Graeme Allwright est en concert Centre Culturel Espace Juliette Drouet à Fougères le jeudi 15 septembre 2011 à 20h30. Celui qui a marqué des générations (bien que son nom soit assez méconnu)  de sa voix berçante et suave avec Emmène moi, Jolie bouteille, Il faut que je m’en aille, Petit garçon, En 1942, Pour tous les affamés, l’Etranger, Suzanne, Qui a tué Davy Moore ?, Sacrée bouteille, Jusqu’à la ceinture, Le Jour de clarté. Il sera accompagné de ses amis et artistes malgaches, Erick Manana (guitare – voix) et de Dina Rkotomanga (contrebasse – voix). Tarif : 16,80€.

Graeme Allwright est un chanteur, adaptateur de chansons et auteur-compositeur d’origine néo-zélandaise.Il est un des premiers introducteurs en Franc du folk américain dans sa veine protest-song. Il a largement contribué également, par ses adaptations très fidèles de Leonard Cohen, à faire découvrir ce dernier au public français. Dans le sens inverse, il interpréta en 1985 des adaptations en anglais de chansons de Brassens. Ses textes où l’émotion, la dénonciation moqueuse du conformisme ou des injustices et les appels à la liberté se conjuguent à des mélodies « country » ou « blues » remportent l’adhésion d’un public de tout âge.

Son œuvre et sa pensée sont fortement imprégnées de la philosophie du penseur indien Sri Aurobindo, notamment dans la chanson Lumière. Il fait de fréquents séjours à Auroville, même s’il considère que l’éveil des consciences peut se faire partout et chez tous. Refusant la relation artiste/fan classique malgré son succès dans les années 70, il mène une carrière en marge des médias. Il militer pour le changement des paroles belliqueuses de La Marseillaise. Il est membre du comité de parrainage de la Coordination française pour la Décennie de la culture de paix et de non-violence.

Animula blandula vagula : Âme de diaphane intimité, hôtesse et compagne de mon corps, tu verses vers des lieux délavés, escarpés et dénudés, où ne résonnent tes jeux d'esprit…

Un commentaire

Laisser un commentaire