’un traitement de l’objet artistique façon melting-pot. Peinture, musique, cinéma, culture s’entourent de débats de bonne qualité.

On retiendra donc un sommaire intéressant, des articles bien rédigés, des sujets solides et variés. La mise en page et l’encadrement sont corrects. En revanche, du côté des visuels, on tutoie l’hideux.

Un magazine à 6€90 à la facture plus que médiocre, au contenu grand public intéressant mais aux visuels affreux dans un segment média déjà chargé – mais qui donc va l’acheter ?

2 Commentaires

  1. En charge désormais et ce depuis le numéro 4 (octobre 2012) du Magazine des Arts, je serai ravie de vous en faire parvenir un exemplaire conçu selon notre nouvelle maquette et notre nouvelle ligne éditoriale. J’espère que vous nous ferez le plaisir d’un commentaire. Où puis-je vous faire parvenir le n° 5 ?

    Merci d’avance et bonne année.

  2. Bonjour monsieur le Redac Chef,
    4 numéros et une nouvelle ligne éditoriale, une nouvelle maquette ? A se demander si l’étude de marché et le recrutement était vraiment prêt au jour J. A 6euros 90, ça limite déjà le public à des personnes exigeantes, alors A 10 euros, prix du numéro 4, on croit réver, même pour un trimestriel.
    Les lecteurs peuvent se faire une idée du numéro 4 ici : http://www.lafontpresse.fr/produit/DetailMagazine?idnum=355
    avec le téléchargement gratuit des 10 premières pages.
    Pour ma part, de ce que j’en entrevois, la couverture ne s’est pas franchement améliorée malgré une accroche plus évidente du titre mais un manque de lisibilité du reste. Le melting pot permet bien d’aborder une diversité de sujet pour le plus curieux des lecteurs et la mise en page intérieure est meilleure même si l’on s’interroge sur la place des reproductions pleine page.
    Mais chez Lafont Presse, on est tellement habitué au médiocre et à la simple publication des dossiers de presse qu’il faut du temps à un bon titre pour se faire une place.

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom