Un Albenassien à l’aube de la modernité Meiji au Japon Maison Michel Veyrenc, 17 septembre 2021 14:30, Aubenas.

Journée du patrimoine 2021 Maison Michel Veyrenc. Gratuit
17 – 19 septembre

Un Albenassien à l’aube de la modernité Meiji au Japon

*

Cette exposition sur l’ouverture du Japon au monde moderne est faite à partir de la mission du jeune “sous-ingénieur” Léonce VERNY, enfant d’Aubenas.
Elle avait été faite en 2015 pour la célébration du 150e anniverssaire le l’arsenal de YOKOSUKA, à l’entrée de la baie de Tokyo.
Pour aller plus loin, on pourra feuilleter la première épreuve d’un album qui sera publié dans quelques mois et laisser une adresse mail pour recezvoir des nouvelles de cette publication.

*
vendredi 17 septembre – 14h30 à 16h30
samedi 18 septembre – 09h00 à 12h00
samedi 18 septembre – 14h30 à 18h00
dimanche 19 septembre – 14h30 à 18h00
*
Entrée libre, toutefois votre participation aux frais occasionner pour la présentation de la Maison VEYRENC sera appréciée.


Maison Michel Veyrenc 8, rue Jourdan, 07200 Aubenas, Ardèche, Auvergne-Rhône-Alpes Aubenas 07200 Ardèche
http://www.facebook.com/MaisonVeyrencDeLaValette?hc_location=timeline
Construite sur les vestiges du Château-vieux d’Aubenas, la Maison Michel Veyrenc entre dans l’histoire en 1593 avec l’arrestation des bienheureux jésuites Jacques Salès et Guillaume Sautemouche, reconnus au rang des martyrs par l’Eglise catholique. Elle sera fortement endommagée lors de la révolte de Roure en 1670. C’est vers 1740 que François-Louis Barthélémy, avocat, fait construire son escalier. Son fils sera premier consul d’Aubenas en 1789. En plus de l’escalier, remarquable par sa stéréotomie et ses rampes en fer forgé de style rocaille, on peut remarquer dans la cour d’entrée et les rez-de-chaussée des vestiges de l’époque médiévale et le système d’alimentation de la citerne en eaux pluviales. On relève aussi les restes d’une grande et ancienne cuisine et une halle autrefois ouverte. En façade sur la rue Jourdan, la grande porte d’entrée à bosses date du XVIIIe siècle, et à l’opposé, au nord, la cour charretière conserve aussi des vestiges du Château-vieux ; la façade arrière du logis avec sa fenêtre à meneaux et les corbeaux en balcon qui supportaient les lieux d’aisance remonte au XVIIe.
Crédits : Albums Montgolfier & Verny Gratuit