En Ille-et-Vilaine, la droite perd en quelques jours ses deux ténors. René Couaneau et Pierre Méhaignerie ont annoncé qu’ils ne se présenteront pas aux prochaines législatives (voir nos précédents articles). La fin d’une époque pour René Couaneau, 76 ans et Pierre Méhaignerie, 73 ans.

À 70 ans passés, le Malouin et le Vitréen se retirent de la vie politique législative. « Je pense que les mandats publics ne sont pas simplement faits pour être exercés sans arrêt, » affirme René Couaneau dans les colonnes du Pays malouin, sous la plume de Nicolas Evanno. « Après 39 années de mandat parlementaire, il faut savoir transmettre le flambeau, » reconnaît Pierre Méhaignerie, dans les colonnes d’Ouest-France, sous la plume de Bertrand Bonnenfant.

méhaignerie, couaneau, ump, politique, législatives, arrêt
René Couaneau, député de Saint-Malo, cesse toutes activités politiques.

Nos deux hommes feraient-ils preuve d’une grande sagesse ?  « J’entends ce qui se dit sur le renouvellement des générations, » affirme Pierre Méhaignerie. « Ma femme et mes enfants m’ont rappelé que les valeurs que je défends ne se résument pas simplement à un discours, mais surtout à des travaux pratiques… » A contrario, René Couaneau fait valoir la fin d’une mission. « Dans la vie, il n’y a pas que les affaires publiques. Je sais que l’opinion et les journalistes ne sont pas habitués à ce qu’un homme politique réputé encore actif annonce ainsi son retrait. Mais c’est pourtant aussi simple que cela. »

À quelques semaines à peine des élections législatives, les deux ténors tirent leur révérence dignement, le plus dignement possible. Tous deux évitent peut-être et surtout une raclée politique… Car dans un contexte national peu favorable à la droite, leur victoire n’était pas du tout assurée, mais pas du tout… « Ce sont de fins politiciens, » reconnaît un politologue. « Ils quittent la scène au bon moment. »

« Après moi, le déluge… »

A plus de 73 ans, tous les deux, Pierre Méhaignerie et René Couaneau laissent leur camp politique exsangue en Ille-et-Vilaine, sans tête de file. Faute d’avoir préparé leur succession, ils font prendre un risque énorme à la droite qui pourrait bien perdre coup sur coup la circonscription malouine (pas encore de candidats déclarés) et vitréenne (Isabelle Le Callennec, assistante parlementaire de Méhaignerie, serait candidate) lors des prochains scrutins électoraux.

Dans une région où la droite UMP n’a jamais réussi à s’implanter, où la droite centriste raflait la mise par des candidats charismatiques, la gauche pourrait bien se retrouver sans une vraie opposition. Un vrai boulevard pour les amis de François Hollande et de Martine Aubry dans le département de l’Ille-et-Vilaine.

Jean-Christophe Collet

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom