Les blagues « Histoire des deux vaches ou Vous avez deux vaches » sont originaires des Etats-Unis. Ce sont de blagues potaches parodiant les exemples employées par des professeurs d’économie. Dans ces cours, il est fréquent que l’enseignant illustre un modèle économique à l’aide d’un fermier et de son cheptel.

  • Communisme : Vous avez deux vaches. Le gouvernement vous les prend et redistribue le lait aux citoyens idéologiquement non-déviants. Quant à vous, vous êtes condamné au Goulag pour espionnage industriel au profit de l’ennemi (les producteurs de lait de brebis).
  • Capitalisme : Vous avez deux vaches. Vous en vendez une pour acheter un taureau pour qu’il fasse des petits.
  • Capitalisme sauvage : Vous avez deux vaches. Vous équarrissez l’une, vous forcez l’autre à produire autant que quatre, et vous licenciez finalement l’ouvrier qui s’en occupait en l’accusant d’avoir laissé la vache mourir d’épuisement.
  • Capitalisme communautaire européen : On vous subventionne la première année pour acheter une 3e vache. On fixe des quotas la deuxième année et vous payez une amende pour surproduction. On vous donne une prime la 3e année pour abattre la 3e vache. On vous offre une prime la 4e année pour racheter une autre vache.
  • Capitalisme socialiste français : Pour financer la retraite de vos deux vaches, le gouvernement décide de lever un nouvel impôt : la CSSANAB (cotisation sociale de solidarité avec nos amis les bêtes). Deux ans après, comme la France a récupéré une partie du cheptel britannique, le système est déficitaire. Pour financer le déficit on lève un nouvel impôt sur la production du lait : le RAB (Remboursement de l’Ardoise Bovine). Les vaches se mettent en grève. Il n’y a plus de lait. Les français sont dans la rue : « DU LAIT ON VEUT DU LAIT » La France construit un laitoduc sous la Manche pour s’approvisionner auprès des Anglais. L’Europe déclare le lait anglais impropre à la consommation. Le laitoduc ne servira jamais. On lève un nouvel impôt pour l’entretien du laitoduc.
  • Capitalisme de Hong Kong : Vous avez deux vaches. Vous en vendez trois à votre société cotée en bourse en utilisant des lettres de créance ouvertes par votre beau-frère auprès de votre banque. Puis vous faites un échange de dettes contre participations, assorti d’une offre publique, et vous récupérez quatre vaches dans l’opération tout en bénéficiant d’un abattement fiscal pour entretien de cinq vaches. Les droits sur le lait de six vaches sont alors transférés par un intermédiaire panaméen sur le compte d’une société des îles Caïman, détenue clandestinement par un actionnaire qui revend à votre société cotée les droits sur le lait de sept vaches. Au rapport de la dite société figurent huit ruminants, avec option d’achat sur une bête supplémentaire. Entretemps, vous abattez les deux vaches parce que leur horoscope est défavorable.
  • Démocratie : Vous avez deux vaches. Un référendum décide à qui appartient le lait.
  • Démocratie représentative : Vous avez deux vaches. Une élection désigne celui qui décidera à qui appartient le lait.
  • Démocratie de Singapour : Vous avez deux vaches. Vous écopez d’une amende pour détention de bétail en appartement.
  • Dictature : Vous avez deux vaches. Le gouvernement les prend toutes les deux et vous fait fusiller.
  • Fascisme : Vous avez deux vaches. Le gouvernement les prend toutes les deux, puis vous emploie pour vous en occuper, et vous vend le lait.
  •  Nazisme : Vous avez deux vaches. Le gouvernement vous prend la vache blonde et abat la brune.
  • Féodalisme : Vous avez deux vaches. Le seigneur s’arroge la moitié du lait.
  • Anarchisme : Vous avez deux vaches. Vous les laissez se traire en autogestion.
  •  Bureaucratie : Vous avez deux vaches. Le gouvernement publie des règles d’hygiène qui vous invitent à en abattre une. Après quoi, il vous fait déclarer la quantité de lait que vous avez pu traire de l’autre, il vous achète le lait et il le jette. Enfin, il vous fait remplir des formulaires pour déclarer la vache manquante.
  • Écologisme : Vous avez deux vaches. Vous gardez le lait et le gouvernement vous achète la bouse.
  • Féminisme : Vous avez deux vaches. Le gouvernement vous inflige une amende pour discrimination. Vous échangez une de vos vaches pour un taureau que vous trayez aussi.
  • Surréalisme : Vous avez deux girafes. Le gouvernement vous impose de leur donner des leçons d’harmonica.
  •  Royaume de Belgique  (du moins ce qu’il en reste) : Vous avez deux vaches. Elles franchissent la barrière linguistique et tombent dans un puits. Vous cherchez de l’aide alentour, mais le gouvernement régional local vous oblige à parler néerlandais : « Ik heb twee koeien in de put ! ». Vous finissez en prison, accusé de proxénétisme.
  • Monarchie britannique : Vous tuez une des vaches pour la donner à manger à l’autre. La vache vivante devient folle. L’Europe vous subventionne pour l’abattre. Vous la donnez à manger à vos deux moutons.
  • Olympisme : Vous avez deux vaches, une américaine et une chinoise. Avant la compétition, on vous montre à la télé un reportage de 15 minutes qui retrace comment la vache américaine a surmonté les affres d’une jeunesse passée dans les ghettos communautaires, avec des parents divorcés (la mère prostituée, le père souteneur), etc. Puis on vous montre pendant 10 secondes la vache chinoise battue chaque jour par un fermier tyrannique et ayant vu ses parents abattus, dépecés et découpés devant ses yeux. La vache américaine gagne l’épreuve, triomphant malgré une sévère foulure de la mamelle, et gagne plusieurs millions de dollars grâce à un contrat passé avec un vendeur de soja. La vache chinoise est conduite hors du stade et abattue par les officiels du gouvernement chinois, et personne n’entend plus parler d’elle. McDonald achète sa viande et la sert dans les Big Mac de son restaurant de Pékin.
  • Dans une entreprise du territoire non-aligné corse : Vous avez deux cochons, le gouvernement vous verse des subventions pour 90 vaches et vous vendez des cochonnailles au doux goût de cochon breton.

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom