L’ENFANCE VOLÉE. UN MÊME SUJET POUR DELPHINE DE VIGAN ET OLIVIER BOURDEAUT

L’instrumentalisation des enfants, la vie par procuration des parents sont les thèmes communs de deux romans de ce début d’année, Florida d’Olivier Bourdeaut et Les enfants sont rois de Delphine de Vigan. Dans des genres différents, ils illustrent la relation compliquée d’une mère et de ses enfants quand l’un veut vivre aux dépens des autres.

Avec Florida (Finitude, 4 mars 2021), Olivier Bourdeaut s’inspire du phénomène des mini-miss et plante son décor en Amérique. Certes, bon nombre de phénomènes de société nous viennent des États-Unis, mais ils trouvent facilement leur public en Europe. Qui ne se souvient pas de Loana devenue star grâce à l’émission de télé-réalité Loft story. C’est elle qui influence le destin de Mélanie Claux, une des héroïnes du dernier roman de Delphine de Vigan, Les enfants sont rois (Gallimard, 4 mars 2021).

olivier bourdeaut delphine de vigan

D’un côté, une mère qui s’ennuie pousse sa fille de sept ans sur les podiums de mini-miss. Après une victoire, Elizabeth Vernn, poupée adorable, ne sera plus qu’une éternelle seconde malgré tous les efforts de sa mère pour la faire gagner.

«  Si je n’étais pas assez belle pour gagner, il fallait que je devienne plus sexy, plus femme, plus provocante, en clair que je devienne plus excitante. »

Adolescente, Elizabeth n’a qu’un objectif : choquer, décevoir, attrister sa mère. Elle commence par déformer son corps par une mauvaise alimentation. Puis, elle se reprend en main pour séduire John, le plus beau garçon de la pension. Être belle suscite des convoitises. Une fois de plus, la jeune femme va le vivre à ses dépens. Son corps n’est qu’un « nid à emmerdes ». Florida va l’utiliser pour assouvir sa vengeance. Si l’auteur a séduit dans son premier roman avec sa poésie et la tendresse de ses personnages, il ose ici un registre plus violent et un style plus direct.

Si les enfants n’ont guère le pouvoir de s’opposer à l’autorité parentale quand ils sont petits, bien souvent, ils s’imposent et font payer l’addition à leur majorité. Le roman d’Olivier Bourdeaut consacre d’ailleurs la plus grande partie de son récit à la mise en place de cette vengeance.

Par contre, le roman de Delphine de Vigan s’installe sur le récit de l’enfance pour ne finir que plus succinctement et dans un temps futuriste sur la vengeance des enfants. Mélanie Claux a été bercée par les émissions de télé-réalité. Elle se souvient encore de la consécration de Loana dans Loft story.

«  L’époque où on a ouvert les portes de l’enfer. »

Après une tentative pour faire partie de ce monde, Mélanie fait la première émission de Rendez-vous dans le noir, la jeune femme comprend qu’elle n’atteindra jamais la célébrité. En 2011, elle se marie avec Bruno, un informaticien puis devient la mère de deux enfants, Sammy et Kimmy. Sans travail, elle s’ennuie. Sur les conseils de son mari, elle découvre les réseaux sociaux. Très vite, elle comprend comment trouver sa place dans ce monde virtuel. Petit à petit, elle met en scène ses enfants sur une chaîne Youtube. Elle commence par des séances d’unboxing (déballage de colis) pour très vite filmer chaque moment de sa vie familiale.

« Cette mise en scène de soi, de sa famille, de son quotidien, la quête du like, Mélanie ne les avait pas inventées. Elles étaient aujourd’hui une manière de vivre, d’être au monde. »

Mais en novembre 2019, lors d’une partie de cache-cache avec son frère et les enfants du quartier, Kimmy, six ans, disparaît. Kidnapping pour demande de rançon à cette famille influenceuse devenue millionnaire, fugue, rapt pour protéger l’enfant ou contrer le succès d’une concurrente. Clara Roussel, procédurière à la brigade criminelle de Paris instruit l’enquête.

Delphine de Vigan est fidèle à son univers en construisant ce roman. Avec deux personnages issus de mondes différents voire opposés, l’auteure construit une fiction qui utilise les codes du roman noir. Elle l’associe à une réflexion sur les enjeux sociétaux. C’est souvent le point fort des petites histoires de Delphine de Vigan.

Les deux romans montrent à quel point le parent, en l’occurrence la mère, est aveuglé par le besoin d’être reconnu. Ne pouvant l’être par elle-même, elle reporte son espoir contrarié ou son souci de notoriété sur ses enfants. C’est la seule place qu’elles aient trouvé pour exister en ce monde, même s’il est virtuel.

Si les enfants, une fois adultes, règlent leur compte, ce sont bien souvent eux qui y perdent le plus.

Florida d’Olivier Bourdeaut, paru aux Éditions Finitude. Parution : le 4 mars 2021. 256 pages, ISBN : 9782363391469, Prix : 19 euros

Les enfants sont rois de Delphine de Vigan chez Gallimard. Parution : 4 mars 2021. 352 pages, ISBN : 9782072915819, Prix : 20 euros

Olivier Bourdeaut est un écrivain français, né le 3 juillet 1980 à Nantes. Son premier roman En attendant Bojangles, paru en janvier 2016 aux éditions Finitude, est récompensé la même année du prix France Culture-Télérama, du grand prix RTL-Lire, du prix Emmanuel-Roblès, et du prix Roman France Télévisions.

Delphine de Vigan est une romancière, scénariste et réalisatrice française, née le 1er mars 1966 à Boulogne-Billancourt. Elle est l’auteur d’une dizaine de romans dont D’après une histoire vraie, couronné par le prix Renaudot et le prix Goncourt des lycéens en 2015

Lectrice boulimique et rédactrice de blog, je ne conçois pas un jour sans lecture. Au plaisir de partager mes découvertes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici