L’EMOJI DRAPEAU BRETON A BESOIN DE VOUS !

Vous rêvez de voir flotter le drapeau Gwenn ha Du sur tous les claviers de vos objets connectés ? Un rêve à deux doigts de devenir une réalité ! Depuis le 19 septembre 2019, l’association Point BZH,  qui assure la gestion et la promotion du territoire numérique dédié à la Bretagne (.bzh), a officiellement ouvert une cagnotte participative sur la plateforme bretonne Kengo.bzh. L’objectif ? Réunir a minima 20 000 € pour lancer une campagne de communication à destination des géants du web (Facebook, Twitter, Apple…) afin de convaincre l’une d’elles d’adopter l’emoji drapeau breton en avant-première. Explications.

Les émojis : une nouvelle manière percutante de communiquer

Et oui, les émojis ne sont pas si vieux que ça ! Le tout premier a été créé en 1999 par un codeur employé par NTT DoCoMo, un opérateur mobile japonais. Cet informaticien a ensuite conçu les 180 premiers, d’abord disponibles pour les SMS au Japon uniquement. Le mot « émoji » est lui-même issu du japonais et signifie littéralement « image » (e) + « lettre » (moji). C’est seulement en 2010 que les émojis ont été incorporés et normalisés par Unicode, un système de codage utilisé pour l’échange de contenus à l’échelle internationale qui fait fi de la langue, de la plateforme ainsi que du logiciel utilisés. En mars 2019, 3019 émojis, utilisables tout autour du monde, figurent sur la liste des standards Unicode.

emoji gwenn ha du

Avec toutes les possibilités d’émojis qui s’offrent à vous aujourd’hui, vous ne nous ferez donc pas croire que vous n’en avez jamais utilisés ! 😉 Que ce soit pour adoucir le propos de vos messages, par manque de temps d’écrire des phrases entières, ou tout simplement parce que ces petits dessins numériques représentaient parfaitement ce que vous vouliez exprimer, il y a de grandes chances pour que vous fassiez partie de cette grande communauté des utilisateurs d’émojis. Selon David Lesvenan, le président de l’association Point BZH, plus de 5 milliards de personnes possèdent des portables connectés sur la planète. Et parmi elles, elles sont 92% à utiliser des émojis dans leurs messages.

Quoiqu’il en soit, si ce n’est pas votre cas, vous ne devriez pas vous en priver plus longtemps : les émojis augmentent vos chances de devenir une star de la toile ! Selon un rapport de la firme d’analyse de données numériques, Quintly, les publications Instagram qui contiennent au moins un émoji voient leur nombre de likes augmenter de 47,7%. Une récente étude du blog Hubspot, révèle également que plus de 50% des marques constatent que leurs clients ouvrent davantage leurs courriels lorsque des émojis sont inclus dans les intitulés.

emoji breton

Le parcours du combattant de l’émoji Gwenn ha Du

Afin de faire éclore un nouvel émoji, il faut envoyer un dossier auprès du Consortium Unicode : une instance composée d’une vingtaine de personnes représentant les grandes plateformes du net telles que Facebook, Twitter, Instagram, Apple, Netfix, etc. Ces géants du web se réunissent annuellement aux Etats-Unis et à partir de trois critères que sont : le caractère distinctif, la durabilité et la fréquence d’utilisation, ils déterminent les nouveaux émojis à diffuser. Cette année, ce conseil se tiendra à la fin du mois d’avril 2020. Concernant le nombre d’émojis acceptés, il n’existe pas de limites prédéfinies. En 2018, 157 ont vu le jour et 59 en 2019.

émojis
Emojis sortis en 2019

D’ailleurs, Point BZH avait déjà déposé un dossier en 2019, mais sans succès… Et ce, malgré les 25 000 signataires de la pétition de soutien pour l’émoji drapeau breton, lancée depuis plus de deux ans sur le site emoji.bzh. Leur dossier n’a pas été catégoriquement refusé, mais plutôt soumis à un défi. Le Consortium Unicode est prêt à revoir son jugement si l’association est en mesure de prouver que l’émoji breton peut être « massivement utilisé » sur une des grandes plateformes du web, avant sa validation générale. Afin de convaincre un titan du web d’adopter le petit Gwenn ha Du numérique, Point BZH prévoit de déployer une importante campagne de communication dès début 2020. C’est donc pour mener à bien cette campagne que la cagnotte participative a été officiellement ouverte le 19 septembre dernier ! Et qui d’autre que Kengo.bzh, une plateforme 100% bretonne pour abriter cet argent ?

Bien sûr, comme elle l’avait été pour la pétition, la région Bretagne sera partenaire de l’opération de communication. Mais selon Loïz Fily, le chef de projet #EmojiBZH, le montant nécessaire pour mener à bien la campagne est trop important pour être entièrement pris en charge par la région. L’idée étant aussi de mobiliser financièrement un maximum de particuliers sur une courte période (fin de la campagne de crowdfunding le 30 octobre 2019) pour présenter des arguments « concrets et puissants » au Consortium Unicode.

émoji breton

L’objectif de cette campagne de crowdfunding est de récolter 20 000 € pour, entre autres, le financement de spots vidéos à destination des GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft). Au-delà des Bretons qui s’engouent pour cette cause, Point BZH recherche également des partenaires privés pour atteindre le montant espéré. Mais le Gwenn ha Du semble avoir le vent en poupe : plus de 8600 € ont déjà été collectés en une vingtaine de jours !

Emoji bretagne
Chronologie du parcours que l’émoji drapeau breton doit suivre avant d’éclore- site web Kengo.bzh

« Si on parvient à le faire éclore, l’émoji drapeau breton sera disponible sur plus de 5 milliards de smartphones à travers le monde. Ceci permettrait de décupler le rayonnement de la région Bretagne mais aussi des entreprises et associations bretonnes. » (Loïz Fily)

Si l’association déploie autant de moyens pour cet émoji qui, de prime abord, peut paraître dérisoire, c’est parce qu’elle est convaincue que le petit Gwenn ha Du à toutes les cartes en main pour éclore :

  1. Il représente une population importante et supérieure à certains pays de l’Union européenne qui eux, disposent de leur drapeau en émoji.

2. Selon la norme numérique ISO 1366 (qui définit des séries de lettres et/ou de chiffres attribuées à chaque pays ou subdivision afin qu’ils soient reconnus numériquement à l’international) mise au point par le Consortium Unicode, la Bretagne y apparaît telle une subdivision régionale d’État. Au même titre que la Guadeloupe, la Martinique, La Réunion, le Pays de Galles, l’Angleterre, l’Écosse… Pourtant toutes ces régions citées ont déjà la chance de voir leur étendard représenté au bout de 5 milliards de pouces.

Emojis
De gauche à droite :  Guadeloupe, Martinique, La Réunion, Pays de Galles, Écosse, Angleterre

C’est donc par ici que ça se passe, si vous pensez que le Gwenn ha Du est lui aussi parfaitement légitime sur vos écrans. Pour toutes contributions financières, Point BZH livrera chez vous, avant Noël, une contrepartie. En plus de votre pseudo de contributeur qui sera inscrit sur un mur suspendu dans les Ateliers des Capucins à Brest fin 2019, des stickers, des tote bags, des t-shirts, des affiches et même… des slips vous attendent (boxers et culottes étant actuellement en rupture de stock…) ! Des contreparties spéciales viennent même d’être mises en place pour les entreprises.

À noter : la campagne de crowfunding se termine le 30 octobre 2019.

Site Kengo.bzh pour contribuer à la campagne de crowdfunding 

Site de soutien à l’émoji drapeau breton 

Facebook association Point Bzh 

Un commentaire

  1. Pourquoi utiliser le Gwen ha du qui est un drapeau créé il y a moins d’un siècle par quelques nationalistes bretons aux engagements politiques sulfureux alors que le magnifique Kroaz du est le drapeau millénaire de la Bretagne ? Désolante réécriture idéologique de l’histoire…

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom