À Fougères Accords et à cris vient clore en musique, vendredi 30 juin et samedi 1er juillet 2017, la saison de spectacle vivant programmée. Une programmation de deux jours diversifiée à l’image de la saison culturelle : un doux assemblage d’artistes émergents et d’artistes reconnus. Les murs du Théâtre Victor Hugo et ceux du Château de Fougères vont ainsi vibrer sous un feu d’artifice aux couleurs funk, soul, pop, folk, rock, chanson française ou reggae.

Réservez vos places sur centreculturel.fougeres-agglo.bzh (sans commission)
Tarifs :
Soirée au théâtre : 15€
Soirée au Château : 25€
Concert au Coq : 5€
PASS 2 JOURS (Théâtre + Château) : 35€
GRATUIT pour les -12ans

Programme Accords et à cris à Fougères

Vendredi 30 juin / 20h30
– Anaïs
– Ladylike Lily

Samedi 1er juillet / 19h > 00h
– Part-Time Friends
– Olivia Ruiz
– Malted Milk
– Fanfare de rue
– Ensemble national de Reggae
– Les «After» au Coq
– Olaïtan
– Coccords & à Cris

Vendredi 30 juin / 20h30 Théâtre Victor Hugo

Anaïs
La chanteuse revient avec sa fraîcheur, son humour, ses capacités vocales et son mélange des genres. Dès 1999, Anaïs, écrit, compose et chante dans le groupe Opossum. Après plus de 200 concerts et un album 7 titres (Excuse-moi, j’voulais te d’mander), le groupe se sépare en septembre 2003.

FESTIVAL ACCORDS ET A CRISThe Cheap Show
Quelques mois plus tard, Anaïs retrouve la scène, seulement accompagnée d’une guitare, d’un kazoo et, ce qui marquera sa personnalité auprès du public, d’une pédale sampler qu’elle utilise pour le chant, uniquement en direct, « sans filet » comme elle le décrit pour « oversampler » sa voix. Son spectacle, intitulé The Cheap Show, joue sur la simplicité des moyens. Elle tourne très rapidement sans tourneur ni maison de disques. Dans ses chansons, très incarnées, elle déploie une palette de personnages tout en musique, et règle son compte à l’infirmière qui lui a piqué son mec, aux couples qui exacerbent la solitude, aux mauvais bluesmans, rappe, chante le zouk et la folk, etc. Elle parodie également Lynda Lemay, Carla Bruni, imite Francis Cabrel, Justin Timberlake, Shakira et Janis Joplin. Les premiers échos d’Anaïs se font entendre à la suite de son concert au Bars en Trans à Rennes en 2004, puis au Printemps de Bourges en 2005. Nommée aux Victoires de la Musique Anaïs signe chez V2 Records. Ses premiers passages à la télévision (Taratata, où elle chante Mon cœur, mon amour) renforcent sa notoriété. Nommée aux Victoires de la musique 2006, Anaïs impose son style grâce à son « intermède écossais » joué uniquement à capella en samplant sa voix en direct. Elle vend au total plus de 500 000 exemplaires de «The Cheap Show», du jamais vu pour un premier album, en direct et, qui plus est, seule en scène. La chanteuse qualifiera d’ailleurs son album de « One Woman Song ». S’ensuivent plusieurs grosses scènes comme l’ouverture des Eurockéennes de Belfort ou les Francofolies de La Rochelle, l’Olympia …

The Love Album
Fin septembre 2007, elle sort un duo avec The Blood Arm, Do I Have Your
Attention?, reprise d’une chanson du même groupe californien. La chanson et son clip seront salués par la critique et le public séduit par ce nouveau tournant. La même année, elle écrit, compose et interprète avec un combo rock le « pop show » The Amber Story, une comédie musicale juvénile mêlant à nouveau tous les styles, dans laquelle elle joue tous les personnages. Le spectacle est une création pour le festival indépendant LFSM (Les Femmes s’en mêlent) et pour les Nuits Botaniques à Bruxelles. Elle reprendra la chanson « I Love You » tirée du spectacle pour son 2e album «The Love Album ». Grâce à cet album, la chanteuse se retrouve nommée encore une fois aux Victoires de la Musique 2009, et remporte le Globe de Cristal de la meilleure chanteuse féminine de l’année.

À l’eau de Javel
Elle fait son retour en 2012 avec son deuxième album studio intitulé « À l’eau de Javel », un disque de reprises des standards des années 1930 à 1960, hommage aux fantaisistes et à la fantaisie en général. Le single « Je n’embrasse pas les garçons » est envoyé aux radios, tandis que le clip Danseuse privée, avec la participation d’André Manoukian et dans lequel elle incarne deux personnages loufoques, Tina Turner et Mistinguett, est disponible.

Hellno Kitty
En 2014, Anaïs revient en autoproduction et sort en novembre un nouvel album « Hellno Kitty ».

Ladylike Lily label charruesLadylike lily
En pleine préparation de son deuxième EP, Ladylike Lily décide de venir nous présenter seule ses nouveaux morceaux. Ladylike Lily est le projet solo à multiples facettes d’Orianne Marsilli. Portée à ses débuts par une envie d’épure, elle écume les salles uniquement accompagnée de sa guitare avant de livrer un premier album « Get Your Soul Washed » à l’inverse très arrangé. Ladylike Lily a plusieurs cordes à son arc. Il faut se souvenir comment elle happait les spectateurs dans son petit monde folk quand elle présentait ses premières chansons dans les bars de Rennes à la fin des années 2010, tout juste arrivée de son Finistère natal. Elle cachait déjà ses yeux derrière ses cheveux, aux aguets de ce que pouvait ressentir le public devant son chant encore fragile qu’elle habillait juste des accords d’une guitare. Un premier EP « On My Own » se souvient de cette période. De cette folk minimaliste est née, un peu plus tard, une pop plus fouillée parce que les mélodies prennent aussi plaisir à se soumettre au pouvoir d’arrangements qui leur donnent une autre vie. Ladylike Lily n’était plus seule en scène. Elle était la chanteuse d’un groupe qui portait son nom. Ce n’était pourtant qu’une étape, gravée sur un premier album « Get your soul washed », 2012 qui a dépassé les 10 000 exemplaires vendus. Un succès pour une production indé, prolongé par un autre EP (2014). Mais ce qui lui manquait, c’était de raconter autrement ses histoires, de découvrir le plaisir d’écrire enfin dans sa langue maternelle, de s’amuser avec ce nouvel « instrument » qu’est le français, « plus difficile peut-être à maîtriser, mais qui permet autant de musicalité si on le considère avec soin… » C’est à ce moment-là que Christophe Miossec lui propose, au printemps de l’année dernière, de jouer en première partie de ses concerts : « Il a été comme un parrain. Il m’a donné de l’assurance, m’a permis de présenter mes nouvelles chansons devant un public amateur de textes. J’ai pris conscience que quand tout ce que tu dis est compris, il ne se passe pas du tout la même chose. »

Dans la matière
Son nouvel EP «Dans la matière» s’écoute comme on aborde une aventure. Six titres qui plongent dans l’intime pour monter haut, vers une pop qui pétille en mélodies aériennes, colorées de touches d’électro. Six titres mais pas encore de deuxième album pour se laisser le temps d’apprivoiser sa nouvelle vie musicale. « J’ai eu un peu l’impression de repartir à zéro. En français, on ne chante pas pareil. J’ai osé aller explorer plus les aigus, le côté Kate Bush. » Regardez bien la pochette. Elle illustre la mue de Ladylike Lily. Si ses cheveux cachent toujours ses yeux, une troisième main est née comme pour tenir sa nouvelle plume d’auteure, en français. Cette jeune femme a quelque chose à nous dire.

Samedi 1er juillet / 19h – 00h* Château de Fougères

FESTIVAL ACCORDS ET A CRISPART-TIME FRIENDS Tour à tour aérienne, acoustique et abrasive, ou immédiate et sans contrainte, la musique de Part-Time Friends met en lumière un groupe qui a plus d’une facette et plus d’une corde à son arc. C’est un rayon de soleil sur une pop qui voit loin, au-delà des clivages et des effets de manche. Pauline et Florent ont tout compris à l’art de tisser d’impeccables ritournelles, d’assembler couplets qui rebondissent et refrains qui font mouche. Entre alchimie et immédiateté, leurs sensibilités sont complémentaires, l’accord de leurs voix constant… Un délicat équilibre qui fait toute la différence, et qui transparaissait déjà à l’époque où ils testaient leur écriture au gré de nombreux concerts dans les bars et tremplins parisiens. Autodidactes complets, Florent et Pauline ont un rapport intuitif aux harmonies comme à la langue de Shakespeare : la pratique de l’anglais coule de source. Et pour cause : « Nos influences sont toutes anglophones», explique Florent. De leurs pop songs franches et directes, ils en ont fait un canevas sur lequel ils ont brodé leur ressenti. « Ce sont des petits pansements à l’âme », concèdent-ils en chœur. « Nos textes parlent d’amour, de blessures, de nos espoirs, de nos peurs… tous ces sujets profonds qui comptent, et qu’on essaie d’exprimer avec des mots simples – à commencer par notre amitié, très forte, mais aussi parfois conflictuelle.»

Fingers crossed
De cette relation aussi intime qu’à une époque houleuse, ils ont tiré leur nom de scène : Part-Time Friends. Dans le respect d’une tradition british en diable, l’EP a été enregistré au Pays de Galles, à Monmouth dans le célèbre studio Monnow Valley. Cette ville compte désormais aussi le tout jeune producteur Tom Manning, aux manettes de cet EP : avec lui, l’entente a été aussi fructueuse qu’immédiate. Ils ont en outre profité des arrangements de Ben Christophers (lequel, au-delà de ses propres albums solo, a permit à Bat for Lashes d’atteindre le succès qu’on sait). Autour de ce noyau dur, le bassiste britannique Will Taylor et l’ami de longue date et multi-instrumentiste Clément Doumic (Feu ! Chatterton).

FESTIVAL ACCORDS ET A CRISOLIVIA RUIZ
Olivia Ruiz chante les métamorphoses, les corps qui ne sont rien sans l’esprit, le combat pour accepter que les miroirs ne disent pas toujours la vérité… La Comtesse aux pieds nus. C’est la première image qui vient à l’écoute de « Mon Corps, Mon Amour », nouveau single d’Olivia Ruiz, annonçant son 5e album qui est sorti en novembre 2016. Les images sont libres, elles n’en font qu’à leur tête. Elles décident pour nous, elles s’imposent sans forcer. Olivia Ruiz n’écrit que comme ça d’ailleurs, sans prose frontale ni plan d’attaque. Elle fait confiance aux émotions de ceux qui la suivent, à leur capacité à s’approprier ses mots pour tracer leur propre chemin. Quatre années depuis « Le Calme et la Tempête ». Un disque où la chanteuse avait mis beaucoup, avait tout composé, écrit, s’était mise à nue, comme jamais. Elle avait creusé, affronté, assumé, traversé. C’était un disque d’importance. 120 000 albums écoulés. Olivia Ruiz avance sans se retourner. Elle avance avec ses doutes, ses désirs, ses regards. Chez elle, on caresse d’abord avec les yeux et l’âme. Elle avance. Quatre années passées sur les routes, de France, d’Asie et des Amériques, à écrire et réaliser son premier court-métrage : « Où elle est maman ? », à édifier « Volver », une comédie musicale contemporaine avec le chorégraphe Jean-Claude Gallotta, qui racontera, entre danse, voix off et chansons (quatorze, choisies par Gallotta dans ses quatre premiers disques) l’histoire d’une immigrée espagnole qui débarque en France, avec l’horizon comme seule certitude

L’avant-première aura lieu le 17 septembre prochain, à Grenoble. Quatre années pour devenir maman. Quatre années pour respirer encore, au-delà des épreuves, au-delà des racines et de la transmission, au-delà des autres même. Olivia Ruiz chante les métamorphoses, les corps qui ne sont rien sans l’esprit, le combat pour accepter que les miroirs ne disent pas toujours la vérité, la force, les cojones «courages» (elle n’en manque assurément pas) pour offrir au monde ses créations, la fragilité oxygène, tous ces regards qui comptent, qui sauvent ou qui terrassent. Toutes ces choses que l’on tente avec une boule au ventre et qui nous élèvent. Olivia Ruiz n’est pas Ava Gardner. Elle n’en a pas besoin.

FESTIVAL ACCORDS ET A CRISMALTED MILK
Après le succès de son album Sweet Soul Blues, le groupe revient sur le devant de la scène avec un show toujours aussi funky. Malted Milk n’est jamais aussi puissant que sur scène. Une bombe !

Malted Milk débute en 1998 en tant que duo acoustique initié par Arnaud Fradin (guitare, chant). Après Peaches, Ice Cream & Wine en 1999, Malted Milk se transforme et s’étoffe sur la route. Le groupe devient quintette, puis passe au septette avec Yann Cuyeu (guitare), Igor Pichon (basse), Gilles Delagrange (batterie), Frank Bougier (trompette), Nicolas Mary (clavier), et Sylvain Fétis (saxophone). Malted Milk opère alors un virage soul et rhythm ‘n’ blues, favorisé par sa rencontre avec le chanteur américain Karl W. Davis. Ils se produisent ensemble en 2008 en tant que Karl W. Davis and the Milkmen. Le groupe laisse alors libre cours à sa recréation de la soul, tel que savent si bien le faire Raphael Saadiq ou Eli Paperbot Reed. Le résultat est plus que convaincant et propulse Malted Milk sur l’avant-scène en 2010 avec Sweet Soul Blues. Dans sa formule actuelle, dynamisée par l’arrivée de nouveaux éléments brillants, le soul band le plus redoutable du continent est une véritable machine de guerre.

Malted Milk est LA référence du moment en France. Keep on Groovin’ ! On est admiratif du chemin parcouru depuis l’époque où le groupe se réduisait à un duo blues très roots. À mesure qu’il s’étoffait, MM a progressivement investi le territoire de l’âme afro-américaine, jusqu’à trouver depuis quelques mois une alchimie parfaite. Le band se distingue d’autres ensembles européens qui chassent sur les mêmes terres par sa capacité à échapper au syndrome de la copie.  Par sa créativité, il propose à la soul de nouveaux horizons tout en restant fidèle à l’imaginaire sudiste originel, ainsi que le montre la reprise éclairée du Wiggle de Syl Johnson. Le reste est du lait 100% malté, gorgé de funk, de riffs cuivrés, d’envolées de guitare, de lignes de basse nerveuses, de feulements d’orgue… Sans oublier la voix lactée d’Arnaud qui ferait fondre le public féminin du chitlin’ circuit, ou encore les pépites signées Karl W. Davis, Nina Attal et 20Syl, venus prêter allégeance au groove.

SAMEDI

La Fanfare !
L’Ensemble national de Reggae est un projet carrément original puisque c’est le premier groupe de reggae qui marche !  C’est-à-dire qu’il peut jouer en fixe ou en déambulatoire, sur scène ou dans la rue… « Un groupe qui marche ?! Mais c’est une fanfare  !!!  »  me direz vous… Eh bien non, car pour s’appeler fanfare il ne faut que des cuivres et des percus  ! Or l’ENR est un vrai groupe de reggae composé d’un chanteur à la voix extraordinaire, et talentueux musiciens  : bassiste, guitariste,  une section de 4 cuivres, et deux batteurs. Techniquement, le groupe est accompagné par une sono mobile et autonome en électricité où tous les musiciens sont sonorisés avec des micros sans fil. Baptisé «Reggae Mobil System» cette sono est gérée par un ingénieur du son qui pilote tout ça en wifi sur une tablette, ce qui le rend, tout comme les musiciens, mobile et autonome! Dans la rue ou sur scène c’est pour être au plus près du public que l’ENR a été conçu ! Bref, L’idée de départ était de créer une fanfare reggae reprenant exclusivement les plus grands standards afin de rendre hommage aux artistes qui ont donné ses lettres de noblesse au reggae et de donner l’occasion au public d’entendre à nouveau ces hits avec des musiciens en live ! Une formule unique en son genre qui vous entraîne dans une ambiance dansante et festive… un véritable partage de good vibes !

SAMEDI. AMBIANCE FESTIVE ENTRE CHAQUE CONCERT

Vendredi A PARTIR DE MINUIT CAFE-CONCERT LE COQUELICOT

FESTIVAL ACCORDS ET A CRISOlaïtan
La fanfare Olaïtan, qui signifie «la source ne tarie jamais», est composée de 8 musiciens unis pour valoriser la culture traditionnelle du Vaudou, dont le Benin en est le berceau. Quand on sait ce que le Bénin est capable d’apporter la culture des fanfares, c’est tout naturellement que Zn Production a voulu collaborer avec ces musiciens hors normes, véritables gardiens de la musique que nous appellerons «vivante»

L’After au Coq* : À PARTIR DE 00H30 SAMEDI

FESTIVAL ACCORDS ET A CRISCotton belly’s : Accrochez-vous, ça décoiffe ! Quelques graines de modernité au pied des racines du blues, voilà donc qui suffit à l’éclosion de la fleur de « Cotton Belly’s ». Cotton Belly’s, c’est du blues mais pas que… Venus d’horizons divers, aux influences musicales variées, ils dépoussièrent le genre comme personne. Ils le prouvent au fil de leurs compositions offrant une musique directe et généreuse où vibrent tradition et modernité. Les anciens «rookies» ont muri, ainsi leur son s’est considérablement affirmé avec Rainy Road, leur nouvel album. Si l’humour, l’espièglerie ou encore la simplicité sont du voyage, les Cotton Belly’s au travers des ambiances situées au carrefour du Blues, de la Folk et du Rock n’ignorent pas les crises qui secouent le Monde. Les textes évoquent notre humanité, les mélodies nous accompagnent longtemps après que les dernières notes aient résonné.

2016 / Vainqueur du 3e blues challenge français aux rendez-vous de l’Erdre. Finaliste du tremplin Chien à Plumes. 2015 / 3e album «Rainy Road» (autoproduction). Prix coup de
coeur de la Fondation Orange à Jazz sous les pommiers.

Accords et à Cris 3è édition, Vendredi 30 juin et samedi 1er juillet 2017 à Fougères avec Ladylike Lily, Anaïs, Cotton belly’s, Ensemble national de reggae, Olivia Ruiz, Malted milk, Olaitan

Programme Accords et à cris à Fougères

Vendredi 30 juin / 20h30
Anaïs
Ladylike Lily

Samedi 1er juillet / 19h > 00h
Part-Time Friends
Olivia Ruiz
Malted Milk
Fanfare de rue
Ensemble national de Reggae
Les «After» au Coq
Olaïtan
Coccords & à Cris – 3e édition – 30 juin et 1er juillet- Evénement Fougères Agglomération

FESTIVAL ACCORDS ET À CRIS FOUGÈRESEvénement organisé par le Centre Culturel Juliette Drouet
FOUGERES AGGLOMERATION
Rue du Gué Maheu – BP 40145 – 35301 Fougères Cedex
Tarifs
Soirée au théâtre : 15€
Soirée au Château : 25€
CONCERT AU COQ : 5€
PASS 2 JOURS (Théâtre + Château) : 35€
GRATUIT pour les -12ans

CENTRE CULTUREL JULIETTE DROUET
Mardi, jeudi et vendredi de 14h à 18h,
mercredi de 10h à 13h et de 14h à 18h.
02 99 94 83 65
SUR INTERNET
Billets également en vente sur centreculturel.fougeres-agglo.bzh (sans commission)
AU THÉÂTRE
Vendredi 30 juin
Dès 19h30 (dans la limite des places disponibles)
AU CHÂTEAU
Samedi 1er juillet
Dès 10h30 – sans interruption.
Autres points de Vente
FNAC – Carrefour – Leclerc – Cultura
www.fnac.com – www.ticketnet.fr
Digitick
Petite restauration & buvette sur place
Renseignements
Centre Culturel Juliette Drouet : 02 99 94 83 65
Café-Concert Le Coquelicot (rue de Vitré) : 02 99 99 84 52