Attendu comme le messie de la pop électro par la presse locale, Kwes a fait un flop. Le Londonien est resté dans les starting-blocks, embrumé dans une musique vaporeuse. Sa voix légèrement enrouée est pourtant envoûtante et aérienne. Mais elle n’a pas enveloppé les Trans d’un halo ensorcelant. C’était beau, mais trop beau. À aucun moment, il a emporté le public présent dans son univers, sauf peut-être à quelques rares exceptions près. Pas de bis repetita pour ses arrangements musicaux et des deux musiciennes (peut-être un peu jeunes!), ni même pour sa pop. mélodieuses… tel un champignon hallucinogène dégonflé, il a trouvé un public de la Cité peu réceptif et friand de ses compositions. Il reviendra peut-être !

Jean-Christophe Collet

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom