Si la mécanique quantique est un phénomène bien difficile à appréhender, le phénomène musical Quantic, s’est révélé, quant à lui, beaucoup plus accessible ! Il a heureusement accompagné la soirée d’inauguration d’un Grand Soufflet qui a troqué un lieu enclavé pour des espaces immenses…

Les rythmes endiablés et les riffs percutants de Will Holland, alias Quantic, ont, jeudi soir, enflammé le festival du Grand Soufflet à l’occasion de l’ouverture de cette 19e édition (2-14 octobre). Une soirée d’inauguration qui annonce une programmation aussi éclectique que qualitative.

Etienne Grandjean
Etienne Grandjean

Mot d’ordre cette année : la nouveauté. De fait, le festival a déplacé son dorénavant célèbre chapiteau de la place du Parlement au… Parc du Thabor. Créé en 1996 à l’initiative d’Étienne Grandjean, Le Grand Soufflet est, aujourd’hui, le premier festival dédié à l’accordéon (et tous les instruments qui s’en rapprochent)*. Présent sur 38 communes d’Ille-et-Vilaine, il se veut accessible au plus grand nombre et éclectique, populaire et un soupçon déjanté. La preuve par la danse : l’invité d’honneur est le Swing et à sa variante, plus moderne, l’Electro-Swing, très en vogue en France depuis une dizaine d’années.

quantic
Quantic

La présence de l’anglais Quantic signe l’un des grands temps forts de cette édition. Enfant de la balle, le multi-instrumentiste, DJ et producteur (d’Alice Russel, notamment), a littéralement déchainé la piste de danse du festival ! Accompagné de talentueux musiciens (saxophoniste/clarinettiste, percussionniste), Quantic a présenté son dernier album « Magnetica » en oscillant savamment entre rythmes effrénés et mélodies plus douces aux sonorités latines empreintes, tout à la fois, de Cumbia, de Jazz éthiopien, de Salsa Dura de Colombie, de Soul, de Funk et d’Electro. Des croisements musicaux inattendus, fruits de nombreux voyages et rencontres, pour un OVNI sonore bien difficile à classer dans un genre musical délimité ! Le public nombreux et multigénérationnel s’est rapidement montré agréablement survolté – pour le plus grand plaisir de Quantic qui s’en étonnait avec ravissement. Le chapiteau fut définitivement conquis lors de l’interprétation par l’artiste de « Cumbia sobre el mar », son morceau sans doute le plus célèbre.

Dj Tagada
Dj Tagada (photo : Yannick Guyot)

Il paraissait bien difficile d’investir la scène après un tel engouement, DJ Tagada, déjà présent au festival 2010, en a fait les frais en mixant devant des spectateurs bien moins nombreux. Mais chacun s’est plu à esquisser des pas de danse au rythme de la Gipsy-Punk, de la Cumbia Klezmer ou encore de l’Electro-Tzigane.

Les autres temps forts de cette édition sont attendus samedi 4 avec la présence du groupe Manouche et jeudi 9 avec DelaDap, au Thabor à Rennes. Preuve que le spectacle vivant et la création contemporaine continuent de creuser leurs sillons malgré ces temps d’intermittences artistiques et… politiques.

 

Retrouvez le programme général ici et détaillé des soirées dans l’Agenda culturel de Rennes :   notamment Pad Brapad et Hugo Mendez, Zakouska, Yeti, Royal Squeeze Box…

* De visites de l’atelier de la maison de l’accordéon de Rennes seront proposées jeudi 9 et vendredi 10 octobre 2014.

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom