I’M FROM RENNES 2019. BOUILLON DE MUSIQUE DU 13 AU 22 SEPTEMBRE

i'm from rennes

Découvrez le programme de I’m from Rennes, la rentrée de la scène rennaise qui aura lieu du 13 au 22 septembre 2019. 10 Jours, 40 groupes, 20 lieux. L’équipe du festival I’m from Rennes vous a concocté une 8e édition rythmée par une programmation exigeante, créative et accessible. En extérieur ou en intérieur, de jour comme de nuit : rock, électro, pop et même métal côtoieront de l’improvisation théâtrale et du miam-miam musical.

Vendredi 13 septembre

Concert aux Champs Libres
Le pôle Musiques de la bibliothèque des Champs Libres s’associe une nouvelle fois au festival pour son rendez-vous mensuel de concerts, d’écoutes et de rencontres autour de la scène locale pour celles et ceux piqué.es par la “curiosité du son” !
► Médiathèque des Champs Libres / Les Rendez-vous Muzik / Gratuit

James Eleganz – Folk Rock
Passé de Success au songwriting, James Eleganz nourrit la livraison «The Only One» d’une érudition musicale et littéraire éclairée à la flamme de la production de Toby Dammit (Bad Seeds, Iggy Pop), où le récit prolonge la délectable noirceur des recherches de Nick Cave ou Townes Van Zandt.

Soirée “Vendredi 13”
L’édition 2019 innove avec un puissant Vendredi 13 en soirée d’ouverture, consacré aux musiques extrêmes. Ambiance thrash metal, death metal et hard rock à l’Étage du Liberté, avec la complicité de Garmonbozia et Overcome Records.
► L’Etage / 6 – 12 – 15 euros

Voight Kampff – Thrash
Formé en 2010 par d’anciens membres actifs de la scène Métal/Hardcore rennaise, Voight Kampff est un groupe de techno-thrash originaire de Quimper s’inspirant des écrits et de l’univers de Philip K.Dick.
Leur premier album «More Human Than Human», paru en 2012, leur ouvrit les portes de grands festivals. En 2018 leur second album
«Substance Rêve» les propulse quelques mois plus tard sur la scène Altar du Hellfest. Après près d’un an de silence dû à la disparition tragique de leur guitariste Mathieu Broquerie, le groupe est de retour sur scène.
Photo : DR

Mantra – Métal Progressif
Au croisement de rythmes chamaniques et d’ambiances profondes, Mantra alterne équitablement entre la frénésie du métal et la patience du rock progressif. Le quatuor utilise le pouvoir du son sur l’âme et la chair pour fournir une musique hypnotique et transcendante. Les compositions de Mantra se veulent subtiles et chamaniques : l’oeuvre est pensée tant au niveau sonore que visuel : sur scène, la composition millimétrée est sublimée au cours d’un rituel musical mystique agrémenté de visualisations fractales.
Photo : Misa Isobel

Cadaveric Fumes – Death Métal
Le groupe se fait connaître dans l’underground international grâce à sa première démo K7 “Macabre Exaltation” (2012) qui se verra rééditée en vinyle l’année suivante chez les Suédois de Blood Harvest Records.
Cadaveric Fumes est invité au prestigieux festival Kill-Town DeathFest à Copenhague ainsi qu’au Wolf Throne Festival à Paris, et affirme ainsi sa place comme l’un des groupes prometteurs de sa génération.
Photo : Guillaume Magré Guilberto

Entertain The Terror – Hardcore Death
Des lyrics engagés sur un mix de mosh part et de blast beat dans la veine de Xibalba, No zodiac ou encore Nails. ETT a déjà à son actif un EP 7 titres ainsi qu’un split CD avec le groupe américain Penitentiary sorti sur le label indonésien Diorama Records.
Photo : DR

Hard Mind – Hardcore
Hardmind c’est 4 passionnés et activistes de la scène hardcore/punk rennaise et nantaise. Prônant un hardcore au message clair et engagé, pas de quartier. Beaucoup de concerts à travers la France et 3 tournées européennes leur forgent une solide performance scénique et n’épargnent personne. Le groupe s’agrandit courant 2018 avec l’arrivée d’un cinquième membre, qui leur permet d’évoluer maintenant avec deux guitares. Après 2 EPs, un nouvel album est prévu pour 2019.
Photo : DR

Les groupes Fange (Harsh & Sludgy Death) et Hexecutor (Trash Metal) sont également programmés pour cette soirée.

Samedi 14 septembre

Week-end “Biergarten” (part I)
Le festival prolonge l’été avec un nouveau week-end Biergarten. Cette année, le rendez-vous est au Parc Saint-Cyr, qui a retrouvé une nouvelle jeunesse après plus d’un an de travaux, pour découvrir la qualité des brasseries artisanales locales au son des concerts ou sous le chapiteau de la Prairie du parc.
► Parc Saint-Cyr / Gratuit

People from The Wind – Raw Psych/Pop
People from The Wind explore l’univers du rock psyché. Leurs mélodies lumineuses et aérées nous entraînent dans un tourbillon musical anachronique aux diverses influences savamment dosées.
Avec une nonchalance feinte, ils aiment brouiller les pistes sur certains morceaux afin de garder une identité propre.
Photo : Sarah Michel

Periods – Synth Punk
Periods risque de faire sensation. Ovaires et contre tou·te·s, le trio féminin décoche une synthwave mi-punk mi-litante diablement efficace. Leur musique nous plonge dans un tourbillon moite et addictif, entrecoupé de parenthèses plus « pop » mais toujours rythmées. Fermez les yeux. Trois, deux, une… Dansez !
Photo : Raw Journey

Carambolage – Post Punk & Rock’n’Roll
Gare à la collision, voilà Carambolage ! Un Bruxellois et quelques membres de Kaviar Special dégainent la boîte à rythme et les synthés cradingues pour jouer un garage punk déconnant et vénère.
Sales manières et bonne humeur seront au rendez-vous !
Photo : Romain Dpls

Guadal Tejaz – Krautrage Punk >
Zozo Noiz Recette du Chili Con Carnage pour 4 personnes :
500g de krautrock, 200g de bruit, un bon punk émincé, 175g de fuzz pelée au naturel et 66 c.a.c de sauce Guadal (muy picoso !)
Faites revenir le tout dans beaucoup de gras, saupoudrez de peyotl. C’est prêt, vous allez déguster.
Photo : Titouan Massé

Amablanc – Post Rock
Amablanc puise tout à la fois dans la cold wave, le shoegaze et la noise pop. Des limbes de guitares émergent de limpides mélodies qui transpirent la mélancolie et le désenchantement, le tout sur fond de percussions minimalistes. En 2017, le groupe opère un virage artistique vers les contrées plus instrumentales du Post Rock.
Photo : Titouan Massé

Christophe Brault – Enregistrement live
Enregistrement de l’émission radio “Music Machine” (alter1fo.com / C-Lab) en live sur le site de Biergarten autour des héro.ïne.s (méconnu.e.s) de la power pop. Conférencier, animateur radio,
Christophe Brault dispense la bonne parole rock avec une passion aussi fougueuse qu’inextinguible. Ce sera également l’occasion pour lui d’évoquer la sortie de son nouveau livre chez Le Mot et le Reste.
Photo : Alter1fo

DJ Dupont – Dj Set
La noise mène à tout. Et même aux platines. Du moins pour Dupont DJ set, guitariste et bassiste noise qui manie le crossfader avec générosité et éclectisme. Sa sélection entre pop, électro, rock et hip hop à haute teneur en vitamine D devrait vous coller le sourire et les pieds au dancefloor.
Photo : DR

Impro et musique
En partenariat avec le Théâtre de la Paillette, les troupes de la TIR et de La Serpe, le festival propose à nouveau de mélanger et fusionner les disciplines de la musique et du théâtre autour de l’improvisation. De cet exercice difficile, nos artistes sont passé.e.s maîtres, pour la joie du public.
► La Paillette / 5 – 10 – 12 euros

La TIR présente “La TIR Vous Dit Pourquoi”
La TIR aime jouer avec vos mots, avec vos émotions, mais elle aime aussi répondre à vos questions existentielles, ces questions qui vous hantent jours et nuits et auxquelles vous n’arrivez toujours pas à apporter de réponses ! Pendant deux périodes de 45 minutes et avec l’aide de deux musiciens improvisateurs, les acteurs vont faire prendre vie à des personnages sous vos yeux pour y répondre. Car ce soir, c’est décidé, La TIR Vous Dit Pourquoi !
Photo : Johann Voisin

La Serpe présente “Simone”
La Serpe explore des formules épurées de spectacle se reposant sur les capacités créatives des comédiens et l’énergie collective pour créer des histoires éphémères où la musique prend toute sa part. Pour le festival, la Serpe présente le «Simone», que les Américains nomment «Harold» pour rendre hommage aux femmes. Pour résumer, la Serpe c’est de l’improvisation mais différente. Une nouvelle fois la Serpe explore un peu plus loin les frontières de l’improvisation théâtrale où la musique du DJ accompagnateur prend toute sa part.
Photo : DR

Dimanche 15 septembre

Week-end “Biergarten” (part II) Frangines & Co.
Pour la deuxième journée au parc, et toujours sous la haute autorité de la communauté brassicole rennaise, IMFR installe une ambiance electro-chill sous la houlette de Frangines & Co.
► Parc Saint-Cyr / Gratuit

Albius – Electro rock pop exotique
Trio électro rock pop exotique. Ce trio est un mélange électro/rock/ hip hop/trip hop/sega/maloya.
En anglais, en français, en créole “métro machouillé”, des voix en symbiose, des rythmes secouant la culture créole réunionnaise.
Des textes criant les inégalités et les pouvoirs mais berçant les beautés et les sagesses du monde.
Photo : DR

Katell – Electro / House
Adepte des dancefloors et électrisée, Katell façonne son style derrière les platines depuis 15 ans. En mélangeant les sons : break, electro, techno et drum’n’bass, elle se glisse entre clubs, bars, festivals ou autres lieux insolites et bouillonne. La DJ enchaîne les rôles d’animatrice radio et d’activiste au sein d’Open Fader, puis vogue aux côtés de Twisted Session et entretient sa passion chez Size.
Photo : DR

Menthine – Electro / House
Elle est l’une des figures féminines des nuits électroniques rennaises depuis plus d’une décennie : DJ, organisatrice de soirées et d’événements à Rennes, elle est membre de l’association Frangines & Co avec sa sœur jumelle karlotta- GraphiK. Sous son alias Menthine, seule ou en tandem (“Las Gatas Electronicas”, avec son amie Katell), Clémentine Cordi mixe des sets techno, house mais pas que.
Photo : DR

Lundi 16 septembre Live en bibliothèque

Concert au milieu des livres pour une douce fin de journée dans le cocon de l’espace lecture de la maison de quartier La Maison Bleue.
► La Maison Bleue / Gratuit

Gil Riot – Folk Blues
Gil Riot met clairement ses influences au service de son répertoire où se côtoient composition et pépites du répertoire folk-blues américain.
Quelque part entre Doc Watson, Willy DeVille ou Ry Cooder, un jeu de guitare fluide, expressif et énergique qui illustre des histoires intemporelles et invite l’auditeur à une ballade chantée, joyeusement tourmentée et romantique.
Photo : Laurent Guizard

Mardi 17 septembre

Concerts en appartement
Les traditionnels concerts en appartements où des Rennais.e.s accueillent des Rennais.e.s, en musique.
► Lieux tenus secrets / 4 – 8 euros

Marion Rouxin – Concert en appart #1 – Chanson
Oubliés les clichés du piano-voix. Sur scène, Marion Rouxin nous propose différentes ambiances, parsemées de touches électros bien choisies pour défendre son dernier album « L’autre ». Accompagné du pianiste Edouard Leys, les mots, tel un ultime instrument, questionnent et interpellent au plus profond de l’intime.
Photo : Laurent Guizard

Pokett – Concert en appart #2 – Pop
A coup de symphonies de poches indie pop, serties du même métal que celles d’Eliott Smith ou de Calc, Stéphane Garry (Domotic, Don Nino) aka Pokett affermit un élégant songwriting depuis trois (bientôt quatre) albums. Et se permet désormais de muscler un poil son propos. Avec toujours la même classe.
Photo : B Sammut

Mercredi 18 septembre

Concerts en cours intérieures
Après les concerts en appartement, I’m from Rennes innove avec deux concerts dans les cours intérieures d’immeubles de la ville. Un cadre intimiste et original dans des lieux cachés aux passants.
► Lieux tenus secrets / 4 – 8 euros

Güz II – Cours intérieure #1 – Trio Rock Orchestral
Sur scène ou dans la rue, entre Zappa et Morricone… Où que vous soyez, vous aurez sans doute affaire à eux, car Güz II arrive avec un hold-up instrumental inspiré. Trois vengeurs masqués sortent de chez eux pléthore d’instruments pour interpréter en live des morceaux de leur cru avec un répertoire atypique, mêlant références aux musiques de films, compositions vitaminées et autres poésies sonores.
Photo : Claire Huteau

Soren Canto – Cours intérieure #2  
Chanson Électronique Insulaire Soren Canto a eu plusieurs vies, en d’autres lieux, sous d’autres noms … Soren Canto est chanteur mais aussi poète et musicien. La musique de Soren Canto est un bouillonnement à la chaleur sous-jacente, électronique et organique, le récit d’un changement d’état, d’un passage du très intime à l’universel, en quelques notes, en quelques mots.
Photo : Nicolaï Pinheiro
Notes “concerts en cours intérieures” :

Jeudi 19 septembre

The Roof x ND4J
Le festival et la ND4J s’associent pour une soirée dans un nouveau lieu culturel et sportif rennais. L’ancienne maternité de l’Hôtel Dieu redevient un lieu de vie avec, entre autres, restauration, bar-brasserie, et espaces sportifs. I’m from Rennes s’acoquine avec The Roof pour proposer des concerts dans l’une des salles d’escalade. De quoi donner des envies de grimper !
En partenariat avec The Roof Rennes et Origines.
► The Roof / Hôtel Dieu / Gratuit

Moodkint – Electro Pop
La classe chevillée aux beats, le sémillant Moodkint avance masqué (au sens propre) pour façonner une musique électronique languide et ludique. Ondulant de mille petites secousses subtiles, de clicks, de cuts, de samples vocaux, l’électro inspirée du producteur se révèle tout aussi élastique qu’irrésistible.
Photo : Margaux Dory

Tristesse Club – Shoegaze
Avec ses mélodies aériennes aux guitares claires nappées de brumes et d’effets, le Tristesse Club fait sien l’adage d’Hugo : « La mélancolie, c’est le bonheur d’être triste ». Entre cold wave, dream pop et shoegaze, le quatuor rennais surfe avec un sacré bonheur sur une indie pop des plus addictives.
Photo : DR

MOUNDRAG – Hard Prog Heavy Psych
Cerbère à deux têtes, le duo MOUNDRAG vous emporte dans leur univers bloqué à la genèse du rock progressif et du hard rock… Les frères Goellaen Duvivier, ex-Smooth Motion, sont à la fois organiste chanteur et batteur chanteur, ils proposent une performance unique et organique sur scène entre morceaux écrits et improvisés.
Photo : Cyrille Bellec

Black Boys On Moped – Garage punk
Une guitare fuzz, une batterie qui bastonne, le tout baignant dans la sueur et saupoudré d’un soupçon de groove. Ce duo est influencé par des artistes tel que Jay Reatard, Black Box Revelation, The Pixies ou encore Bass Drum Of Death. Depuis 2013, ils mettent les mains dans le cambouis et nous bricolent un rock garage teinté de blues, de grunge et de psychédélisme. En live, le groupe roule la poignée dans l’angle, double dans les virages, affole le compte-tours. Ca sent l’huile, la bière et l’essence.
Photo : Nina R

Stërnn – Trip Hop
Formé en 2018, le trio rennais Stërnn maîtrise déjà de façon impressionnante les codes d’un trip hop suave et délicat. En équilibre entre mélancolie rêveuse et groove irrésistible, leur pop élégante touche au cœur comme aux jambes. A découvrir d’urgence en attendant la sortie prochaine de leur premier EP.
Photo : Clémence Lesné & Jule 16

Vendredi 20 septembre

Un week-end en Enfer (jour I)
Le traditionnel “week-end en Enfer” au parc du Thabor commence le vendredi avec une grande première pour le festival qui élargit ses horizons le temps d’une soirée “Rennes invite Nantes”.
► Parc du Thabor / Gratuit

Hawaiian Pistoleros – Hawaiian Music & Western Swing
Le groupe se livre à une exploration toute personnelle de la musique populaire américaine, entre western swing, musique hawaïenne et prémices du rock’n’roll. Ce parcours plutôt original dans le paysage musical hexagonal, a été l’occasion de nombreux concerts jalonnés de moments marquants (Ukulele Paris Festival, Les Tombées de la Nuit, Les Escales de Saint Nazaire, Régions en Scène…).
Photo : Laurent Guizard

Mouths – pop Lo-fi
Mouths, c’est Juveniles et Lenparrot qui font de la musique ensemble. Véritable cour de récréation pour ces deux compères, Romain et Jean font fi des styles et barrières en convoquant des influences allant de la bossa au funk autotuné, le tout chapeauté par une production pop foutraque et lo-fi. Avec Arthur Russell comme maître absolu, leur petite collection de chansons semble surgir d’une époque fantasmée où le plaisir faisait encore loi.
Photo : DR

Von Pariahs – Rock
Mûe par une forme de frustration et nourrie à l’ennui des villes de provinces conservatrices, la rage de Von Pariahs s’échappe dans sa musique. Pour “Radiodurans”, leur 3ème et nouvel album, les six gars ont pris leur temps, mûri leurs envies, transformé leur rage en élément constructif comme à leurs débuts. Dès les premières secondes, on sent cette énergie décuplée, cette envie d’en découdre à tout prix. Ces mélodies naïves et cette dissonance étrange c’est de la pop, peut-être, mais alors sérieusement amochée.
Photo : DR

Samedi 21 septembre

Un week-end en Enfer (jour II)
Samedi, l’écrin de verdure proposera un après-midi et une soirée de concerts, accueillant également les trublions du collectif “Les Gérards” qui risquent de répandre de joyeux sourires sur les visages des festivaliers.ières.
► Parc du Thabor / Gratuit

Parapente – Dj Set
Compagnon de route d’In Love With a Ghost, de Haunted Days et de La Battue, Parapente défriche, explore et n’hésite pas à s’affranchir des frontières, qu’elles soient géographique ou de style. Acteur culturel rennais, agence au service de l’artiste, Parapente vous envoie ses meilleur.e.s ambianceuses et ambianceurs : Budovitch, Kelly Lardon, Bondour et manunitedstatesofamerica pour une sélection musicale large. Sois pas surpris on vient de te prévenir.
Photo : DR

Alter Real – Electronica / Pop
Alter Real dévoile d’emblée une impérieuse envie d’arpenter des territoires musicaux inexplorés. Aux commandes de cette rutilante machine musicale à tête chercheuse, le musicien Xavier Laporte se montre plus joueur que jamais. A l’instar d’un Mount Kimbie ou d’un Caribou, il n’hésite ainsi pas à célébrer, pour le plus grand plaisir des oreilles gourmandes, les noces des musiques expérimentales et de la pop.
Photo : DR

La Battue – Quirky Pop
Ellie James (Bumpkin Island, Mermonte) et son frère Bertrand (Totorro) jouent (enfin !) ensemble : ils forment le trio La Battue avec Yurie Hu (Yacht Club). Un batteur et deux claviéristes qui réunissent leurs trois voix sur un excellent premier EP, Search Party, concentré réjouissant d’harmonies vocales et de pop lumineuse.
Photo : Yoann Buffeteau
Photo : Gaëlle Evellin

Timsters – Electro Pop
Timsters a sa propre touche, très lynchéenne, mêlée à l’efficacité d’élégantes compositions pop. Rien de plus normal pour un enfant élevé avec la discographie des Beatles. Ses premiers titres font une apparition distinguée en France ainsi qu’à l’international. Timsters puise son inspiration chez des artistes tels que Bowie ou Prince.
Photo : Noé C Photography

Edell – Electronic
En 2019 Edell sort son premier EP “Ritual” sous le label Geod Music, label qu’il a fondé quelques mois plus tôt en équipe. C’est dans ce mini-album qu’il dévoile la nouvelle face de son projet. Il a puisé son inspiration des sensations qu’il a pu ressentir durant divers voyages pour retranscrire un univers autour de plusieurs morceaux énergiques et mélodieux avec une véritable cohérence.
Photo : Enora Péron

Joanna – Pop urbaine
Joanna est une artiste rennaise de tout juste 20 ans.
Dotée d’une sensibilité artistique soignée, elle réalise et produit ses clips qu’elle imagine parallèlement à ses chansons,
écrites comme des poèmes.
Son premier single “Séduction”, accompagné d’une vidéo hypnotique, est une ode aux femmes et à l’amour.
Photo : Liswaya & Paul Jeannin

Le caisson des Gérards – animation
Selon la norme ISO (Pour isoclinal : flancs parallèles dans un pli) établie en 1967, il y a trois grandes séries de Gérards dont la longueur est respectivement de 20 pieds, 30 pieds (9,14 m) et 40 pieds. Tous Les Gérards de ces séries ont la même largeur, 8 pieds (243,84 cm), ce qui a permis le développement du collectif individuel dès le 16ème siècle, mais cette largeur ne suffit en général pas pour transporter de front deux palettes européennes normalisées EUR (1 200 mm × 800 mm) dans le sens de leur longueur, ni trois dans le sens de leur largeur. C’est pourquoi Les Gérards (dont les dimensions le permettent) ont connu un grand succès en Europe et juste à côté.

Dimanche 22 septembre

Un week-end en Enfer (jour III)
Dimanche c’est la journée des “Copains Thabor” et de ses lives dans différents lieux du parc. Le public pourra également enfourcher son vélo à la découverte de la ville et en musique avec La Petite Rennes et revenir à temps pour le bal populaire en guise de clôture pour cette 8ème édition.
► Parc du Thabor / Gratuit

Les Copains Thabor

Ihris – Jazz & Chansons Italiennes
Une pianiste anglaise à l’humour exhilarant qui rencontre une chanteuse italienne plus qu’exubérante, ça donne Ihris : un duo qui pétille d’originalité ! Un duo aux sonorités à la fois italiennes, napolitaines et afro-américaines, avec une touche de jazz qui fait la cerise sur ce cocktail parfait entre deux cultures très distinctes. Ihris propose une musique unique, qui ne manquera pas de vous surprendre !
► Bar du Thabor
Photo : Maxime Trucas, alias Maxwell Production

Ifa Trio – Voix & Percussions
Ifa vous embarque sur l’île de la Percuphonie, où voix et percussions se rencontrent dans une symphonie rythmée ; des langues d’ici et d’ailleurs aux sonorités inventées. Des inspirations de voyages, un collectage ou une berceuse, Des harmonies singulières, lentes ou prolongées, à l’unisson ou en bourdon, en canon ou en polyphonie, un emprunt aux mélodies latines, séfarades, afro-brésiliennes.
► Kiosque du Thabor / Gratuit
Photo : Maia Picard

French Song del Mundo – Chanson française du monde
Le duo French Song del Mundo dévoile une mosaïque enthousiasmante de langues et de chanson globalisée, où l’on se délecte autant d’un bluegrass que d’un hip-hop, où la guitare caresse une bossa avant de désosser un blues, et où looper rime avec fraîcheur.
► Cloître Saint-Melaine / Gratuit
Photo : Céline Salin

Tour de Rennes / Bike Pride
En collaboration avec La Petite Rennes, en famille, entre ami.es, entre pros du sport ou cyclistes du dimanche mais à vélo, les Rennais.e.s se rejoignent pour une grande balade à travers la ville avec DJs sur vélo-cargo.
► Départ parking Saint-Melaine / Gratuit

DJ Malouve – Dj Set
Des bars rennais aux clubs parisiens, Malouve met en avant la musique indépendante, privilégiant la découverte et le mélange des genres. Si elle nourrit un penchant certain pour les musiques psychédéliques, c’est avant tout la mélodie, le bon morceau, et surtout le plaisir du public qui priment.
Photo : DR

DJ Les Vagins Enchantés – Dj Set
“Des DJ sets par des filles pour tout le monde”, c’est le mantra des Vagins enchantés. De David Bowie à Luna Parker, en passant par Etienne Daho, Depeche Mode ou The Bangles, elles s’autorisent tout, ne s’interdisent rien et elles tapent dans le mille à chaque fois !
Photo : DR

Le Bal Pirate…
Quoi de mieux pour clôturer cette 8ème édition qu’un bal pirate dans les jardins du Thabor.
► Parc du Thabor / Gratuit

Alice et Dora “Princesses Dimanche”
Dans les enfers du Thabor, l’association Le Bal Pirate invite le duo Princesses Dimanche. Jokeuses invétérées, elles affrontent le grain les plumes au vent, prêtes à en découdre en dégainant ABBA dans le coup de tabac ou de la soul dans la houle. À la fin de la tourmente, tout le monde danse.

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom