Marie-Anne Chapdelaine, adjointe de la Mairie en charge de l’égalité des droits et de la laïcité, présente la gestion municipale rennaise des associations culturelles à pratique cultuelle.

Animula blandula vagula : Âme de diaphane intimité, hôtesse et compagne de mon corps, tu verses vers des lieux délavés, escarpés et dénudés, où ne résonnent tes jeux d'esprit…

Un commentaire

  1. Mme Chapdelaine ne peut se réfugier derrière la validation des comptes passés, par l’approbation du Commissaire aus comptes. C’est mal connaître la rouerie d’experts dans l’art de manipuler.
    D’une façon ou d’une autre elle s’est compromise. La Communauté musulmane va lui le lui faire payer électoralement. La Ville de Rennes a fait le mauvais choix. Elle a succombé au charme d’un embobineur. Les informations sont pourtant édifiantes. A moins que la peur de se discréditer ?… pour avoir soutenu trop longtemps des gens qui avaient banalisé un fonctionnement détestable mais sans force pour s’y opposer. C’est une prime donnée à ceux qui parlent bien, savent faire des discours, mais s’arrangent pour faire ce qu’ils veulent pour peler la bête. La Ville ne sait pas comment se positionner vis à vis d’une communauté qui n’a ni représentant charismatique ni unité entre les origines : mocains, algériens, tunisiens, turcs,.. Avicenne était une idée géniale, consensuelle, innovante. Les dirigeants l’ont profondément altérée.

Laisser un commentaire