Dans le cadre du cycle de conférences consacré à la gouvernance, les Champs Libres ont clos, dimanche, ces trois journées par un documentaire : Gouverner et voyager en France sous la Ve République. De Gaulle à la cathédrale Saint-Pierre de Rennes, le discours de Ploërmel de Giscard d’Estaing, les altercations entre Mitterrand et les militants de la CFDT… Un documentaire historique et éclairant. Une plongée inédite dans la France de la seconde moitié du XXe siècle !

 

gouverner voyage présidentiel
de g. à d. : Christelle Molina, Marc Bergère, Karine Debord

Certains s’attendaient à revoir le « Casse-toi pauv’ con » de Sarkozy sur le port du Guilvinec dans le Finistère. Mais non. Comme l’a précisé Marc Bergère, maître de conférences à l’université Rennes 2, ni Hollande ni Sarkozy n’ont effectué de voyage présidentiel en Bretagne. Ils sont venus dans le cadre d’exercices politiques autres, par exemple lors de la grève des marins-pêcheurs.

Résultat : on voit Chirac, Mitterrand, Giscard d’Estaing et Pompidou. Un peu. Et le général de Gaulle, beaucoup. Le documentaire se regardait presque comme la série de livres Martine. De Gaulle sur le porte-avion Clémenceau, De Gaulle en costume militaire à l’île de Sein, De Gaulle prononçant une phrase en breton de son oncle éponyme. Bref, la moitié du film revenait à visionner la saga bretonne de l’homme du 18 juin.

gouverner voyage présidentielBien entendu, le spectateur pouvait se délecter de la saveur historique, pour ne pas dire pittoresque, de ces archives. Les bigoudènes qui prennent un bain de foule présidentiel. La place de la Mairie, à Rennes, pleine comme à la Libération ou à Noël pour les illuminations. Sans parler de la science capillaire des présentateurs de journaux télévisés ou de la progression (nette, on peut le constater) de l’infographie.

Outre ce plaisir documentaire, les archives nous en apprennent beaucoup sur la Ve République. Comment le voyage présidentiel s’est transformé d’un mandat à un autre ? En quoi certains déplacements se sont avérés historiques, par exemple celui du général de Gaulle en septembre 1960 ? Selon Marc Bergère, « le traitement médiatique se fait de plus en plus libre ». Le temps de la RTF et l’ORTF nous paraît désormais lointain. On constate aussi que les discours se font de moins en moins en extérieur et que la désacralisation du président s’accroît au fur et à mesure des décennies. De même, sous De Gaulle ou Pompidou, les opposants politiques marquent leur désaccord par leur absence, et non par leur présence polémique.

Pour l’universitaire, Charles de Gaulle « n’invente pas une pratique, mais un style ». Avec lui, le contact physique, le bain de foule et l’importance du discours prévalent. L’heure est au pavoisement des villages. Le général se comporte encore, du moins en 1960, en libérateur. Marc Bergère a raison de comparer les voyages présidentiels au Tour de France. On s’attristerait presque de la phrase de Giscard d’Estaing selon laquelle « la vie politique devient de plus en plus impolie ». Néanmoins, s’il n’est pas moqueur, le rire des Quimpérois lorsque de Gaulle parle en breton dénote quand même une forme de désacralisation.

gouverner voyage présidentielCe documentaire inaugurait aussi un riche partenariat entre l’université Rennes 2 et l’INA Atlantique, la délégation en charge de la collecte et de la valorisation des fonds audiovisuels de Bretagne, du Limousin, des Pays de Loire et du Poitou-Charentes. Christelle Molina, qui en est la directrice, était présente pour en parler et présenter le documentaire. Il faut savoir que l’Institut National de l’Audiovisuel « sauvegarde et valorise 70 ans de télévision et 80 ans de radio ». La convention passée entre cette institution et Rennes 2 va permettre au semestre prochain « un accès aux ressources, c’est-à-dire environ 12 millions d’heures d’archives », des « formations initiale et continue » et « une valorisation du patrimoine ». La réalisation et présentation du documentaire en était une première manifestation. Voilà donc une belle clôture pour ce cycle de conférences sur l’art de gouverner. Pour paraphraser le grand Charles, vive les Champs Libres !

Voir le site des Champs Libres et l’enregistrement des conférences

 

Site de l’INA ATLANTIQUE

Un commentaire

Laisser un commentaire