Une pelle – Cirque Loguivy-Plougras, 25 juin 2021, Loguivy-Plougras.

Une pelle – Cirque 2021-06-25 – 2021-06-27
Loguivy-Plougras Côtes d’Armor Loguivy-Plougras

  Vendredi 25 Juin à 20h, samdi 26 Juin à 18h, dimanche 27 Juin à 10h.
Olivier Debelhoir a le don de se fabriquer des épopées avec presque rien. Une yourte, une tête de sanglier empaillé, un accordéon, une vieille télé et des skis, et le voilà trappeur sentimental dans Un soir chez Boris. Mais il peut se contenter d’encore moins : une tente, un fil dressé vers le ciel, une pelle et un copain. Dans Une pelle, c’est tout ce qu’il lui faut pour s’imaginer aventurier. Partagés autour d’un feu de camp, quelques pop-corn préparés avec son outil préféré suffisent à nous embarquer dans la singulière ascension des deux amis qui mettent le cirque dans tous ses états. Car dans l’imaginaire des deux complices, se mêlent joyeusement des résidus de série B, de western spaghetti et de film catastrophe. La performance n’est pas triste. Tendre, absurde, leur dialogue funambule conjugue les arts de la piste et ceux du théâtre sur des airs des années 80. Avec aussi un côté punk, tout en simplicité. S’il a des airs de Don Quichotte, notre guide n’en a pas la folle ambition. Il est le roi du bout de ficelle, il en est fier et pour nous, c’est tant mieux.

Vendredi 25 Juin à 20h, samdi 26 Juin à 18h, dimanche 27 Juin à 10h.
Olivier Debelhoir a le don de se fabriquer des épopées avec presque rien. Une yourte, une tête de sanglier empaillé, un accordéon, une vieille télé et des skis, et le voilà trappeur sentimental dans Un soir chez Boris. Mais il peut se contenter d’encore moins : une tente, un fil dressé vers le ciel, une pelle et un copain. Dans Une pelle, c’est tout ce qu’il lui faut pour s’imaginer aventurier. Partagés autour d’un feu de camp, quelques pop-corn préparés avec son outil préféré suffisent à nous embarquer dans la singulière ascension des deux amis qui mettent le cirque dans tous ses états. Car dans l’imaginaire des deux complices, se mêlent joyeusement des résidus de série B, de western spaghetti et de film catastrophe. La performance n’est pas triste. Tendre, absurde, leur dialogue funambule conjugue les arts de la piste et ceux du théâtre sur des airs des années 80. Avec aussi un côté punk, tout en simplicité. S’il a des airs de Don Quichotte, notre guide n’en a pas la folle ambition. Il est le roi du bout de ficelle, il en est fier et pour nous, c’est tant mieux.