Dans les années soixante, les paysans de nos campagnes passent à l’heure moderne. L’écomusée du Pays de Rennes revient sur leur histoire. Elle propose une exposition temporaire ludique, interactive et instructive. C’est réussi et à voir au plus vite.

 

Aux portes de Rennes, retour dans le passé des femmes et des hommes de nos campagnes. Pour partir à leur rencontre, un petit tour de pétrolette ou de motobécane s’impose en direction de Melesse et de Bazouges la Pérouse. Là-bas, les paysans jouent aux palets, organisent des courses de vélos le dimanche, dansent aux bals du samedi soir et se retrouvent aux bistrots. C’est ce temps où les villages abritent encore des épiceries, des quincailleries, des boulangeries, des boucheries et autres petites commerces.

Un petit tour en pétrolette ou en motobécane

En faisant revivre la paysannerie des années soixante, l’écomusée touche notre cœur de citadins et plonge dans nos racines profondes. Car il faut bien le dire, et n’en déplaise aux snobs, nombre de nos grands-pères étaient de Romagné, de Messac-Guipry, Janzé et tâtaient le cul des vaches. Mais que l’on se rassure, pas de moquerie déplacée : l’exposition présente une paysannerie dynamique et intelligente.

Dans ces années-là, les hommes laissent tomber les sabots pour les bottes et le cheval pour le tracteur sous l’impulsion de Jeunesse Agricole Catholique, du Mouvement rural de jeunesse chrétienne et de la Révolution agricole. Tandis que leurs femmes abandonnent le battoir pour la machine à laver. « On regardait le ligner tourner dans le hublot dans les nouvelles machines. » confie l’une d’elles.

Dans les fermes, la terre battue laisse place au carrelage

Le confort facilite l’existence. On a du mal aujourd’hui à imaginer l’apport de la gazinière, du téléphone, de l’eau courante, de l’électricité, de la Renault 4L et de l’Ami 6. La science améliore la vie courante mais aussi la vie professionnelle. « On nous a demandé de produire, » se souvient une agricultrice. En deux temps trois mouvements, les laiteries font florès, tout comme les moissonneuses batteuses, tracteurs Pony et, forcément, l’agriculture intensive. Un boom qui n’ira pas sans  déconvenue…

A grand renfort de vieux films, d’affiches publicitaires et d’interviews, l’exposition fait naître un grand espoir : celui de renouer avec nos agriculteurs. On doit bien cela aux pères de l’agriculture moderne lors d’une visite à l’écomusée.

[stextbox id= »info » color= »000066″ bgcolor= »cccc00″]Pratique : l’écomusée est ouvert l’hiver (du 1er octobre au 31 mars) du mardi au vendredi de 9h à 12h et de 14 h à 18 h, le samedi de 14h à 18h et le dimanche de 14h à 19h. Fermé les jours fériés et lundi.
Tarifs : 4,60 € / tarif réduit pour les 6-14 ans : 2,30 €. Groupes adultes : 3,80 € (sur rendez-vous). Visites guidées pour groupes adultes. Forfait pour un guide (max. 40 personnes par guide) : 30,50€
Ferme de la Bintinais, route de Châtillon-sur-Seiche, 35200 Rennes. Téléphone. 02 99 51 38 15[/stextbox]

 

Expo à l’écomusée de la Bintinais > Au temps de l’agriculture yé-yé

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom