La ville de Rennes présente projet immobilier sur projet immobilier. Tant mieux pour l’essor de la capitale bretonne. Mais cette… frénésie… en inquiète plus d’un.

 

Mais que se passe-t-il dans la capitale bretonne ? Il n’est pas un jour dans les colonnes du journal Ouest-France ou sur le site Internet du Mensuel de Rennes sans que l’on ait le droit à la présentation d’un projet immobilier. Ce mercredi 23 novembre, le quotidien revenait sur la construction du Resto d’O, au pied du prochain immeuble de Jean Nouvel. Depuis quelques semaines, il était aussi question de la prochaine tour de la gare, de l’aménagement du Mail François Mitterrand, de la deuxième ligne de Métro, du front bâti de la rue de l’Alma, du quartier de la Courrouze, de la cité internationale, de la cité des congrès… Non sans oublier l’aménagement des cimetières (c’est plus pittoresque, admettons-le). Bref, ça communique !…

On sait depuis peu que les journalistes d’Ouest-France de la locale rennaise ont passé la surmultipliée… Disons-le clairement : ils bossent plus que de raison pour contrer les velléités concurrentielles du Mensuel de Rennes. Mais bon on a du mal à imaginer que nos plumes rennaises soient à l’origine du buzz immobilier provoqué… par la municipalité. « Ce sont des projets qui étaient dans les cartons, » explique Erwan, un architecte. « Ils ressortent aujourd’hui. » Surprise ! Mais de là à imaginer le fruit du hasard dans la présentation frénétique de projets urbains, on a du mal à franchir le pas.

Daniel Delaveau et son adjoint chargé de l’urbanisme communiquent en âme et conscience… Preuve en est, ces expos qui fleurissent ici et là dans la ville. Mais quelle mouche les pique ? Informer le public, c’est certain. Marquer leur empreinte et prévoir leur réélection, c’est encore certain. Faire de Rennes une métropole (il serait temps !), c’est aussi certain. Les raisons sont à l’évidence multiples. Bruno Chavanat (UMP), qui se verrait bien maire de Rennes (mais l’adhésion du centre droit chrétien tarde à venir…), a beau gesticuler et crier avec les loups : « Attention, notre ville va devenir Saint-Jacques. » Il est évidemment débordé par cette frénésie. Il peut difficilement rester « zen »… Mais convenons-en, la ville de Rennes déborde d’énergie. Il ne faudrait pas que cela soit contre-productif et apparaisse aux yeux des Rennais bien suspect.

*

A Rennes La frénésie immobilière de Daniel Delaveau > Est-ce un peu trop ? 

Animula blandula vagula : Âme de diaphane intimité, hôtesse et compagne de mon corps, tu verses vers des lieux délavés, escarpés et dénudés, où ne résonnent tes jeux d’esprit…

2 Commentaires

  1. Des contructions en veux-tu en voila (surtout des bureaux, appartement HLM en grande quantité et infrastructures avec gare et métro) mais je remarque pas de « frénésie » destinée à la culture ou au tourisme urbain. Après l’échec évident du FRAC qui s’est perdu à beauregard (quelle idée!!), il serait tant de donner une nouvelle dynmaique et visibilité à la ville de Rennes (car je dis bien ville et non métropole) qui ronronne localement depuis de nombreuses années. Contrairement à Nantes qui est pour le coup une vraie métropole française et européenne, Rennes assume son rôle de ville non touristique et préfère se ranger vers le numérique, les étudiants…et c’est tout !

    Nantes redynamise ses quais (bars, restau, boites, machines, spectacle et concert) alors que Rennes ne construit que des logements en face des quais (St-cyr, papeterie etc.). Nantes embellit son centre (éclairage façaces, nouveaux revêtements, secteurs piétons, espaces verts, nouvelles places avec fontaines, etc) tandis que Rennes bétonne son centre et reste avec sa place du parlement grise et ensablée ou ses maisons à pants de bois abîmées . Nantes a tout ce qu’il faut niveau musiques actuelles ou musées et Rennes manque de tout. A Nantes, il faut maintenir le cap. A Rennes, il faut changer de cap et commencer par qualifier cette frénésie au lieu de quantifier à tout prix et moins penser logement (courrouze, viasilva, plaine de baud !) Pensons à valoriser tout le centre, à mettre des hotels de luxe, à diversifier la culture avec une remise en question certaine, a construire une vrai grande salle pour la ville (sport, musique). La construction d’un nouveau centre-ville, d’un centre des congrès part dans cette optique.

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom