Samedi 10 janvier. Les Charlie rennais reviennent du marché. Place Sainte-Anne, sur le trottoir, Eric Pessan. Le libraire de Pécari Amphibie propose un p’tit verre de blanc et quelques huitres aux passants. Geste de fraternité en ce moment crucial ? Pas seulement. Maxime souhaite présenter l’écrivain en résidence à Rennes. Rencontre.

 

éric pessan
Eric Pessan

Né à Bordeaux en 1970 et installé près de Nantes, l’auteur pratique avec bonheur de nombreux genres littéraires : essai, livre de jeunesse, poésie créations théâtrales et radiophoniques… Son roman Muette paru en 2013 avait été sélectionné pour le Prix Fémina et pour le Prix littéraire des lycéens de la région Île-de-France. Le tout dernier affirme que Le Démon avance toujours en ligne droite. Pourquoi ce titre étrange ? « Il faut bien un titre. De préférence beau ! » sourit Éric Pessan, poursuivant que cette métaphore sur la malédiction qui frappe son personnage principal s’inspire des croyances chinoises – les voyageurs dans l’Empire du Milieu auront remarqué que l’entrée des maisons traditionnelles comporte toujours une cloison face à la porte pour empêcher les démons de débouler.

Mais quels sont donc les démons qui poursuivent David ?

éric pessan démonLe narrateur – qui travaille dans une radio à Bordeaux – se livre au questionnement fréquent chez le possible futur jeune père, du genre « d’où viens-je, dans quelle étagère ? ». Questions d’autant plus compréhensibles que son grand-père et son père ont disparu, l’un après la guerre, l’autre à Lisbonne où il était parti en 1975 quand son fils avait 2 ans. La seule chose que sa mère lui ait dite c’est qu’il était devenu clochard.

David a demandé un congé sabbatique à son patron pour se mettre en quête de ses fantômes. Direction Lisbonne. Il croit voir son père dans chaque clochard de la ville, croyant l’exorciser et se rapprochant d’autant du destin qu’il voulait éviter. A ce stade de notre échange, on ne peut s’empêcher d’exprimer un parallèle avec la Charlotte de David Foenkinos, elle aussi empêtrée dans un lourd karma familial. « Ah non, ne me parlez pas de lui ! Parlez-moi plutôt d’Alban Lefranc, autre romancier qui travaille sur la biographie et qui fait très bien ce que Foenkinos a raté avec Charlotte Salomon » (voir notre article).

Eric Pessan
Eric Pessan

Alors, parlons d’Allemagne ! Plus précisément de Weimar, autre ville sillonnée par le narrateur en raison de sa proximité avec le camp de concentration de Büchenwald. Éric Pessan est arrivé dans la ville de Goëthe et du Bauhaus la veille de la fête des pères, qui en Thuringe, est plutôt une fête des hommes. Et tous les mâles de prendre LA cuite de l’année. Histoire d’exorciser les affres de l’hérédité… ou des mensonges des femmes ? L’alcool est un refuge facile pour ceux qui refusent de devenir homme ou père et un antre pour l’hallucination et la folie.

éric pessan

Éric Pessan lui, a son contre poison : l’écriture. Publié chez quatre éditeurs, il est l’animateur de nombreux ateliers d’écriture et de rencontres littéraires, c’est l’invité de l’année en résidence au Triangle. L’occasion pour lui de bâtir deux soirées cartes blanches. Pour la première (mercredi 14 janvier), il invite Philippe Malone et Mariette Navarro à gamberger ensemble sur cette passionnante question : « Peut-on compter sur l’art et particulièrement la littérature et l’art vivant pour raconter ou soutenir, voire dénoncer ? ». Pour la seconde, il recevra Camille Laurens « qui fait très bien ce que Christine Angot rate ». Bon sang, il avance en ligne droite et balance, le démon !

Romans
L’Effacement du monde, La Différence, 2001 / Chambre avec gisant, La Différence, 2002 / Les Géocroiseurs, La Différence, 2004 / Une très très vilaine chose, Robert Laffont, 2006 / Cela n’arrivera jamais, éditions du Seuil, Fiction et Cie, 2007 / Incident de personne, Albin Michel, 2010 / Muette, Albin Michel, 2013 / La fille aux loups, les éditions du Chemin de fer, 2014 / Le démon avance toujours en ligne droite, Albin Michel, 2015

Théâtre
Tout doit disparaître, éditions Théâtre Ouvert, collection Tapuscrit, 2010 / La Grande décharge, éditions de l’Amandier, 2011 / Les inaboutis, éditions Théâtre Ouvert, collection Tapuscrit, 2011 / Dépouilles, éditions de l’Attente, 2012 / Le syndrome Shéhérazade, éditions de l’Attente, 2014

Livres de jeunesse
Quelque chose de merveilleux et d’effrayant, avec Quentin Bertoux, éditions Thierry Magnier (2012) / Plus haut que les oiseaux, roman, L’école des Loisirs (2012) / Et les lumières dansaient dans le ciel, roman, L’école des Loisirs (2014)

mc.biet [@] unidivers .fr Architecte de formation, Marie-Christine Biet a fait le tour du monde avant de revenir à Rennes où elle a travaillé à la radio, presse écrite et télé. Elle se consacre actuellement à l'écriture (presse et édition), à l'enseignement (culture générale à l'ESRA, journalisme à Rennes 2) et au conseil artistique. Elle a été présidente du Club de la Presse de Rennes.

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom