Avec les éditeurs d’Elena Ferrante, quelques fans éminents et la voix de son auteure anonyme, le documentaire intitulé La prodigieuse Elena Ferrante développe une radiographie lumineuse de la tétralogie L’amie prodigieuse et de son succès phénoménal.

« Les choses les plus difficiles à raconter sont celles que nous n’arrivons pas nous-mêmes à comprendre. Ceci est à la base de chacun de mes livres. » Elena Ferrante a choisi l’anonymat depuis son premier roman, L’amour harcelant, paru en 1992, et entend s’y tenir. Mais l’auteur(e) de la tétralogie L’amie prodigieuse, best-seller mondial dont le quatrième tome vient de paraître en français chez Gallimard, n’en assume pas moins une parole publique.

ELENA FERRANTE

Elle répond à des interviews et vient même d’accepter de tenir une chronique pour le Guardian, le quotidien britannique. Surtout, en 2016, dans le livre La frantumaglia, un essai présenté comme autobiographique, celle à qui la presse a prêté diverses identités prend la parole pour livrer sa propre analyse de son œuvre, de son inspiration et de son histoire. Dit en voix off avec des extraits de ses romans, ce récit permet ainsi à Elena Ferrante de dialoguer dans ce film avec ses éditeurs italiens, le couple formé par Sandra Ozzola et Sandro Ferri (E/O Edizioni) et d’éminents fans comme son compatriote Roberto Saviano (Gomorra) ou les écrivains américains Elizabeth Strout et Jonathan Franzen, mais aussi avec les réalisateurs italiens qui, tour à tour, se sont emparé de son œuvre – Mario Martone, Roberto Faenza et, aujourd’hui, Saverio Costanzo, qui a commencé à tourner la série L’amie prodigieuse pour HBO et la RAI.

ELENA FERRANTE
Sorti en salles en Italie, le documentaire de Giacomo Durzi offre une radiographie intelligente et sensible de l’un des plus spectaculaires succès de librairie de ces dernières années. Comment un projet de roman est devenu saga, comment les États-Unis, en succombant à la « Ferrante fever » après l’Italie et d’autres pays d’Europe, ont démultiplié l’engouement initial pour en faire un best-seller mondial, et pourquoi L’amie prodigieuse constitue une œuvre littéraire à part entière. Les protagonistes du film, à commencer par Elena Ferrante elle-même et par ses éditeurs, défendent aussi avec ardeur le droit à l’anonymat qu’elle revendique. Un voyage finement mis en scène, au fil des pages et entre les lignes.

La prodigieuse Elena Ferrante, un documentaire de Giacomo Durzi (Italie, 2017, 52mn) – Production : Malia, Rai Cinema. Dates de diffusion : Arte 7 mars 2018 – 22.25 / 10 mars 2018 – 5.35

Crédits photos :
© Lorenzo Ambrosino
© Mara Cerri e Magda Guidi

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom