Voilà le film Monsieur (Sir) de Rohena Gera. Inde/France 1h39. Semaine de la critique, compétition. Le film a obtenu le prix de la Fondation GAN. Vu salle Miramar le 17 mai 2018. Dans ces notes d’un festivalier, Antoine Glémain propose aux lecteur d’Unidivers de rendre compte de ses premières impressions sur divers films en sélection du festival de Cannes 2018.

 

film monsieur sir

Dans le film Monsieur, Ratna est domestique chez Ashwin, le fils d’une riche famille de Mumbai. En apparence la vie du jeune homme semble parfaite, pourtant il est perdu. Ratna sent qu’il a renoncé à ses rêves. Elle, elle n’a rien, mais ses espoirs et sa détermination la guident obstinément. Deux mondes que tout oppose vont cohabiter, se découvrir, s’effleurer…

Un film bien écrit et bien interprété, d’une grande douceur, mais implacable en son fond. L’idéologie du « chacun peut vivre ses rêves, cultiver ses talents, désirer qui il veut » qui anime les deux héros, se heurte à la dure réalité des rapports de classes et de castes comme à un fatum. Il était plus facile à Roméo et Juliette qu’à un « monsieur » et une servante de l’Inde moderne de s’aimer librement.

Viadeo Partager
Après des études en philosophie et sciences humaines, Antoine Glémain a enseigné la philosophie au lycée Lavoisier de Mayenne, avant d'assurer la direction de l'association Atmosphères 53 puis du cinéma le Vox à Mayenne. Il est actuellement cogérant de la coopérative SCIC Cinéma Le Vox.

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom