expo, americana latina, fondation cartier

La Fondation Cartier expose la photographie latino-américaine de 1960 à nos jours lors d’une rétrospective riche et enrichissante. Un voyage de plus de cinquante ans est proposé au public. Un voyage décevant.

À l’aide d’images et de textes, ce sont tous les grands événements de l’histoire latino-américaine qui sont relatés. L’instabilité politique dans de nombreux pays de ce coin du globe est un sujet passionnant. Rassemblant plus de 70 artistes de 11 pays différents, ces œuvres modernes présentent des photographes méconnus. La présentation de 400 de leurs œuvres est censée réparer une certaine injustice. Toutefois, la conception de l’exposition Americana Latina déçoit.

expo, americana latina, fondation cartier

 Dense, sans doute trop dense, l’exposition America Latina brille par son aspect… chaotique. En cause, une scénographie brouillonne, peu fluide.

Certes, des travaux photographiques remarquables sont présentés, à l’image de la série Marcados. Quel réalisme dans cette monstration de la tristesse ! Quelle puissance dans la dénonciation d’une politique fondée sur la mise en coupe réglée du peuple…

expo, americana latina, fondation cartierSur le papier, les promesses de l’exposition semblent pertinentes ; en pratique, un assemblage trop dense de photographies gâche l’ensemble. De fait, comme apprécier plusieurs centaines de travaux agglutinées les uns aux autres ? Le visiteur se tient en apnée, rien ne lui offre de reprendre son souffle.

Une exposition à fort potentiel gâchée par une scénographie chaotique qui vire à la gabegie.

 

 

Commissariat de l’exposition Ángeles Alonso Espinosa, Hervé Chandès, Alexis Fabry, Isabelle Gaudefroy, Leanne Sacramone et Ilana Shamoon

19 novembre 2013-6 avril 2014. Programmation : Tous les jours (sauf lundi, 1er janvier, 25 décembre) 11h-20h, nocturne mardi jsq 22h.Tarifs : entrée 10,50€, tarif réduit 7€, gratuit -13 ans, mercredi : gratuit -18 ans. Adresse :Fondation Cartier pour l’art contemporain 261 boulevard Raspail 75014 Paris 14e

Artistes de l’exposition Elías ADASME (Chili), Carlos ALTAMIRANO (Chili), Francis ALŸS (Mexique), Claudia ANDUJAR (Brésil), Antonio Manuel (Brésil), Ever ASTUDILLO (Colombie), Artur BARRIO (Brésil), Luz María BEDOYA (Pérou), Iñaki BONILLAS (Mexique), Oscar BONY (Argentine), Barbara BRÄNDLI (Venezuela), Marcelo BRODSKY (Argentine), Miguel CALDERÓN (Mexique), Johanna CALLE (Colombie), Luis CAMNITZER (Uruguay), Bill CARO (Pérou), Graciela CARNEVALE et le Grupo de Artistas de Vanguardia (Argentine), Fredi CASCO (Paraguay), Guillermo DEISLER (Chili), Eugenio DITTBORN (Chili), Juan Manuel ECHAVARRÍA (Colombie), Eduardo Rubén (Cuba), Felipe EHRENBERG (Mexique), Roberto FANTOZZI (Pérou), León FERRARI (Argentine), José A. FIGUEROA (Cuba), Flavia GANDOLFO (Pérou), Carlos GARAICOA (Cuba), Paolo GASPARINI (Venezuela), Anna Bella GEIGER (Brésil), Carlos GINZBURG (Argentine), Daniel GONZÁLEZ (Venezuela), Jonathan HERNÁNDEZ (Mexique), Graciela ITURBIDE (Mexique), Guillermo IUSO (Argentine), Alejandro JODOROWSKY (Chili), Claudia JOSKOWICZ (Bolivie), Marcos KURTYCZ (Mexique), Suwon LEE (Venezuela), Adriana LESTIDO (Argentine), Marcos LÓPEZ (Argentine), Pablo LÓPEZ LUZ (Mexique), Rosario LÓPEZ PARRA (Colombie), LOST ART (Brésil), Jorge MACCHI (Argentine), Teresa MARGOLLES (Mexique), Agustín MARTÍNEZ CASTRO (Mexique), Marcelo MONTECINO (Chili), Oscar MUÑOZ (Colombie), Hélio OITICICA (Brésil), Damián ORTEGA (Mexique), Pablo ORTIZ MONASTERIO (Mexique), Leticia PARENTE (Brésil), Luis PAZOS (Argentine), Claudio PERNA (Venezuela), Rosângela RENNÓ (Brésil), Miguel RIO BRANCO (Brésil), Herbert RODRÍGUEZ (Pérou), Juan Carlos ROMERO (Argentine), Lotty ROSENFELD (Chili), Graciela SACCO (Argentine), Maruch SÁNTIZ GÓMEZ (Mexique), Vladimir SERSA (Venezuela), Regina SILVEIRA (Brésil), Milagros DE LA TORRE (Pérou), Susana TORRES (Pérou), Sergio TRUJILLO DÁVILA (Colombie), Jorge VALL (Venezuela), Leonora VICUÑA (Chili), Eduardo VILLANES (Pérou), Luiz ZERBINI (Brésil), Facundo DE ZUIVIRÍA (Argentine).

*

Exposition America Latina à la Fondation Cartier 1960-2013 : Une scénographie chaotique

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom