AURORA, 17 juin 2021, Saint-Brevin-les-Pins.

AURORA 2021-06-17 – 2021-11-07 Quartier Mindin Près du Serpent d’Océan
Saint-Brevin-les-Pins 44250

  À partir de mi-juin jusqu’en octobre : « Aurora », sculpture de Thomas Monin.

À Mindin, il y avait déjà le « Serpent d’Océan », une sculpture impressionnante de Huang Yong Ping qui attire depuis presque 10 ans les regards et les visiteurs.
Dès la mi-juin, elle sera rejointe jusqu’à début novembre par « Aurora », une œuvre tout aussi impressionnante de Thomas Monin.

« Aurora » est une baleine à taille réelle, une sculpture constituée d’une trame de tiges métalliques gainées de silicone phosphorescent et éclairées de nuit à l’aide de plusieurs spots de lumière noire.

Depuis plusieurs années, l’artiste français Thomas Monin tente d’inventer un Art Animal, qui « nous aiderait à assumer enfin notre animalité dans tous ses lieux de déploiement, y compris dans la conscience elle-même ». Patiemment, il crée une série d’animaux fantômes faits de tiges métalliques et de silicone phosphorescent qui rayonnent dans la nuit. Ses œuvres monumentales, légères et poétiques, explorent les rapports entre Nature et Culture et interrogent la place de l’humain, à l’heure des grands enjeux écologiques. Aurora ne manque pas d’ambition : elle montre à taille réelle le plus grand animal terrestre, la baleine bleue. Immense dentelle de lumière nocturne, l’œuvre tire son titre du nom d’un navire qui, voilà plus de cent ans, fut d’abord baleinier, puis voué à l’exploration scientifique. Disparu mystérieusement en 1918, le vaisseau fantôme revient-il ici, sous les traits d’un cétacé, pour des aubes extravagantes ? Et quelle sorte de dialogue se tissera-t-il, de jour comme de nuit, entre l’Aurora de Thomas Monin et le Serpent d’Océan de l’artiste Huang Yong Ping, situé à proximité ?…
Là aussi, l’art s’expose à la portée de toutes et tous.

À partir de mi-juin jusqu’en octobre : « Aurora », sculpture de Thomas Monin.

À Mindin, il y avait déjà le « Serpent d’Océan », une sculpture impressionnante de Huang Yong Ping qui attire depuis presque 10 ans les regards et les visiteurs.
Dès la mi-juin, elle sera rejointe jusqu’à début novembre par « Aurora », une œuvre tout aussi impressionnante de Thomas Monin.

« Aurora » est une baleine à taille réelle, une sculpture constituée d’une trame de tiges métalliques gainées de silicone phosphorescent et éclairées de nuit à l’aide de plusieurs spots de lumière noire.

Depuis plusieurs années, l’artiste français Thomas Monin tente d’inventer un Art Animal, qui « nous aiderait à assumer enfin notre animalité dans tous ses lieux de déploiement, y compris dans la conscience elle-même ». Patiemment, il crée une série d’animaux fantômes faits de tiges métalliques et de silicone phosphorescent qui rayonnent dans la nuit. Ses œuvres monumentales, légères et poétiques, explorent les rapports entre Nature et Culture et interrogent la place de l’humain, à l’heure des grands enjeux écologiques. Aurora ne manque pas d’ambition : elle montre à taille réelle le plus grand animal terrestre, la baleine bleue. Immense dentelle de lumière nocturne, l’œuvre tire son titre du nom d’un navire qui, voilà plus de cent ans, fut d’abord baleinier, puis voué à l’exploration scientifique. Disparu mystérieusement en 1918, le vaisseau fantôme revient-il ici, sous les traits d’un cétacé, pour des aubes extravagantes ? Et quelle sorte de dialogue se tissera-t-il, de jour comme de nuit, entre l’Aurora de Thomas Monin et le Serpent d’Océan de l’artiste Huang Yong Ping, situé à proximité ?…
Là aussi, l’art s’expose à la portée de toutes et tous.

dernière mise à jour : 2021-06-14 par