parc expo rennes foire cuba

Merci François Ruffin ! Vous aimez quand le pot de terre est plus fort que le pot de fer, que David gagne face à Goliath ? Vous aimiez écouter les reportages de François Ruffin dans l’émission Là-bas si j’y suis sur France Inter ? Alors vous adorerez le premier film de ce journaliste engagé. Une sorte de Michael Moore à la française. Merci Patron !

 

merci patronEn tant que journaliste, François Ruffin en a couvert des fermetures d’usine ! La différence entre un reporter parisien et lui, c’est qu’il réside dans le Nord. Il peut donc observer l’impact environnemental et humain de ces délocalisations vers des pays à la main-d’œuvre toujours moins chère. L’envie d’agir est allée au-delà de la création de son journal Fakir (la terreur des politiques et des patrons du coin) en faisant un film. Fort bien construit. En 4 actes. Qui commence dans la salle de bain de Ruffin. Peignoirs en vrac, placo pas encore peint… c’est comme chez nous. Le réalisateur est fier de montrer son dernier achat : un séchoir acquis dans une grande surface. Et d’expliquer que l’action achetée (au groupe dont dépend le distributeur) 70 € a grimpé à 130 €. Par conséquent, c’est comme si le séchoir lui avait été offert. Et il jubile comme un môme devant sa première Gameboy. Merci qui ? Merci Bernard !

 

merci patronIllico, Ruffin endosse une stratégie de marketing, au sens propre, puisqu’il a fait réaliser un t-shirt avec portrait de Bernard Arnault accompagné de I love (cœur) Bernard. Déclaration d’amour déclinée sur mug, casquette et même sur la camionnette qui va l’emmener aux différentes étapes de sa mission. Première station : une bonne sœur rouge et quelques autres chômeurs mal intentionnés à l’égard de leur ancien patron. Deuxième station : le couple Klur, licencié d’une filiale textile du groupe en 2008. Jocelyne et Serge travaillaient dans l’usine Kenzo implantée en Picardie. Depuis, le travail a été délocalisé en Pologne (avant la Grèce ou la Bulgarie, n’importe quel pays avec des travailleurs plus « intéressants »). Sans emploi, étranglés par les dettes, ils doivent apprendre à vivre avec 4 euros par jour (budget calculé par l’assistante sociale). Pire : ils risquent d’être expulsés de leur maison.
Les-Klur-et-Digeon_merci-patron
Pour se sortir de cette situation inextricable, il leur faudrait 30 000 € et un salaire mensuel qui tombe. Là, Fiat Luxe (comme on dit chez LVMH) ! François Ruffin imagine racketter en toute discrétion Bernard Arnault pour que ce brave couple (on pense aux laissés pour compte de Bruno Dumont) conserve son Sam Suffy et retrouve un emploi. C’est aussi pour aider le milliardaire « à redonner un sens à sa vie », prétend avec humour le journaliste.
Ruffin n’a pas cédé à « la tentation de la pleurniche ». Il se mobilise pour transformer sa compassion en acte de salubrité publique. Car qui va exprimer un minimum de fraternité envers cette Jocelyne qui « n’a jamais vu la mer, ni la montagne » ? Pas les actionnaires. Pas les mannequins anorexiques qui défilent sur les podiums. Pas les hommes politiques (pathétique intervention de Marc-Antoine Jamet, secrétaire général de LVMH, mais aussi maire PS de Val-de-Reuil — Eure — et conseiller régional de Normandie). Pas le CNC qui a refusé la moindre aide à Mille et Une productions. Pour rassembler les 80 000 € demandés, ils ont fait appel au crowd-funding, via Ulule.

les-klur_barbecue_merci-patronSuspense, émotion, rigolades et même espionnage : ce thriller social a tous les ingrédients du succès. À chaque projection avec Ruffin (comme au ciné TNB à Rennes en février), la salle est en délire. En son absence, les spectateurs applaudissent à la fin. Bref, ne ratez pas ce film « le plus insolemment populaire de cette nouvelle année 2016 » selon Le Monde. Et ailleurs dans la presse ? Le site Arrêt sur images a enquêté : pas un mot dans Les Échos ni dans le Parisien. Il a déniché « une pépite dans le JDD qui publie un résumé… sans citer LVMH ou son patron » ! Merci qui ?

Film Merci Patron, François Ruffin, Fakir production, Jour2Fête, Mille et une productions
Sortie en salle le 24 février 2016
France — 2015 — Documentaire — 1 h 23

Auteur-réalisateur : François Ruffin
Production : Mille et une productions – Fakir
Image : collectif
Son : collectif
Montage : Cécile Dubois
Distributeur : Jour2Fête — Fakir

Les projections-débats à venir :
le 05/03 à Dunkerque (Studio 43, 20h30), avec François Ruffin.
le 05/03 à Paris (MK2 Beaubourg, 20h), avec Benoît Bréville, journaliste au Monde diplomatique.
le 05/03 à Albertville (Dôme, 20h30), avec Vincent Bernardet.
le 06/03 à Belley (Ciné L’Arlequin, 20h), avec Vincent Bernardet.
le 06/03 à Paris XIe (Majestic Bastille, 16h), avec Thibault Lhonneur (Fakir).
le 07/03 à La-Roche-sur-Foron (Le Parc, 19h30), avec Vincent Bernardet.
le 07/03 à Vienne (L’Amphi, 20h) avec François Ruffin.
le 08/03 à Château-Renard (Vox) avec Sylvain Laporte, journaliste à Fakir.
le 08/03 à Cluses (Cinétoiles, 18h30), avec Vincent Bernardet.
le 09/03 à Nîmes (Sémaphore, 20h15), avec l’équipe du journal.
le 10/03 à Décines-Charpieu (Toboggan, 20h30), en présence de l’équipe du journal.
Vous souhaitez, par la suite, aider à organiser des projections de « Merci patron ! » :

contact : fakirien à mercipatron@fakirpresse.info
contact : Jour2Fête à contact@jour2fete.com et 01.40.22.92.15
ou devenez carrément un préfet du journal !

Par votre abonnement, vos achats en kiosque, fakir productionvotre soutien, c’est vous qui avez financé cette superproduction. On tenait donc à vous prévenir d’emblée, même si, malheureusement, pour assister à la séance, il faudra re-payer quand même. On espère que vous allez vous régaler, que ça vous donnera envie d’y entraîner cousins, copains collègues, lors de la sortie nationale, au printemps. Et que ça vous redressera le moral. Parce que, c’est pas la joie. C’est le bordel dans la gauche, et les militants ont le moral miné. Alors voilà, contre cette morosité, on vous propose cette « Arnaque » en version lutte des classes, une bande de pieds nickelés ch’tis qui a, pour de vrai, piégé le groupe LVMH et son PDG, Bernard Arnault, l’homme le plus riche de France. Cette farce, menée par des ouvriers, une déléguée CGT, redonne de la joie. Ça ranime le moral. Ça chasse, pour une heure au moins, la morosité. Ce film ne sera pas diffusé un dimanche soir sur TF1. On n’aura pas de pub dans le métro et sur les bus. Mais on a mieux que ça, on a vous. Et si ce film vous plaît, c’est vous qui allez en faire un succès, en le relayant auprès de votre entourage, en déposant nos petits papiers à votre boulot, ou à la bibliothèque, ou à votre Amap, en nous en réclamant d’autres, ou en likant sur facebook…

François Ruffin est un journaliste français. Fondateur et rédacteur en chef du journal Fakir, il écrit aussi dans Le Monde diplomatique. Il acquiert une renommée nationale en publiant Les Petits soldats du journalisme, puis en travaillant comme reporter pour Là-bas si j’y suis (France Inter) avec Daniel Mermet. En 2016, il sort son premier film Merci patron !

Film documentaire Merci Patron de François Ruffin : luxe des classes ! was last modified: mars 21st, 2016 by Marie-Christine Biet
mc.biet [@] unidivers .fr Architecte de formation, Marie-Christine Biet a fait le tour du monde avant de revenir à Rennes où elle a travaillé à la radio, presse écrite et télé. Elle se consacre actuellement à l'écriture (presse et édition), à l'enseignement (culture générale à l'ESRA, journalisme à Rennes 2) et au conseil artistique. Elle a été présidente du Club de la Presse de Rennes.

2 Commentaires

  1. « Le film le plus insolemment populaire selon le monde » tout est dit. Insolent comme le Monde. Populaire comme le Monde. C’est une parfaite définition de ce moyen métrage qui développe un mépris terrible pour ceux qu’il prétend défendre et dresse une statue de plomb massif au révolutionnaire en peau de lapin qui plastronne devant l’écran avec la même modestie et la même sincérité que feu Sacha Guitry.

  2. Une superbe critique, comme toutes celles de Marie-Christine Biet sur lesquelles je me jette dès réception de la newsletter Unidivers, pour ce film qui a le mérite de donner la pêche tout en dénonçant le cynisme des puissants…

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom