Alice au pays des merveilles :le merveilleux à portée de mains

Jusqu’à la mi-mars 2012, l’espace culturel « Les Champs Libres » présente le monde imaginaire d’Alice au pays des Merveilles. Loin de Paris où paraît-il le culturel est une exception, cette exposition force le respect. Le visiteur laissera poindre une émotion. Car la petite madeleine de Proust n’est jamais très loin.

Rien d’intellectuel et de prise de tête dans cette exposition, loin de là. On est dans la nostalgie. Rien que dans cette nostalgie qui soigne les affres de la vieillesse. Comme Alice, pénétrons vite dans le couloir de l’imaginaire et croquons le gâteau magique « Eat me ». Car une fois cette précaution prise, l’univers de la petite fille de Lewis Caroll se dévoile comme dans un tourbillon culturel. Le visiteur est sollicité par son imagination, son intellect et ses émotions. Il entre par une porte pour en sortir par une autre. Et à chaque fois, Alice séduit le petit garçon et fait rêver la petite fille.

Loin d’être un simple accrochage et une présentation érudite, l’expo des Champs Libres convainc par sa mise en scène soignée. Elle donne l’impression d’être en mouvement par des détails intensément « carollien » : des chaises et les pendules qui volent, des portes qui s’ouvrent vers nulle part et des miroirs qui se déforment. Ici et là, on est dans le ludique artistique et dans la poésie enfantine.

Dans ce monde coloré, les visiteurs retrouvent avec plaisir les fleurs qui chantent, le lapin toujours en retard et la reine des cartes. Ils n’en reviennent toujours pas d’avoir découvert Alice en brune, Alice au cou démesurément long et Alice en comédienne holywoodienne. Car là est l’intérêt de cette exposition. Elle fait la part belle aux différentes adaptations d’illustrateurs (on pense à Mary Blair), de cinéastes (le surréaliste Svankmajer) ou de musiciens (Jefferson Airplane) séduits par la protégée du professeur Lewis Caroll.

De l’autre côté du miroir, on passe aisément afin de côtoyer Alice dans le merveilleux. Une aventure un brin facilitée par l’interactivité de cette exposition, utilisant à bon escient vidéos, ipad et écrans tactiles. On est comme assis dans un fauteuil. Mais attention le dossier de chaise peut se transformer en écran télé du plus bel effet. Alice est un délice, Caroll un brin…“fol”.

Images d’Alice, au pays de merveilles, exposition du 25 octobre au 11 mars 2012. Tarifs plein : 4 euros. Tarif réduit : 3 euros. Découverte à 5 : 14 euros. Gratuit pour les moins de 8 ans et pour les moins de 26 ans le mardi après 18 heures. Les Champs Libres, 10 cours des Alliés, 35 000 Rennes. Tél. 02 23 40 66 00.

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom