Un must de l’architecture du XXe siècle à l’école d’architecture de Rennes

Conçue par Mies van der Rohe et classée au Patrimoine mondial de l’UNESCO en 2001, cette somptueuse villa attire les fans d’architecture à Brno.

C’est où çà ?

Brno (prononcez Beurre-No) est la capitale de la Moravie, l’autre région de la République tchèque – avec la Bohême. La création de cette république en 1918 a dopé l’essor de l’importante cité au cœur de l’Europe. Dès david_zidlicky1919, un département Architecture et Construction s’ouvrit au sein de l’Université technique tchèque de la ville. Dans les années 20, les architectes s’enthousiasmèrent pour le fonctionnalisme qui s’exprima brillamment lors de l’Exposition de culture tchèque contemporaine de 1928. La Moravie était top tendance et les grands architectes européens s’y pressaient : Le Corbusier faisait les doux yeux à Tomas Bata pour décrocher la commande de son usine de chaussures (à Zlin) et Ludwig Mies van der Rohe planchait sur la Villa Tugendhat en même temps que sur le célébrissime pavillon de l’Expo internationale de Barcelone.

Qui était Mies van der Rohe ?

015_VT_Copyright_david_zidlicky_VIEW FROM VILLAOriginaire d’Aix-la-Chapelle, l’un des principaux promoteurs du mouvement moderne en architecture s’est imposé dans le dessin et la construction d’édifices innovants, d’abord en Europe. Jeune architecte à Berlin chez Peter Behrens,  il s’intéresse de près au constructivisme, au mouvement de Stijl et à Frank Lloyd Wright. Il fréquente Walter Gropius, futur fondateur du Bauhaus – que Mies dirigera de 1930 à 1933. Il fuit le nazisme en 1937 et s’installe en Amérique du Nord où il édifia de nombreux immeubles de référence (dont le Seagram Building à New York). Il mourut à Chicago en 1969.

Qui étaient les maitres d’ouvrage ?

Villa TugendhatGreta Weiss et son mari Fritz Tugendhat, issus de riches familles industrielles de Brno, attachaient beaucoup d’importance à leur cadre de vie. Séduits par la maison de l’historien d’art Eduard Fuchs à Berlin en 1927, ils souhaitèrent rencontrer son concepteur, Mies van der Rohe, qui leur montra son projet pour le Pavillon de l’Allemagne à Barcelone. Son principe de structure porteuse légère et murs de verre les enthousiasma. S’ensuivit une relation forte et complexe entre maitre d’ouvrage et maitre d’œuvre – avec un budget quasi illimité ! Las, les Tugendhat ne profitèrent pas longtemps de leur exceptionnelle maison. Eux aussi durent fuir les nazis.

(N.B. Cette aventure hors du commun inspira récemment le passionnant roman de Simon Mawer Le Palais de Glace dont la Villa Tugendhat est l’héroïne. L’ouvrage a plu modérément aux héritiers Tugendhat, dit-on.)

La Villa Tugendhat

Villa TugendhatSituée dans un quartier résidentiel de Brno, sa particularité première est son insertion dans le site : pas au milieu du vaste terrain, mais en bordure de celui-ci. La façade sur rue, d’une grande sobriété, présente un seul étage (où sont les chambres à coucher de la famille et les services) sous un toit plat. Du hall d’entrée part un escalier qui dessert l’étage de réception, à R – 1. Le séjour de 300 m2 offre une vue panoramique sur le parc et la silhouette de la vieille ville à l’horizon ; il comporte un jardin d’hiver et une salle de réception séparée du salon de musique et la bibliothèque par une cloison d’onyx (apporté des montagnes de l’Atlas africain). De larges baies le relient directement à la terrasse semi-ouverte depuis laquelle un large escalier mène au jardin. L’espace de la salle à manger se love dans une cloison en bois de macassar. Les cuisines jouxtent les chambres des domestiques qui peuvent accéder aisément au rez-de-jardin réservé aux espaces de service – parmi lesquels une chambre froide pour les fourrures de madame !

Vila, villa Tugendhat, brno, rennesSi de nombreux tours de force caractérisent cette demeure (murs de verre à ouverture totale, chauffage central, système d’air conditionné, chambre d’humidification à régulation…), il faut d’abord souligner l’ingéniosité de la structure principale faite en béton armé et en poutrelles d’acier fines, de section cruciforme et couverte d’inox poli pour ne pas marquer visuellement le volume.

Réquisitionnée par l’État allemand en 1939, la villa perdit ensuite une grande partie de son mobilier d’origine et subit différentes altérations. Récupérée par la Tchécoslovaquie après la guerre, elle a fait en 1993 l’objet d’une première restauration, suivie d’une autre après le classement à l’UNESCO, organisée par le Fonds de la Villa Tugendhat qui a procédé à une restitution scrupuleuse avec le mobilier d’origine, intégralement conçu par Mies van der Rohe – les amateurs connaissent notamment la « chaise Tugendhat » en acier plat chromé garni de cuir piqué.

La visite

Villa TugendhatL’école d’architecture de Bretagne peut s’enorgueillir d’accueillir cette expo dont c’est la première date en France. Le mieux est bien sûr d’aller visiter la it house à Brno (jumelée avec Rennes depuis 1965) mais organisez-vous bien, car les réservations sont bookées minimum sur trois mois !

 

 La Villa Tugendhat de Mies van der Rohe. Jusqu’au 25 avril. Du lundi au vendredi, de 9h à 17h. Gratuit. École nationale supérieure d’architecture de Bretagne, 44 bd de Chézy, Rennes. www.tugendhat.eu

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Photos : David Zidlicky

mc.biet [@] unidivers .fr Architecte de formation, Marie-Christine Biet a fait le tour du monde avant de revenir à Rennes où elle a travaillé à la radio, presse écrite et télé. Elle se consacre actuellement à l'écriture (presse et édition), à l'enseignement (culture générale à l'ESRA, journalisme à Rennes 2) et au conseil artistique. Elle a été présidente du Club de la Presse de Rennes.

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom