Einstein : Dieu ne joue pas aux dés !
Bohr : Einstein, cessez de dire à Dieu ce qu’il doit faire !

Il y a deux personnes, voire trois (et qui sait, plus ?) dans cet auteur portugais né au Mozambique : présentateur vedette de la télé au Portugal, universitaire et romancier à succès, il vient de publier « La clef de Salomon », aux éditions Hervé Chopin. Rencontre avec l’auteur de la Formule de Dieu qui avait fait polémique…

 

Tout juste débarqué du train à la gare de Rennes, sa première préoccupation est de manger une crêpe – ce qui nous le rend d’emblée sympathique ! La crainte de se retrouver avec un journaliste genre PPDA s’évanouit aussitôt. Ouf ! Mais qui avons-nous devant nous ? Quelqu’un qui marche dans les pas de Fernando Pessoa ou de Paulo Coelho ?

« Ni l’un, ni l’autre » assure Jose Rodrigues dos Santos, je suis juste un homme passionné par les sciences et qui les introduit dans des polars à connotation philosophique, avec un désir de répondre aux questions existentielles. Qui sommes-nous, d’où venons-nous ? Où allons-nous ? Et Dieu dans tout çà ? Et aussi, ce que nous voyons est-il bien réel ? En science, la vérité est contre-intuitive. Mais elle n’existe pas sans nous. Ce grand débat autour de la nature de la réalité a commencé en 1927 à Bruxelles, avec le savant danois Niels Bohr. Les bouddhistes eux, estiment que la vie n’est qu’un rêve. Dans l’Ultime secret du Christ, j’ai utilisé les découvertes de scientifiques sur la relation sciences et Dieu ». Dans sa majorité, la communauté scientifique déteste çà. L’Église aussi. Le clergé portugais, choqué à la publication de mon livre, a imposé une homélie en réaction lors de la messe dominicale ! »

La clé de Salomon
La clé de Salomon de Jose rodrigues dos santos

Le grand fautif et la dernière grande énigme de la science sont le cerveau humain. « Comment se fait-il que ses cellules cérébrales, prises isolément soient incapables de produire une pensée, mais engendrent des choses aussi fantastiques que l’imagination, le rêve, les sentiments d’amour et d’amitié, les idées de beauté, de justice et de liberté, ainsi que la notion du moi intérieur ? » Pour Jose Rodrigues dos Santos, la réponse est évidente : l’âme existe. L’expérience vécue de NDE (near death experience) par sa mère a enfoncé le clou. Son écriture journalistique (qu’il enseigne à l’université) lui permet d’exprimer de façon claire ses théories et de les associer dans une fiction où on retrouve Tomas Noronha le célèbre cryptologue, sa belle fiancée et Frank Bellamy le directeur des sciences de la CIA. Enfin, pas longtemps pour ce dernier, car il meurt dès le début (dans un accélérateur de particules du CERN) … avec dans sa main un papier affirmant que Noronha serait « la clé ». Ni une, ni Dieu, les enquêteurs de la CIA en déduisent qu’il est le meurtrier !

De ce postulat simplement horripilant démarre l’intrigue et la fuite de Tomas Noronha pour trouver le véritable meurtrier et mettre la main sur un projet top secret surnommé « L’Oeil quantique ». Dans une quête effrénée, il sera ainsi amené à convoquer tous les plus physiciens du XXe siècle : Einstein, bien sûr, mais aussi et surtout ses plus grands détracteurs. Cette passionnante enquête va l’amener à sauver sa peau tout en essayant de comprendre un immense mystère scientifique. C’est un peu le problème avec ce roman. Certains critiques reprochent à Jose Rodrigues dos Santos de se servir de sa (bonne) plume pour étaler sa science. Ne vous laissez donc pas rebuter par l’épaisseur du livre (510 pages). Vous pouvez sans souci sauter les longues démonstrations scientifiques (authentiques) sans perdre une miette de ce haletant thriller.

La clé de Salomon Jose Rodrigues dos Santos, (traduit du portugais par Adelino Pereira), éditions Hervé Chopin, mai 2014, 22 €.

mc.biet [@] unidivers .fr Architecte de formation, Marie-Christine Biet a fait le tour du monde avant de revenir à Rennes où elle a travaillé à la radio, presse écrite et télé. Elle se consacre actuellement à l’écriture (presse et édition), à l’enseignement (culture générale à l’ESRA, journalisme à Rennes 2) et au conseil artistique. Elle a été présidente du Club de la Presse de Rennes.

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom