J’aime pas Noël.

Déjà, plus d’un mois avant la date fatidique, le monde s’active. Les magasins bruissent de préparatifs, se parent de guirlandes multicolores au goût douteux. Les gens s’affolent, la course aux cadeaux commence. C’est à celui qui offrira le plus beau, le plus cher, le plus inédit. On se creuse la cervelle pour faire plaisir, et cela devient un pensum, cette liste de cadeaux. Quelque chose qu’on inscrit tout en haut de sa to do list en espérant en avoir fini au plus vite.

J’aime pas Noël.

Ni ces enfants qui ne se rendent pas compte de la valeur des choses et qui vous tendent des listes à faire une syncope : 399 euros, mais non, mon chéri, ce n’est pas du tout trop cher pour t’abrutir et te liquéfier le cerveau devant des jeux électroniques violents qui t’empêcheront de rêver et en plus risquent de te rendre épileptique !

J’aime pas Noël.

Et pas non plus ces pauvres gens qui sonnent à votre porte et réclament une pièce ou vendent d’affreuses cartes de vœux peintes avec les pieds – c’est le cas de le dire ! – et à qui on a du mal à dire non parce qu’en plus ils ont le don de nous culpabiliser (« soyez généreux, c’est Noël ! »).

J’aime pas Noël.

Et je déteste les médias qui font appel à notre bon cœur pour secourir les plus démunis, qui certes souffrent de l’hiver, mais auraient sans doute bien besoin de notre aide toute l’année. Ils en profitent sous prétexte de fêtes pour passer sous silence les problèmes divers, économiques, sociaux qui minent notre société.

J’aime pas Noël.

Ni les 4 kilos que je vais prendre en 3 jours. Les repas de famille qui durent des heures, dont on ressort aussi ballonné par tout ce qu’on a ingurgité en graisses et alcool que par les propos des uns et des autres, dégoulinants d’hypocrisie. Foie gras, dinde, marron et bûche… et vous reprendrez bien un p’tit chocolat pour faire glisser tout ça ? Avec une bonne dose de critiques implicites sur (cocher la bonne case) : l’éducation de vos enfants – la tenue de votre maison – votre relation avec votre conjoint/votre belle-mère/votre belle-sœur – les kilos que vous avez en trop – votre travail (sur lequel personne ne vous a jamais rien demandé, vous avez un métier, vous ?) – vos projets de vacances – votre compte en banque – l’héritage…

J’aime pas Noël.

Ni les non chrétiens qui célèbrent cette fête religieuse sans en connaître le sens et sont les premiers à installer une crèche et à réclamer une après-midi de RTT pour préparer le réveillon. Et les soi-disant cathos qui se pressent à la messe, une fois n’est pas coutume, pour bien se faire voir des voisins…

J’aime pas Noël.

Ni les marchés de Noël qui depuis quelques années pullulent dans le moindre bled sous prétexte de tradition, avec des cahutes en bois qui vendent des trucs moches, superflus à des prix rédhibitoires. Bon, mais comme j’aime le vin chaud, je me console.

J’aime pas Noël

Et cette horrible expression : « C’est les fêtes ! » qui voudrait faire passer la pilule pour tout et n’importe quoi. Et en plus, grammaticalement incorrecte…

J’aime Noël.

Mais Noël, c’est aussi les yeux brillants d’un enfant devant une vitrine décorée, ce sont ces inconnus qui vous sourient dans la rue et vous lancent un sonore « joyeux Noël ! » ou encore la gaité d’un repas partagé avec ceux que vous aimez. Noël, c’est le sapin que vous décorez avec vos enfants, la crèche que vous inventez, chaque année différente, en mettant en scène Playmobil, Lego ou Barbie. Noël, ce sont les intentions de ceux qui ont réellement cherché à vous faire un cadeau qui vous comble de joie, les cartes que vous recevez et que vous affichez sur le miroir du salon, d’amis que vous n’avez pas vus depuis longtemps, mais qui pensent toujours à vous. Ce sont aussi les chants joyeux à la messe, le vin chaud partagé dans le froid en soufflant sur son gobelet, les lumières de la ville et la grande roue qui vous fait voir le monde d’en haut. À Noël, il y a des marrons chauds qui brûlent un peu les doigts, des enfants qui trépignent pour ouvrir les cadeaux, et vous qui fondez de fierté en ouvrant ceux de vos enfants, qu’ils ont fabriqués eux-mêmes en grand secret (en utilisant 12 rouleaux de scotch et 3 rouleaux de papier cadeau !). Noël, c’est malgré tout magique…

Joyeux Noël à tous et toutes !

marché de noël
marché de noël 2015

5 Commentaires

  1. J’aime pas Noël. Une obligation qui toure autour de dépenses inconsidérées. Les enfants se moquent de leur cadeaux.il n’y a que les parents pour s’extasier.
    Et ces repas de famille où tout le monde s’ennuie et qui finissent toujours mal.
    J’aime pas Noël. ……….

Laisser un commentaire