Sur une invitation du Phakt – Centre Culturel Colombier, le Café 420 de La Collective ouvre du 8 janvier au 12 février 2016. L’espace d’exposition va se transformer en un espace de rencontre où le public pourra converser librement avec l’artiste. Présentation du projet.

 

Le Phakt se lance dans la nouvelle année avec un nouveau projet porté par La Collective. Attentive à la question de l’émergence et aux acteurs culturels qui n’ont pas forcément de lieu pour exposer, l’association se veut un soutien et une interface à la vie culturelle rennaise. Les questions autour de l’espace et des flux du public sont au centre de leurs préoccupations.

Mais qu’est-ce que la Collective ? 

Le collectif né en 2011. Issus de formations artistiques, tous les membres se sont retrouvés – comme beaucoup à la sortie d’écoles artistiques (pour ne pas citer que les Beaux-Arts) – sans espace de travail. S’en suit alors la difficulté de s’insérer dans la vie professionnelle… le dur labeur des jeunes diplômés des filières artistiques. En se plaçant dans cette transition, La Collective pose la question de la place de l’artiste et les fondements d’un lieu culturel aujourd’hui. Une problématique qui semble être au centre de l’attention des artistes actuels.

la dînée la collectivePetit retour en arrière avec La Dinée (NDLR : nouvelle édition le vendredi 5 février 2016) en 2012, l’amorçage de la réflexion. Après le constat du caractère souvent stéréotypé de l’art contemporain et d’une vision foisonnante pas représentative pour un sou, l’association s’est placée dans la médiation et a organisé un événement sous forme de dîner pour trente personnes. Pour 15€ (2€ pour l’association / 3€ pour le repas / 10€ mutualisé), les invités ont assisté à une soirée autour de l’art et du microfinancement. Le principe est simple : trois artistes présentent respectivement un projet en cours et à la fin du repas, les invités soutiennent un des projets. La somme mutualisée revient alors au gagnant. C’est ce qu’on appelle le soutien à la création grâce au microfinancement. Une petite sœur, La Goûter, est née peu de temps après, sous la forme d’un Workshop.

Avec le Café 420, l’idée d’un contact direct avec le public revient au galop, dans la continuité de leurs précédentes actions.

Et le Café 420 alors ?…

Rappelons que le nom « Café 420 » se réfère au nom de code des cafés dans les tranchées pendant la guerre… Et oui, ce n’est plus un secret, la culture est crise et avec ce titre, l’association fait référence au paroxysme de la situation de crises où découlent des créations nouvelles. Cependant, que ce soit clair, écrit noir sur blanc, Johanna Rocard explique:

La Collective ne se veut pas revendicative, ce nouveau projet cherche seulement à faire se rencontrer l’associatif avec l’institutionnel dans le but de revisiter, et même de parasiter le lieu d’exposition.

Isabelle Henrion
Isabelle Henrion

Six artistes rennais et une commissaire d’exposition, Isabelle Henrion, ont été invités à travailler pendant 20 jours dans la structure du Phakt. Toutes les semaines, deux artistes présenteront leurs travaux. Toiles, installations sculpturales, objets- tableaux, dessins… sans ligne directrice entre eux, le contenu des expositions sera hétéroclite et accessible à tous. C’est plus une recherche dans la difficulté du déplacement de l’espace de travail de l’artiste et dans le format même de l’exposition qui se joue.

Tour à tour, le binôme de la semaine sera présent cinq heures par jour et aux commandes du bar pendant une heure. Le bar, créé par le Bureau Cosmique est l’élément central du projet. Réalisé de manière à être polyvalent, le meuble va devenir un support et un intermédiaire à la médiation.

D’un côté, un café avec son usage où thé, café, sirop et vin selon l’heure (à boire avec modération bien sûr) seront à la carte. Parallèlement, un meuble long qui parasite l’espace et devient un outil de travail à part entière. Aux oubliettes le comptoir posé dans un angle, le bar du Café 420 promet d’être imposant en repensant le lieu et ses fonctions. À votre service, vous aurez Anna Mermet et Pierre Galopin du 8 au 14 janvier. C’est ensuite au tour de Elisa Guihard et Hélène Leflaive de passer derrière le bar du 14 au 21 janvier avant de laisser la place à Simon Poligné et Anthony Folliard, du 21 au 28 janvier.

Mais attention, les artistes s’empareront totalement du bar pendant ce laps de temps… Donc, si vous n’êtes pas servis, ne soyez pas étonnés ! Des choses beaucoup plus intéressantes vont être au programme néanmoins :

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Entretiens avec les artistes :

Entretiens *1 : Samedi 9 janvier à 18h30
Goûter rencontre avec le binôme 1
Anna Mermet et Pierre Galopin + DJ Set

Entretiens *2 : Jeudi 14 janvier à 18h30
Apéro rencontre avec le binôme 2
Elise GUIHARD et Hélène LEFLAIVE + DJ Set

Entretiens *3 : Jeudi 21 janvier à 18h30
Apéro rencontre avec binôme 3
Simon POLIGNE et Anthony FOLLIARD + DJ Set

WORSHOP :
Ressources juridiques et administratives à destination des artistes et collectifs rennais
Mercredi 3 et jeudi 4 février 2016 de 14h à 19h
Intervenants : Mathilde EHRET-ZOGHI du Centre de ressources arts visuels, La Malterie, Lille.
Grégory JEROME de Central Vapeur, en charge de la formation continue à la HEAR (Haute école d’Art du Rhin)

DISCUSSIONS: 
Etude du contexte d’insertion professionnelle des artistes émergents, avec Caterina PELLIZZER, chercheuse et chargée de mission pour Photo à l’Ouest. Vendredi 5 février 2016 en soirée.

Laisser un commentaire