L’histoire débute en 1945 à Nag Hammadi. Sont découverts 12 ouvrages reliés en cuir… et un grand bout d’un 13e. L’ensemble forme une véritable bibliothèque gnostique.

Plusieurs de ces textes qui datent de l’Antiquité tardive étaient, avant cette publication, accessibles uniquement à travers les citations des Pères de l’Église. La Pléiade offre ici une nouvelle traduction remarquable de ces écrits discutés par les philosophes néoplatoniciens et les hérésiologues chrétiens.

De genres très variés (apocalypses, apocryphes, dialogues, révélations, homélies, évangiles, rites initiatiques…), ces écrits appartiennent à plusieurs courants. Multiples par essence, le gnosticisme n’a jamais constitué une religion institutionnelle.

Qu’est-ce que la gnose dont se réclament les gnostiques ? C’est le pouvoir pour l’homme de trouver en lui ce qu’il a de divin. Ce chemin vers la quiétude et la connaissance s’alimente, de façon combinée, des traditions authentiques des illustres ancêtres et de leurs révélations mystiques, mais aussi par la spiritualité intuitive enfouie dans chaque humain.

Voyage à travers la conscience et quête des livres emportés sont les deux faces indissociables d’une même remontée vers l’Être. Se connaître soi-même, c’est aussi bien connaître Dieu et le chemin de l’ascension, inverse de la déchéance d’ici-bas. L’extinction des communautés gnostiques n’a pas entrainé celle de la gnose : au seuil du XXIe siècle, l’espérance d’une connaissance entière et rédemptrice de la destinée humaine continue de baigner l’âme de notre humanité.

David Norgeot

  • 1830 pages
  • Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade
  • 74€

 

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom