Spectacles MarieCurie3.0 & Le Mauvais Genre Médiathèque Marguerite Duras, 30 octobre 2020 18:30-30 octobre 2020 18:30, Paris.

Le vendredi 30 octobre 2020
de 19h30 à 21h
gratuit

Un spectacle en 2 parties du collectif DAJA sur les fakes-news dont a été victime Marie Curie, l’égalité homme femme et les discriminations de genre.

MarieCurie3.0 

Une élève d’origine rom, Anina, découvre sur les réseaux sociaux des informations scandaleuses concernant Marie Curie. Elle en parle à son professeur qui l’incite à rechercher la vérité par elle-même. Son enquête lui permet de découvrir les calomnies dont la célèbre scientifique a été victime et comment les fausses nouvelles de l’époque alimentent les fake news d’aujourd’hui. 

On aborde ici un aspect peu connu de la vie de Marie Curie : la campagne menée contre elle par l’extrême droite en 1911, à partir de rumeurs et de fausses nouvelles. Un lien est établi dans le spectacle entre hier et aujourd’hui.


Le Mauvais Genre 

Suite de MarieCurie3.0. On retrouve Anina devenue coursière en vélo pour financer ses études. Ses collègues décident de monter un syndicat auquel elle participe avec enthousiasme. Mais qui va pouvoir les représenter ? Celui qui se propose n’est pas tout à fait dans les normes… Avec ce nouvel épisode on aborde la question du genre et la haine LGBT (qia).

Durée 50 mn – à partir de 13 ans.

Note de Gérard Noiriel, auteur du texte LE MAUVAIS GENRE

« Ce  spectacle est le résultat d’une collaboration entre l’association DAJA et lesmilitants de l’UD-CGT de Gironde ainsi que de la CCAS de Bayonne depuis 2017 (tournée de Chocolat blues en Aquitaine). En 1971, lorsque le Front homosexuel d’action révolutionnaire (FHAR) avait souhaité participer au défilé du 1er mai, la CGT avait refusé en disant que l’homosexualité était «une tradition étrangère à la classe ouvrière». Les choses ont bien changé aujourd’hui, puisque la CGT est partie prenante des luttes contre les discriminations à l’égard des LGBT. Néanmoins, c’est un combat qui reste difficile à mener. La question est d’autant plus redoutable qu’au moment du débat concernant la loi sur le « mariage pour tous », les mouvements populistes ont mis en concurrence les revendications sociales qu’ils prétendaient défendre et les revendications identitaires qu’ils combattent. L’une des questions qui se posent est donc de savoir comment articuler les causes pour éviter qu’elles s’opposent. Fidèles à notre démarche associative, plutôt que d’asséner des leçons de morale, nous avons mobilisé les ressources qu’offre le spectacle vivant pour favoriser un cheminement permettant au public de s’interroger sur ses préjugés en matière de genre. Les réactions souvent viscérales que suscitent les débats sur cette question prouvent qu’elle touche des ressorts profonds de notre identité. L’aborder avec le recul de l’histoire est un moyen d’éviter ces réactions passionnelles, tout en prenant en compte les arguments hostiles.

Ce projet s’inscrit dans le prolongement de notre précédent spectacle sur Marie Curie car les discriminations sexistes dont elle a souffert s’inscrivent dans une problématique plus vaste concernant le rapport masculin/féminin. Les journaux de l’époque l’ont parfois présentée comme « l’homme du jour », des portraits d’elles ont souligné sa « physionomie masculine ». »

Spectacles de Gérard Noiriel avec Nadine Berland et Martine Derrier, mise en scène Michel Quidu. Production Les petits ruisseaux et collectif DAJA 

Collectif Daja

La création de l’association DAJA, en 2007, a marqué l’aboutissement d’un longue période de réflexion et d’expérimentations dans le but de retisse des liens entre les trois grands pôles de la culture publique : l’art, la connaissance et l’action civique.

Notre pari initial était de montrer que des projets artistiques construits grâce à ce type de collaboration, et avec des moyens modestes, pouvaient trouver leur public et acquérir une certaine visibilité sur le plan national. L’objectif a été amplement atteint avec le projet sur l’histoire du clown Chocolat. La conférence-théâtrale que nous avons créée en 2009, grâce à une aide du Conseil Régional d’Île de France et de l’ACSE, a permis d’enclencher une dynamique culturelle qui a abouti à la création du spectacle Chocolat clown nègre, mis en scène par Marcel Bozonnet, produit par la MC d’Amiens et joué notamment aux Bouffes du Nord,

logo DAJA

GERARD NOIRIEL

Auteur, historien, chercheur en sciences sociales, historien et directeur d’études à l’EHESS, a notamment travaillé sur l’articulation de l’immigration, de la nation et des sentiments xénophobes. Parmi de nombreux livres : Les Fils maudits de la République (Fayard, 2005), À quoi sert « l’identité nationale » (Agone, 2007) et Histoire, théâtre et politique (Agone, 2009). Il préside le collectif Daja. Il a créé en 2009 une conférencespectacle sur Chocolat et récemment il est l’auteur de Chocolat clown nègre monté par Marcel Bozonnet. Chocolat, la véritable histoire d’un homme sans nom, Bayard, 206 Théâtre, histoire et politique, Agone, 2009 Théâtre (I). Reconnaissance frauduleuse (Une tragédie coloniale), Daja, 2017 Théâtre (II), Seuls en scène (contre les discriminations).

MICHEL QUIDU

Mise en scène, direction d’acteur. Il croise au cours de sa formation des personnalités aussi diverses que Claude Régy, Jean-Claude Fall, Charles Tordjmann, Jean-Claude Perrin, Jean-Pierre Rossfelder, Elisabeth Chailloux, Adel Hakim, … Il a travaillé comme comédien sous la direction de Jean-Luc Terrade (Les Caprices de Marianne, Architruc…), Jean-Louis Jacopin, Olivier Werner (Les Revenants), mais aussi Sylvain Maurice (Le Précepteur, Un Fils de Notre Temps, Don Juan Revient de Guerrre…), Jean-Marie Doat (Cendre de Cailloux, L’Enfant), Jacques David (Premier Amour, La Petite dans la Forêt Profonde), Guy Delamotte (l’Affiche), Eva Vallejo (La Mastication des Morts), Urszula Mikos (Trio 2014), En 2014 , met en scène « Ce que j’appelle oubli » de L. Mauvignier..Il a travaillé avec le collectif Daja et Adel Hakim en 2010 pour une lecture spectacle de “La pomme et le couteau” de Aziz Chouaki d’après Jean-Luc Enaudi et Gérard Noiriel. ll a également été assistant de Georges Aperghis sur « Conversations » et « Tour de Babel-Détails ». Il enregistre de nombreux rôles dans des fictions et pièces de France Culture( Myron Meerson, C-B Sugy, Etienne Valesse, Georges Peyrou…), France Inter.

NADINE BERLAND

Comédienne. Elle a commencé à travailler avec ses anciens professeurs de l’Ecole Nationale des Arts et techniques du théâtre, Jean-Christian Grinevald, Mehmet Ulusoy et Jean-Louis Jacopin. Travaille sur le répertoire contemporain avec la compagnie Folle Pensée de Roland Fichet, Michel Cerda, Nicolas Thibault, Robert Cantarella. Rencontre le théâtre musical avec la compagnie de l’Interlude Eva Vallejo et Bruno Soulier, la création collective avec Julie Bérès. Collabore depuis de nombreuses années avec Sylvain Maurice sur Shakespeare, Sénèque, Horvath, Ibsen etc… ils ont créé ensemble ces dernières années des spectacles de marionnettes. Depuis 2011 avec sa compagnie de théâtre Les Tardigrades elle crée les Les trésors du bord de mer, Histoire sur le dos du poulpe, Ostréa Mundi et les Crapauphiles. Pour la compagnie du Rouge Gorge, elle collabore à la mise en scène de Trompette, le petit éléphant en 2011, Un Dodo bien dodu en 2013 et Noisette, le petit Roi de la forêt en 2015

Pour aller plus loin

Gérard Noirel à découvrir dans les émissions de France Culture

Gérard Noiriel dans les collections de la médiathèque Marguerite Duras

Logo médiathèque marguerite Duras

Médiathèque Marguerite Duras 115, rue de Bagnolet 75020 Paris 3 : Porte de Bagnolet (564m)
3, 3bis : Gambetta (690m)

Contact :
Médiathèque Marguerite Duras 01 55 25 49 10 mediatheque.marguerite-duras@paris.fr https://bibliotheques.paris.fr/ https://www.facebook.com/MediathequeMargueriteDuras/ https://twitter.com/durasbib

Droits réservés