Au nouveau Centre bouddhiste de Rennes, 7, rue des Veyettes, le lama Drubpön Ngawang Tenzin donnera une introduction au bouddhisme à 20h30.

Drubpön Ngawang Tenzin, maître de retraite.
Une courte biographie de Drubpön Ngawang par Sa Sainteté Gyalwang Drukpa.

Dans ma présentation de Drubpön Ngawang, que vous pouvez trouver sur le site internet de Drukpa Plouray, j’ai écrit une courte introduction sur lui, que j’aimerais répéter ici, après avoir changé son nom de Lama Ngawang en Drubpön Ngawang. Cette courte description de la vie et des activités de Drubpön Ngawang a été écrite par moi pour la publier sur le site internet et n’est en aucun cas un compte rendu exhaustif de sa vie car il y a d’innombrables choses que je pourrais dire à son sujet tirées de ma vie passée avec lui, mais je ne voudrais pas fatiguer vos yeux. J’ai écrit ceci pour informer les gens et susciter leur motivation authentique à être de bons pratiquants du dharma pour oeuvrer au bien de tous les êtres.

Les ancêtres de Drubpön Ngawang étaient tous d’excellents pratiquants et certains d’entre eux étaient même des maîtres réalisés du Dzogchen au Bhoutan, le pays qui a encore la bonne fortune de détenir la grâce de Gourou Padmasambhava. De plus, sa lignée familiale a la grande réputation d’inclure des personnages héroïques à bien des égards. En ce qui concerne Drubpön Ngawang lui-même, Sa Sainteté Dudjom Rinpoché avait dit à son père que son fils devrait être confié à Thuksey Rinpoché, et je pense que c’était très significatif car Sa Sainteté avait vu que ses activités seraient bénéfiques à de nombreux êtres. Comme chacun peut le voir, Drubpön Ngawang est une grande aide pour les maîtres dont il a reçu les enseignements. Ceci signifie qu’il a développé et est lui-même développé brillement dans sa pratique. Il n’a aucun intérêt à montrer ou à parler de sa réalisation ni de quoi que ce soit sur ses propres qualités spirituelles positives. C’est en soi une grande qualité selon ma compréhension, car, malheureusement, nous pouvons aisément être trompé par certains maîtres inauthentiques qui ont beaucoup de belles choses à dire sur eux-mêmes. La seule manière fiable de juger un lama est au regard de ses pratiques morales authentiques, de sa dévotion au gourou, de sa simplicité de vie et de son habileté dans les relations avec les autres. On devrait prendre son temps, je pense, pour s’assurer si les qualités des lamas sont vraiment positives ou négatives.

Nous appelons Drubpön Ngawang, « Ngawang Chenpo », car « Chenpo » veut dire grand en tibétain. Je me souviens que même quand il avait près de dix ans, il était assez grand. Il avait un corps élancé et le beau visage rond qu’il a encore maintenant. C’est son apparence, de toute façon, mais je pense qu’il a un immense espace intérieur, qui, quand il était plus jeune, lui a permis le temps merveilleux qu’il a passé avec son gourou, le regretté Thuksey Rinpoché. Il l’a servi nuit et jour pendant plus de 15 ans. On ne peut soupçonner combien il est dur, émotionnellement et physiquement, de servir de façon authentique un maître traditionnel, à moins d’avoir lu la vie de Marpa, de Milarépa ou la biographie d’autres maîtres authentiques. C’est très rare, et seulement des personnes vraiment fortunées peuvent servir avec joie leur maître à plein temps, sans un jour de repos ni une faille de doute comme le fit Ngawang ! Il est vrai que beaucoup d’entre nous avons la lubie de servir un maître d’après quelque image romantique créée dans l’esprit temporel. Cependant, cette romance particulière est difficile à réaliser pour la plupart du commun des êtres. J’en ai vu beaucoup avoir un gros problème dans la tête après avoir eu la fortune de servir leur maître et suite à cela, s’ils sont assez intelligents, ils vont se retirer. Sinon ils vont être brûlés par leur vision impure du maître et leur doute en les enseignements. Ils vont regarder de haut leurs amis du dharma et alimenter l’orgueil spécial d’être une personne spéciale. Comme résultat de cet impact négatif, les activités du maître vont être perturbées et les êtres ne vont pas en bénéficier comme le maître l’avait planifié.

C’est pourquoi je dirais que l’on doit être spécialement fortuné comme Drubpön Ngawang pour avoir accompli un tel service sans difficulté aucune dans son esprit. Je peux être le seul témoin, si vous voulez, de cette positivité de vie avec notre gourou. Sa tolérance, simplicité, compréhension, et diligence à accomplir chaque jour les souhaits du maître sans aucune question, me le font réellement apprécier beaucoup. Pas seulement cela, il a accompli la même somme de bienfaits qu’en dix pratiques préliminaires par le service authentique qu’il a offert a son maître. C’est pourquoi il fut l’une des premières et très rares personnes à qui j’ai enseigné de hautes pratiques tantriques. Je n’ai eu aucun doute à lui enseigner quoi que ce soit. Il a fait aussi tout ce qu’on lui demandait de faire parfaitement avec une dévotion dirigée en un seul point. En fait il m’avait été dit par notre grand gourou, le regretté Thuksey Rinpoché, comme l’une de ses instructions juste quelques mois avant qu’il ne quitte son corps, de le prendre comme mon étudiant et de le guider dans la méditation, avec la prophétie supplémentaire « Ngawang ne va jamais vous trahir et va, je l’espère, vous servir continuellement comme il l’a fait pour moi ». Plus tard il me pria : « N’oubliez pas de le garder en votre amour ». Ayant cela à l’esprit, j’ai une grande confiance en son aide, pour moi et mes activités, à diriger les centres et guider mes autres disciples qui ont besoin d’un support spirituel.

Je voudrais demander à tous ceux qui me soutiennent de nombreuses manières de soutenir Drubpön Ngawang dans toutes ses entreprises. Puissent tous ses souhaits s’accomplir selon la vérité !

Sa Sainteté Le Douzième Gyalwang Drukpa

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom