L’affadissement du merveilleux – REPORTÉ, 9 mars 2021-9 mars 2021, Caen.

L’affadissement du merveilleux – REPORTÉ 2021-03-09 20:00:00 20:00:00 – 2021-03-10 Centre chorégraphique national de Caen en Normandie 13 rue du Carel
Caen Calvados

  Quel élan vital traverse l’humanité ? Catherine Gaudet engage cinq danseurs dans la ronde universelle et obsédante des naissances et des morts.
Cinq corps reliés par une force invisible qui vont et viennent, formant comme une ligne qui avance et recule. Les yeux fermés, ou regard droit devant, ils marchent ensemble dans un infime balancement méditatif. Hommes et femmes enfermés dans un cycle sans fin, une humanité prise dans les rets d’un éternel recommencement. Il y a quelque chose d’infernal dans la répétition qui anime leurs mouvements. Pièce après pièce, la chorégraphe québécoise Catherine Gaudet ausculte la part d’ombre de l’individu, ce qui se cache sous le masque social. Dans L’affadissement du merveilleux, elle prend du recul et s’intéresse aux cycles essentiels de l’humanité – naissances, morts et renaissances sans fin – dont elle examine les forces contradictoires et répétitives à travers les corps des danseurs.
© Mathieu Doyon

Quel élan vital traverse l’humanité ? Catherine Gaudet engage cinq danseurs dans la ronde universelle et obsédante des naissances et des morts.

Cinq corps reliés par une force invisible qui vont et viennent, formant comme une ligne qui…

+33 2 31 30 48 00 https://ccncn.eu/evenement/laffadissement-du-merveilleux/

Quel élan vital traverse l’humanité ? Catherine Gaudet engage cinq danseurs dans la ronde universelle et obsédante des naissances et des morts.

Cinq corps reliés par une force invisible qui vont et viennent, formant comme une ligne qui…

Quel élan vital traverse l’humanité ? Catherine Gaudet engage cinq danseurs dans la ronde universelle et obsédante des naissances et des morts.
Cinq corps reliés par une force invisible qui vont et viennent, formant comme une ligne qui avance et recule. Les yeux fermés, ou regard droit devant, ils marchent ensemble dans un infime balancement méditatif. Hommes et femmes enfermés dans un cycle sans fin, une humanité prise dans les rets d’un éternel recommencement. Il y a quelque chose d’infernal dans la répétition qui anime leurs mouvements. Pièce après pièce, la chorégraphe québécoise Catherine Gaudet ausculte la part d’ombre de l’individu, ce qui se cache sous le masque social. Dans L’affadissement du merveilleux, elle prend du recul et s’intéresse aux cycles essentiels de l’humanité – naissances, morts et renaissances sans fin – dont elle examine les forces contradictoires et répétitives à travers les corps des danseurs.
© Mathieu Doyon