Jeudi 22 septembre, à l’Institut régional du travail social, six vénérables maîtres des Loges maçonniques de Rennes et de Laval ont invité Alain Noël Dubart, Grand Maître de la Grande loge de France, pour s’exprimer sur le thème : “La Grande loge de France : une spiritualité et un humanisme pour notre temps.” Les trois principales obédiences de France sont présentes dans le bassin rennais. Enquête de visibilité.

 

A Rennes, deux endroits sont connus du grand public pour accueillir des francs-maçons. Au 24, rue Thiers, non loin de l’hôtel de Police, des frères du Grand orient se réunissent dans la loge maçonnique, dite de la Parfaite union, depuis plusieurs décennies. Leur sensibilité est plutôt socialiste athée, parfois déiste, rarement chrétienne ; la sphère sociale et politique est très présente dans leurs travaux (au détriment du travail symbolique et spirituel, selon certains). Leur immeuble, constellé d’inscription en mosaïque et de décor en relief (voir notre photo) fut construit en 1931 par les entrepreneurs  Jallamion et Barré. Il avait été édifié à la demande de Monsieur Abadie, propriétaire et président de La Loge et sur les plans de l’architecte Lucien Daboval. Le bâtiment comprendrait un logement de deux pièces (chambre, cuisine) au rez-de-chaussée, une salle de réunion (temple) et une bibliothèque à l’étage.

Moins connu est l’immeuble Printania, situé rue de l’Hôtel Dieu. Il abriterait les loges de la Province de Bretagne de la Grande loge nationale française. Cette dernière Grande loge marquée à la droite politique et réputée plus spiritualiste (mais aussi, dans le sud de la France, affairiste) traverse depuis quelques temps des troubles violents (notamment, une guerre intestine autour d’un Grand-Maître autoritaire et bling bling largement contesté par ses troupes) qui se traduisent en batailles juridiques.

A Saint Jacques de la Lande, non loin de l’avenue qui mène à l’aéroport, se retrouvent les frères de la Grande loge de France. Ces ‘centristes’ de la maçonnerie professent une démarche spiritualiste et sont en majorité croyants.

On remarquera que les françs-maçons cherchent à ouvrir leurs portes depuis quelques années pour expliquer aux profanes leurs démarches spirituelles. Une tendance qui ne cesse de se confirmer.

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom