Spectacle “La fenêtre aux oiseaux” de la compagnie de théâtre de l’Echappée Belle Anglars, 7 août 2022, Anglars.

Spectacle “La fenêtre aux oiseaux” de la compagnie de théâtre de l’Echappée Belle
salle de quartier d’ANGLARS Anglars Lot  
2022-08-07 19:00:00 – 2022-08-07

Anglars
Lot

  Les mots de l’auteur : « Py, c’est le royaume de Mamie. Elle y est née et y a vécu plus de 80 ans dans ce petit hameau de Loubressac (Lot).
Un jour, elle s’est plaint qu’il ne resterait rien d’elle après sa mort. Nous avons donc décidé d’écrire un petit livre pour la famille qui résumerait ses recettes les plus appréciées et populaires. Mais ses plats ne venaient pas de nulle part. Il fallait pour certains les remettre dans leur contexte. Ils s’accompagnaient d’histoires, de personnages et parfois de photographies. Les visages avaient des noms, des places, des destins. Petit à petit, le livre a pris forme. Puis la famille, les voisins, les amis ont voulu un exemplaire. Certains y retrouvaient une grand-mère disparue, une époque et une histoire communes… Alors, finalement, nous avons décidé de partager ce portrait en le publiant plus largement.
Pourquoi « La fenêtre aux oiseaux » ? Mes grands-parents dénoisillaient des sacs entiers pour mon père qui transformait les cerneaux en gâteaux, pralines, huile de noix pour les marchésde producteurs l’été. Les cerneaux les plus abîmés allaient aux oiseaux. Mamie les concassait avec son moulin à café électrique. Nous avons toujours connu cette fenêtre avec des oiseaux qui venaient y manger l’hiver… Parallèlement, durant plusieurs années, j’ai été assistante d’un artiste à
Paris. Un jour j’ai appris son décès par téléphone. Pour que la communication passe mieux, j’avais ouvert la fenêtre (fin novembre) et je me penchais un peu pour mieux entendre. Mamie était à côté de moi et écoutait. J’avais conscience
à ce moment précis que je me situais à cette fenêtre, près d’elle, et que Guy
s’en allait… C’est ça la fenêtre aux oiseaux… Une fenêtre nourricière, généreuse, mais c’est aussi l’hommage à ceux qui passent, ceux qui partent et qui s’envolent… »
Laure Bex

Transmission, héritage culturel, patrimoine partagé, sont souvent les points de départ du travail de l’Echappée Belle.
Ces sujets sont fortement liés aux territoires de prédilection de Martine Costes-Souyris et Enrico Clarelli.
Nous pourrions même dire que la mémoire dans le Lot est comme l’air, la terre, le vin, le pain, l’huile de noix, etc… Mais l’état d’esprit, les émotions, la pensée du monde qui émane des recettes de Mamie Bex, n’ont rien de solennel, de mélancolique, de commémoratif. Au contraire ! Ces recettes nous sont offertes avec une joie, un humour et une vitalité tellement fertiles qu’elles nous aident à comprendre ce que nous dit Shakespeare : « Nous sommes tous tissés de la même étoffe que les songes ! »

alcloquier@zaclys.net +33 5 65 10 66 03

Les mots de l’auteur : « Py, c’est le royaume de Mamie. Elle y est née et y a vécu plus de 80 ans dans ce petit hameau de Loubressac (Lot).
Un jour, elle s’est plaint qu’il ne resterait rien d’elle après sa mort. Nous avons donc décidé d’écrire un petit livre pour la famille qui résumerait ses recettes les plus appréciées et populaires. Mais ses plats ne venaient pas de nulle part. Il fallait pour certains les remettre dans leur contexte. Ils s’accompagnaient d’histoires, de personnages et parfois de photographies. Les visages avaient des noms, des places, des destins. Petit à petit, le livre a pris forme. Puis la famille, les voisins, les amis ont voulu un exemplaire. Certains y retrouvaient une grand-mère disparue, une époque et une histoire communes… Alors, finalement, nous avons décidé de partager ce portrait en le publiant plus largement.
Pourquoi « La fenêtre aux oiseaux » ? Mes grands-parents dénoisillaient des sacs entiers pour mon père qui transformait les cerneaux en gâteaux, pralines, huile de noix pour les marchésde producteurs l’été. Les cerneaux les plus abîmés allaient aux oiseaux. Mamie les concassait avec son moulin à café électrique. Nous avons toujours connu cette fenêtre avec des oiseaux qui venaient y manger l’hiver… Parallèlement, durant plusieurs années, j’ai été assistante d’un artiste à
Paris. Un jour j’ai appris son décès par téléphone. Pour que la communication passe mieux, j’avais ouvert la fenêtre (fin novembre) et je me penchais un peu pour mieux entendre. Mamie était à côté de moi et écoutait. J’avais conscience
à ce moment précis que je me situais à cette fenêtre, près d’elle, et que Guy
s’en allait… C’est ça la fenêtre aux oiseaux… Une fenêtre nourricière, généreuse, mais c’est aussi l’hommage à ceux qui passent, ceux qui partent et qui s’envolent… »
Laure Bex

théâtre de l’Echappée Belle
Anglars
dernière mise à jour : 2022-05-13 par