Renaissance d’un vieux logis Logis du Grand Port, 17 septembre 2021 09:00, Vernoux-sur-Boutonne.

Journée du patrimoine 2021 Logis du Grand Port. Tarif préférentiel Handicap moteur
17 – 19 septembre

Renaissance d’un vieux logis

*

*
vendredi 17 septembre – 09h00 à 12h00
vendredi 17 septembre – 14h00 à 19h00
samedi 18 septembre – 09h00 à 12h00
samedi 18 septembre – 14h00 à 19h00
dimanche 19 septembre – 09h00 à 12h00
dimanche 19 septembre – 14h00 à 19h00
*
3€ ; gratuit -18 ans. Possibilité de visites libres et de visites guidées. Départ des visites guidées en fonction de l’arrivée des visiteurs.


Logis du Grand Port Bourg, 79170 Vernoux-sur-Boutonne Vernoux-sur-Boutonne 79170 Deux-Sèvres
https://cibul.s3.amazonaws.com/location56487791.jpg 06 83 57 46 39
Cette construction de qualité s’ordonne autour d’une cour rectangulaire fermée, naguère encore protégée par trois tours. L’une d’elles, démolie en 1953, fut reconstruite en 2002, une autre en 2012 et la troisième le sera en 2022-2023. Un vaste jardin (1,3 hectare), clos de murs restitués pour la fin 2019, deux granges (800 m² et 650 m² de toiture entièrement remises à neuf) et un pigeonnier de 12 mètres de diamètre contenant 2000 cases complètent la disposition générale. Un grand porche aux armes des Le Coq, hélas burinées au XIXe siècle, donne accès dans la cour où se trouvent les logis XVIe et XVIIe siècles et l’habitation des fermiers, transformée en étable pendant 140 ans… et récemment restaurée.

Des constructions du XVIe siècle, seule une tour reste visible en élévation. Elle est construite sur 2 pièces voutées, dont l’une est une chapelle. Une porte est timbrée aux armes de Briand des Gittons, reçu chevalier de Malte de minorité en 1549 et nommé commandeur de Mauléon en 1580. À cette tour est accolé un bâtiment du XVIIe siècle. La restauration de cette partie prendra 6 ans (1980-1986), le rejointoyage des pierres fait en 2017.

Du logis du XVIe siècle, perpendiculaire au logis du XVIIe siècle, il ne reste plus que des traces au sol et deux étages de caves remarquablement construites.

Le grand corps de logis XVIIe qui contient de beaux éléments architecturaux (escalier monumental en pierre et deux très belles cheminées), s’allonge sur 40 mètres devant une pièce d’eau alimentée par une petite source appelée « la Fontaine qui tremble ». La charpente à la Mansart qui coiffait le bâtiment a disparu en 1921 : le 2ème étage devrait être restitué avec ses 8 mansardes dans les années à venir, lors de la réhabilitation programmée de ce logis, daté de 1691. C’est un chantier à venir sur 700 m²). C’est très probablement François Leduc, dit Toscane, constructeur de l’abbaye de Celles, qui en est l’architecte.

Le propriétaire de l’époque est Charles Le Coq, écuyer seigneur de Saint-Léger et des Moulins Josserand, lieutenant-colonel du régiment de Languedoc, inspecteur général de l’infanterie française et étrangère en Basse Alsace. Protestant, il refusera de se convertir et dû émigrer. Les travaux s’arrêtèrent: il manque les deux petites tours qui devaient permettre un accès aisé au deuxième étage. Il mourut en Angleterre en 1718. Sa veuve se remaria en 1720 avec Jacques, marquis de Bremond, seigneur de Vernoux et de Lusseray, veuf lui-même. Elle lui apporta la seigneurie du Grand Port. Leur petit-fils, Jacques-Charles-Alexandre de Bremond, chevalier non profès de l’ordre de Malte, page aux Grandes Écuries émigra en Suisse, où son épouse Marguerite de Villedon mourut en mettant au monde leur 3e enfant. Sous- préfet de Melle à la Restauration, il vendit le Grand Port à son neveu Alexis-Florent de Liniers en 1819. Ce dernier le revendit en 1853 à sa cousine issue de germaine Cécile Berthelin de Montbrun, alors veuve de Philippe-Xavier de La Rochebrochard d’Auzay.

Devenu exclusivement une ferme depuis cette date,il était en très triste état, lorsque, 5 générations plus loin, sa descendante en hérita en 1978. Avec son mari elle entrepris de remettre tout en état en 1980. Les travaux devraient encore durer 10 ans, si tout va bien. Les jardins ont été restitués sur 6 hectares: 4000 arbres et arbustes ont été replantés depuis 1999.

Le site est inscrit au titre des Monuments historiques depuis 1989.
Crédits : ©Logis du Grand Port Tarif préférentiel Pigeonnier ©Vernoux-sur-boutonne