Dans le cadre du projet EuroRennes, le réaménagement complet du secteur Solférino, entre la gare routière et le pont Saint-Hélier, commence. Des travaux d’ampleur s’y dérouleront du printemps 2023 à la mi-2025 qui requalifieront le boulevard et lui adjoindra trois nouveaux projets immobiliers.

Rennes Métropole et son aménageur Territoires Publics entament ce printemps des travaux d’ampleur en rive sud du boulevard Solférino et rue Lucien-Decombe. À l’horizon 2026, trois projets architecturaux donneront un nouveau visage à ce boulevard, qui sera requalifié en profondeur pour la mi-2025.

Les trottoirs seront élargis, généreusement végétalisés et feront place à des parcelles desimperméabilisées et végétalisées. Une centaine d’arbres seront plantés sur les deux rives tout le long de l’axe. Quecrus phellos, Pinus sylvestris, Prunus avium « Plena » et prunus subhirtella côtoieront les noisetiers de Byzance existants. Des pistes cyclables dédiées, séparées de la route par une bordure en béton chanfreinée, sécuriseront les déplacements doux, à proximité d’une voie où la circulation automobile sera limitée à 30km/h.

Les riverains ont été informés via deux réunions publiques en présence de Daniel Guillotin, élu délégué aux quartiers Thabor, Saint-Hélier, Alphonse-Guérin et Baud-Chardonnet (en mai 2022 et mars 2023) et par une lettre d’information diffusée début mars à 1 600 exemplaires.

eurorennes solferino rennes

L’aménagement des espaces publics

L’aménagement des espaces publics débute le lundi 13 mars 2023 avec des travaux sur les réseaux : chauffage urbain, électricité, gaz, eaux usées et pluviales. Les aménagements de voirie commencent sur la partie sud du boulevard, du 13 mars 2023 à mars 2024, puis sur la partie nord, d’avril 2024 à mai 2025.

Le sens de circulation est maintenu du pont Saint-Hélier vers la gare routière avec un contre-sens vélo autorisé. Une déviation des bus est prévue via la gare routière. Les taxis sont déviés par l’avenue Janvier et la rue Saint-Hélier. Depuis le boulevard Solférino, toutes les sorties des véhicules des riverains se font vers la gare par l’avenue Louis-Barthou.

eurorennes solferino rennes

Les trois projets immobiliers

Le projet dit « Adim » :

Au sud du boulevard Solférino, trois ensembles immobiliers offriront de nouveaux logements, des commerces et des services de proximité, des bureaux et une école d’enseignement supérieur. Ces programmes répondent à une ambition environnementale et énergétique forte en ciblant un haut niveau de performances énergétiques : mise en place de toiture photovoltaïque, utilisation de matériaux biosourcés, valorisation des eaux pluviales et réflexion sur la ventilation naturelle, mutualisation des services à l’échelle de l’ilot Solférino et plus largement à l’échelle du quartier…

Les travaux de ce programme immobilier débutent en ce mois de mars 2023 pour une livraison prévue début 2025. Ce projet architectural avait été présenté en septembre 2021, à l’issue du concours. Pour rappel : ADIM Ouest, filiale de développement immobilier de VINCI Construction France, Rennes Métropole et Territoires Rennes, avaient retenu le projet architectural de l’agence Parc architectes pour la conception de l’îlot dit « Solférino Ouest ».

Répartis sur 9 niveaux (R+8) et une surface de 7 145 m², le programme sera occupé pour moitié par le futur siège régional de la direction déléguée Ouest de VINCI Construction France regroupant ses filiales SOGEA Bretagne BTP, SOGEA Ouest TP, GTM Ouest et ADIM Ouest. 210 m² seront dédiés à des commerces et services et deux niveaux de sous-sol à du stationnement.

eurorennes solferino rennes
© Parc Architectes

Chaque étage du bâtiment dispose d’un balcon filant périphérique, qui permet d’optimiser les apports de lumière naturelle en fonction des saisons aidant ainsi à réguler naturellement la température, tout en fonctionnant aussi comme un filtre acoustique pour réduire l’impact sonore du trafic ferroviaire. Les balcons permettent également d’envisager la réversibilité du bâtiment : réalisé pour accueillir aujourd’hui des bureaux, il pourrait se transformer en logements.

Le programme se caractérise par une attention particulière portée à la performance énergétique : toiture photovoltaïque, ventilation naturelle, dalle active, valorisation des eaux pluviales… et s’inscrit dans le projet de smart grid (réseau de distribution de l’électricité dit « intelligent » qui permet notamment une optimisation des flux électriques produits localement) qui couvrira à terme l’ensemble du secteur Solferino.

solferino rennes
© Parc Architectes

Le projet dit « Esma » : école et résidence étudiante

Il s’agit d’un ensemble de trois bâtiments situés boulevard Solférino, à proximité du pont Saint-Hélier. Le projet a été dessiné par les architectes Philippe Gazeau, Louis Paillard et Philippe Dubus. Il est porté par le groupe Icone – écoles créatives.

Le programme comprend :

Une école supérieure des métiers artistiques, l’Esma, comprenant un auditorium, un studio, des ateliers et un espace de coworking. Présente à Montpellier, Lyon, Toulouse, Nantes, Bordeaux et Montréal, l’Esma a déjà ouvert un campus à Rennes, à Baud-Chardonnet, partagé avec l’Iffdec (école de design). Elle y propose des formations en cinéma d’animation 3D et effets visuels, au Jeu Vidéo, et une classe préparatoire en dessin et en arts appliqués.
Une résidence en « coliving » de 74 logements (habitat partagé composé d’espaces privatifs, d’espaces partagés et de services mutualisés – salle de sport et espaces communs).
Une résidence étudiante de 290 logements offrant des espaces extérieurs partagés et des espaces communs de vie : une rue intérieure, des jardins partagés, dont l’un sera en toiture.
Les bâtiments s’élèveront de 8 à 13 étages (8 et 9 pour les deux bâtiments de l’Esma et 13 étages pour la résidence étudiante). Le programme fera la jonction entre la rue Lucien-Decombe et la rue Saint-Hélier par une rue intérieure, qui permettra de rattraper la différence de niveaux entre les deux rues.

  • Philippe Dubus Architectes

Un îlot bas carbone

Cet îlot se caractérise par une forte exigence en terme de performances énergétiques. Elle s’illustre par une réflexion poussée sur le bioclimatisme : prise en compte des caractéristiques du site et de sa localisation pour améliorer le confort et l’efficacité énergétique des bâtiments (compacité de la résidence étudiante, parcelle dégagée, inertie moyenne à lourde des bâtiments, optimisation des surfaces vitrées…).
L’enveloppe thermique prévoit une forte étanchéité à l’air des bâtiments, du triple vitrage en façade sud, des protections solaires extérieures fixes et mobiles… pour atteindre un niveau de performance d’isolation thermique dite passive.

Il est également prévu le raccordement au réseau de chauffage urbain de Rennes-Sud, faiblement carboné, une boucle d’eau privée pour tirer parti de la mixité d’usage de l’opération, la généralisation de la ventilation double flux, l’utilisation de l’énergie photovoltaïque…

Certains éléments de structure seront biosourcés : mise en œuvre de bois sur certains lots architecturaux et aménagements extérieurs, bardage bois sur l’isolation extérieure, planchers intérieurs et platelages extérieurs, dalles mixtes bois–béton…
Le projet tend vers le label RE2020 qui marque une nouvelle étape vers une réglementation thermique et environnementale plus ambitieuse.

Le permis de construire devrait être déposé en avril 2023. Le démarrage des travaux est prévu au second semestre 2023 pour une livraison prévisionnelle fin 2025.

  • Philippe Gazeau Architecte et Louis Paillard Architecte
  • Philippe Gazeau Architecte et Louis Paillard Architecte

Le lot central, programme mixte de logements et de bureaux

Le lot central, pour lequel un concours est actuellement lancé, est composé de trois bâtiments différents offrant une perméabilité visuelle et de larges espaces végétalisés.

Le programme comprend 150 logements, dont 28% de logements locatifs sociaux et 28% de logements en accession sociale. Il intègre 7 000 m2 de bureaux, des commerces et des services. 150 places de stationnement sont prévues en souterrain sur un seul niveau. Les bâtiments feront de 8 à 10 étages (8 pour le bâtiment de bureaux à l’ouest et 10 pour chacun des deux bâtiments à l’est).

Le projet est porté par le groupement Cogedim / Legendre / Keredes. 4 équipes d’architectes sont en compétition pour un concours dont le lauréat sera désigné en avril 2023. Il s’agit de : Nicolas Laisné et MEP ; Marin Trotin et Anthracite ; Nicolas Hugoo et Kraft ; Brenac & Gonzales et Line Up.

Le permis de construire devrait être déposé fin 2023 pour une livraison envisagée à l’horizon 2026.

Article précédentNormandie. Le patrimoine normand vibre au son de re-SET de Mouton Noir Records
Article suivantRennes. L’âge de la tortue et le guetteur mélancolique au Conservatoire du Blosne
Rennes
Unidivers, la culture à Rennes, en Bretagne et en France !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici