On l’appelait jadis la gendarmerie Rennes Nord. Aujourd’hui, ses bâtiments abritent encore quelques services de la maréchaussée, dont la brigade de recherches et des logements. Idéalement situés au centre de Rennes, ils pourraient retomber dans l’escarcelle de la ville, propriétaire du site.

Chez les gendarmes, on ne cause pas, mais pas du tout. Mais sous le manteau, on a parfois le droit à quelques confidences. Sujet du jour chez la grande muette : l’avenir de leurs locaux de la rue du Général Maurice Guillaudot et de la rue de la Borderie. « Dans le cadre de la révision générale des politiques publiques, nous évoquons de plus en plus le départ de notre gendarmerie, » assure un militaire. « Le bâtiment serait redonné à son propriétaire, car nous n’en sommes que les locataires. »

« Un déménagement pour bientôt »

Mais qui en est justement le destinataire ? Aussi étonnant que cela puisse paraître : la ville de Rennes en est l’heureux bénéficiaire depuis sa construction. En 1846, un premier ensemble a été construit par l’architecte départemental Léon Couetoux dont il ne subsiste que le corps de logis et les anciennes écuries. La caserne a été par la suite agrandie d’un second corps de logis, en 1928, édifié sur les plans de l’architecte Emmanuel Le Ray.
Loin d’être réalisée, l’opération de vente laisse toutefois un point d’interrogation : le devenir de tels bâtiments dans le coeur de Rennes. Nul doute que des promoteurs immobiliers convoiteraient les édifices…pour en faire très certainement une résidence de luxe, avec portail d’entrée fermé à double tour.

Jean-Christophe Collet

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom