Dans La part des flammes Gaëlle Nohant célèbre le courage des femmes. Mais qui est Gaëlle Nohant ? Cette romancière est née en 1973 à Paris, de père breton et de mère catalane. Elle est l’aînée parmi trois frères et une sœur. Elle a fait des études de Lettres, a une petite fille et vit actuellement à Lyon. La Part des flammes est son second roman après L’Ancre des rêves paru en 2007 chez Robert Laffont.

 

C’est si rare maintenant quand une femme a du tempérament, que quand une femme en a, on dit que c’est de l’hystérie. (Barbey d’Aurévilly)

Paris, mai 1897. Toutes les dames de l’aristocratie se rendent au Bazar de la Charité, rue Jean Goujon afin de participer à une vente de charité. Parmi elles, la duchesse d’Alençon, petite sœur de l’impératrice Sissi ; elle se donne totalement à cette œuvre de bienfaisance. Elle est entourée de deux femmes peu habituées à cet univers : Violaine de Raezal, veuve au passée sulfureux, rejetée par ses pairs comme par les enfants de son mari et en quête de reconnaissance sociale ; Constance d’Estingel, une jeune fille aux aspirations puissantes au regard de sa foi chrétienne (elle vient de rompre ses fiançailles, confirmant son caractère rebelle à l’égard de ses parents comme des conventions sociales).

Ce 4 mai, un cinématographe, utilisé pour la 1ere fois dans cette enceinte, prend feu. En suit l’embrasement total du Bazar de la Charité. Le piège des flammes se referme : 120 personnes meurent dans d’atroces souffrances – la majorité des victimes étant des femmes. Cette tragédie fait basculer le destin de trois d’entre elles…

Dans La part des flammes Gaëlle Nohant dépeint le Paris de la fin du XIXe siècle à travers l’âme de chaque personnage : la description de l’excès de certains médecins aliénistes, l’obsession de la pureté des filles et, enfin, le monde de la presse en plein essor (que d’illusions perdues !). L’ensemble est rythmé par une aisance d’écriture qui entraîne avec fla part des flammes gaëlle nohantinesse le lecteur dans des réflexions approfondies. Un roman écrit avec une imagination et une vivacité qui favorisent l’appropriation des personnages par le lecteur.

Et la galerie animée par Gaëlle Nohant brosse des portraits réussis. Les personnalités relèvent d’un pertinent mélange de traits romanesques plutôt banals et de singularités bien campés qui confère à chacun une authentique crédibilité. D’orgueilleux chevaliers au grand cœur et à la belle faconde, torturés par de sombres violences enfouies au plus profond de leur coeur ; de nobles dames au passé…honteux, voire sulfureux ; des religieuses au grand coeur…manipulateur ; quelques aristocrates cyniques que leurs failles intimes rendent presque sympathiques… Un talent stylistique et psychologique exceptionnel !

 

La part des flammes Gaëlle Nohant édition Héloïse d’Ormesson, 560 pages, 19 mars 2015, 28,90 €

Gaëlle Nohant sera à Rennes au Café littéraire de Rennes le jeudi 4 juin 2015 à 18h. En attendant, vous pouvez trouver ce livre directement au Forum du Livre ou le commander sur le site de la librairie.

Un commentaire

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom