De A à Zèbre, 18 mai 2021-18 mai 2021, Argentan.

De A à Zèbre 2021-05-18 17:00:00 – 2021-05-18 Le Quai des Arts 1 Rue de la Feuille
Argentan Orne Argentan

  Après avoir joué avec le restaurant dans Les Grands Fourneaux (2016), Emmanuel Gilleron a envie de s’amuser avec l’abécédaire. Cette suite de vingt-six lettres offre un espace de jeu fini dans son contour mais infini comme source d’inspiration.

Le jeu sera le premier mot clef. Qu’il soit dans une cour de récréation, entre deux maîtres d’échecs ou sur la piste d’un chapiteau, le jeu amène son lot de suspens, de rebondissements, d’imprévus. L’humour aussi sera présent. Vous savez, celui qui frôle l’absurde. Celui qui avec le personnage du clown peut tout s’autoriser, ce qui vous remplit d’allégresse et vous fait oublier pour un peu les vicissitudes de la vie. N’en déplaise à certains pour qui l’humour est à bannir, ceux qui croient qu’en étant tristes nous sommes profonds, et que le rire, par conséquent, n’est pas digne d’intérêt. La profondeur dépasse ce clivage, elle est partout pour ceux qui la cherchent et veulent bien la trouver, y compris dans les 26 lettres de l’alphabet. Comme Francis Blanche et Pierre Dac, la compagnie Max et Maurice a choisi le parti d’en rire. En piste camarades ! Et place à l’absurde, à la liberté et à la joie !

Une coproduction du Quai des Arts.

Après avoir joué avec le restaurant dans Les Grands Fourneaux (2016), Emmanuel Gilleron a envie de s’amuser avec l’abécédaire. Cette suite de vingt-six lettres offre un espace de jeu fini dans son contour mais infini comme source d’inspiration.

Le…

contact@quaidesarts.fr +33 2 33 39 69 00 https://www.quaidesarts.fr/de-a-a-zebre/

Après avoir joué avec le restaurant dans Les Grands Fourneaux (2016), Emmanuel Gilleron a envie de s’amuser avec l’abécédaire. Cette suite de vingt-six lettres offre un espace de jeu fini dans son contour mais infini comme source d’inspiration.

Le…

Après avoir joué avec le restaurant dans Les Grands Fourneaux (2016), Emmanuel Gilleron a envie de s’amuser avec l’abécédaire. Cette suite de vingt-six lettres offre un espace de jeu fini dans son contour mais infini comme source d’inspiration.

Le jeu sera le premier mot clef. Qu’il soit dans une cour de récréation, entre deux maîtres d’échecs ou sur la piste d’un chapiteau, le jeu amène son lot de suspens, de rebondissements, d’imprévus. L’humour aussi sera présent. Vous savez, celui qui frôle l’absurde. Celui qui avec le personnage du clown peut tout s’autoriser, ce qui vous remplit d’allégresse et vous fait oublier pour un peu les vicissitudes de la vie. N’en déplaise à certains pour qui l’humour est à bannir, ceux qui croient qu’en étant tristes nous sommes profonds, et que le rire, par conséquent, n’est pas digne d’intérêt. La profondeur dépasse ce clivage, elle est partout pour ceux qui la cherchent et veulent bien la trouver, y compris dans les 26 lettres de l’alphabet. Comme Francis Blanche et Pierre Dac, la compagnie Max et Maurice a choisi le parti d’en rire. En piste camarades ! Et place à l’absurde, à la liberté et à la joie !

Une coproduction du Quai des Arts.