Incroyable ! Ten Tangerine Tales est le 10e album en 9 ans (sans compter un best of et un live) pour Last Autumn’s Dream. Un groupe de hard-rock glam suédois de plus, me direz vous ? Pas si sûr !

Ten Tangerine Tales de Last Autumn's Dream
Ten Tangerine Tales de Last Autumn’s Dream

Formé en 2002 par le chanteur Mickael Ellandsson et le guitariste Andy Malecek, les deux compères recrutent des anciens de Europe pour débuter ce projet. Aussi retrouve-t-on le bassiste, le batteur et le clavier sur le premier opus éponyme de Last Autum’s Dream en 2003. Ce n’est qu’avec le 2e album, II, que le groupe remplace les anciens Europe, ceux-ci reprenant du service avec leur mythique groupe. Ils accueillent d’anciens membres de Talisman, notamment. Le line-up semble se stabiliser en un quatuor jusqu’à la disparition tragique du bassiste Marcel Jacob en 2009. Le rythme de production ne s’en ressent pourtant pas avec un album par an, voire deux. Cela nous conduit tout naturellement à ce 10e opus :

Le groupe est donc toujours emmené par la voix éraillée de Mikael Erlandsson. Certains penseront que tous leurs albums ne sont pas vraiment d’une grande qualité. Pour ma part, j’aime ce groupe qui offre exactement ce que j’attends d’un groupe de Hard FM : Des compositions remplies de bonnes mélodies, de bons riffs et des refrains entrainants. Même si je le conçois, Last Autumn’s Dream n’est pas vraiment original ; c’est la voix de Mikael Erlandsson qui monte le niveau. Son timbre de voix est un must du genre.

De plus, Last Autumn’s Dream présente ce petit côté Glam dans ses compos. Pour preuve, chaque album nous gratifie d’une petite reprise (voire deux). Last Autumn’s dream aura repris Angel, New England ou encore Wizzard et son « See my baby jive » ! Bref que du bon !
Pour ce nouvel album nous avons droit à un excellent morceau de The Sweet, « Rebel Rouser » issu de l’album Sweet fanny adams (le morceau tombe à pic pour rebooster la fin de l’album). Alors pour ceux qui apprécient le groupe, Last Autumn’s Dream nous offre un album aussi bon que le précédent avec pratiquement aucun titre faible.

Les morceaux les moins intéressants seraient, pour une fois, les ballades qui, bien que sympathiques, ne sont bien transcendantes (mention tout de même à « My final love story »). Mikael Erlandsson nous a déjà concocté de bien meilleures mélodies, mais elles équilibrent néanmoins très bien l’album.

  • « Pickin’up the pieces » qui ouvre l’album est assez appétissant avec un rock FM des plus entrainants.
  • « 2 nd look » est un peu plus original, sur une rythmique basse/batterie efficace, le refrain est bien réussi avec notamment de bons riffs ce qui le place dans la lignée des bons titres du groupe.
  • « For you » appuyé par un piano sonne plus rock made in UK, dans un esprit poppy et assez frais. Le pré-chorus nous remet dans le droit chemin du hard Fm, une réussite.
  • « Preludium-the man I used to be » débute par du violon. Dommage ce n’était que le « preludium », car ensuite le titre garde la barre. C’est plaisant, entrainant, mais sans grande surprise, ça reste malgré tout du Hard FM de Haute volée.
  • « I will see you » et « Lie to my heart (quel break excellent !) sont deux morceaux avec une très bonne ligne mélodique, très agréable, pour les fans du groupe, ils ne trouveront pas grand-chose à dire, c’est du pur Last Autumn’s Dream !

La plupart des compositions se partagent comme d’habitude entre Jamie Borger et Mikael Erlandsson et l’on reconnait maintenant sans effort les morceaux de chacun. On citera aussi Andy Malecek, qui se révèle toujours aussi persuasif dans ses solos.

  • « New york rain » est encore un titre fort, une bonne mélodie dans la lignée des albums solos d’Erlandsson, un titre qui monte creshendo : c’est très bon.
  • « It’s Magic » continue sur la même base, le refrain est heureusement bien amené, car la rythmique fait penser fortement à d’autres titres du groupe.
  • Le groupe termine par « Rebel Rouser » (bonus track) et “My final love song” déjà chroniqué en début d’article.

Au final, on pourra peut-être regretter un vrai titre puissant qui aurait donné davantage de pêche à l’album, un morceau explosif ponctué d’une grande mélodie, le groupe en ayant largement les capacités (ceux d’ailleurs qui achèteront la version sans le bonus track le sentiront davantage).
Mais ne boudons pas notre plaisir : Ce dixième album de Last Autumn’s Dream nous offre un Hard FM de très bonne qualité et mérite largement sa place parmi les autres cd’s du groupe !

ps : J’attend évidemment le prochain avec impatience

Jacques 2Rocks

Un commentaire

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom