jean-françois copé, transparence, loréal

Le président de l’UMP, Jean-François Copé, accusé par Le Point d’avoir favorisé des proches avec l’argent de l’UMP, a contre-attaqué lundi en promettant de dévoiler les comptes de l’UMP depuis 2007 en échange… d’une même « transparence » des autres partis et des médias. Il a ainsi conditionné cette publication à l’adoption de deux propositions de loi qu’il déposera à la reprise des travaux parlementaires début avril 2014.

Reste que tous les acteurs politiques, Jean-François Copé en tête, savent très bien que cette Glasnost à la française ne peut aboutir étant donné la gravité du clientélisme et du favoritisme qui minent les partis politiques à l’échelon national et local depuis des décennies. Quelques veaux vont-ils croire que Jean-François Copé est de bonne foi ? C’est possible. Rappelons-nous il y a quinze ans : les communistes français ont bien cru leur leader maximoff, Robert Hue, quand il déclarait que le Parti communiste et son château de la place du Colonel-Fabien n’avaient jamais vécu que grâce à l’argent récolté lors de la vente du muguet le 1er mai. L’humour politique, une force française de l’intérieur !… 

Bref, la transparence et ces deux propositions de loi sont déjà à l’image du cumul des mandats : enterrées vivantes.

Nicolas Roberti

 

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom