Juliette Roche. L’insolite, 15 mai 2021-15 mai 2021, Besançon.

Juliette Roche. L’insolite 2021-05-15 – 2021-09-19 Place de la Révolution Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon
Besançon Doubs

EUR 4 8   Cette première rétrospective de Juliette Roche depuis sa disparition vise à faire connaître une figure méconnue des avant-gardes artistiques. Peu exposée de son vivant, Juliette Roche, à la fois insolite et discrète, mêle les influences esthétiques. Elle renouvelle les genres traditionnels de la peinture par une grande liberté de ton. Portraits mondains, autoportraits, masques de théâtre symbolistes et natures mortes aux volumes synthétiques cohabitent avec son intérêt pour l’espace public.

L’exposition s’attache à cerner l’évolution esthétique et le contexte de création d’une figure inscrite dans les communautés artistiques de son temps, éclipsée par la célébrité de son époux, le cubiste Albert Gleizes. En 1927, ils fondent ainsi à Sablons, en Isère, les Coopératives artistiques et artisanales de Moly-Sabata, résidence d’artistes toujours en activité et gérée par la Fondation Albert Gleizes. La trajectoire artistique de Juliette Roche sera éclairée par la présentation inédite de ses archives personnelles afin de cerner au plus près l’identité de celle qui se désignait comme « la dame en peau de léopard » qui « boit du whisky et parle d’art » (Demi-cercle, 1920).

musee-beaux-arts-archeologie@besancon.fr +33 3 81 87 80 67 http://www.mbaa.besancon.fr/

Cette première rétrospective de Juliette Roche depuis sa disparition vise à faire connaître une figure méconnue des avant-gardes artistiques. Peu exposée de son vivant, Juliette Roche, à la fois insolite et discrète, mêle les influences esthétiques. Elle renouvelle les genres traditionnels de la peinture par une grande liberté de ton. Portraits mondains, autoportraits, masques de théâtre symbolistes et natures mortes aux volumes synthétiques cohabitent avec son intérêt pour l’espace public.

L’exposition s’attache à cerner l’évolution esthétique et le contexte de création d’une figure inscrite dans les communautés artistiques de son temps, éclipsée par la célébrité de son époux, le cubiste Albert Gleizes. En 1927, ils fondent ainsi à Sablons, en Isère, les Coopératives artistiques et artisanales de Moly-Sabata, résidence d’artistes toujours en activité et gérée par la Fondation Albert Gleizes. La trajectoire artistique de Juliette Roche sera éclairée par la présentation inédite de ses archives personnelles afin de cerner au plus près l’identité de celle qui se désignait comme « la dame en peau de léopard » qui « boit du whisky et parle d’art » (Demi-cercle, 1920).