A Rennes, sous les grandes halles, il y a les fromagers, les bouchers, le boucher chevalin, les vendeurs de fruits et légumes… En revanche, peu de promeneurs prêtent attention aux viviers où barbotent les homards et autres tourteaux. Ils sont nos copains pourtant….

 

Depuis que la poissonnerie La Mouette a fermé ses portes rue Saint-Hélier, difficile de trouver du poisson de qualité dans le centre-ville de Rennes. Heureusement, il reste encore une adresse courue par les vieux Rennais et Rennaises : Les halles centrales. Dans ce temple de la bonne bouffe où l’entendrait presque la voix de Jean-Pierre Coffe, les poissonniers sont encore deux. Sur leurs étals, l’arrivée du jour attire le chaland, bien souvent des retraités à la tête blanche de souvenirs. Elevés à la fin de la Guerre, ils ont le portefeuille bien rempli et une attirance certaine pour les Saint-Jacques.

Bien souvent encombrés par leurs cabas, nos cheveux blancs jettent peu de regard sur les viviers des Halles. Tant pis pour eux… Ces sauvoirs, au nombre de quatre, font en revanche le bonheur des enfants. Les homards bleus de Chausey, les araignées de Saint-Malo et les tourteaux de nulle part intriguent nos chères têtes blondes aux yeux devenus soudainement globuleux. Par mimétisme sans doute… Il est dommage toutefois que les bacs soient un peu hauts. Mais finalement, on se dit que ce n’est pas si mal pour les petites menottes de Pierre, Paul, Jean et leurs petits copains.

Car ces petites bêtes sont dangereuses. Il faut du doigté et de l’expérience pour éviter le coup de pince. Laissons donc aux poissonniers le soin de les manipuler et observons longuement nos amis les crustacés. Ils ont la fâcheuse habitude de se camoufler derrière leurs congénères. A croire qu’ils trouvent notre faciès bien laid, immonde et terriblement humain dès qu’on les observe du coin de l’œil.

Fort heureusement, crabes et autres homards retrouvent leur sérénité dès le soir venu. On dit qu’ils s’en donnent alors à cœur joie sous les halles. On dit même que l’on entend des « clacs, clacs » surprenants. Ces bruits étranges proviennent sans aucun doute de la marche des tourteaux sur le carrelage de notre marché couvert. J’en pince décidément pour le homard et les crabes.

*

Insolite : J’en pince pour le homard des Halles Rennes

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom