Avec Dogs, le premier film du réalisateur Roumain Bogdan Mirica, le spectateur renoue avec l’ambiance tendue des meilleurs westerns des années 50, sur fond de campagne désertique et d’autochtones inquiétants.cinéma film critique

 

dogs_bogdan-mirica_film-roumainPour un premier opus, ce qui marque le plus c’est la remarquable maîtrise du jeune cinéaste. Dans Dogs, les plans sont longs, précis, et participent efficacement à l’ambiance très particulière qui règne tout au long du film. Cette tension que l’on ressent dès le premier plan en forme de long travelling, dont on se demande où il va nous emmener, perdure tout au long de la projection. On ne s’ennuie jamais, on est maintenu dans un authentique suspens. Ce n’est pas un hasard si ce film a été récompensé d’un trophée important, le Prix FIPRESCI. Sur fond d’une Roumanie profonde, déprimante, et qui donne le sentiment qu’elle ne vit que d’expédients, des protagonistes aux profils médiocres s’agitent dans d’immenses paysages où ils paraissent abandonnés du monde et de l’histoire. Le personnage principal, Bogdan, (Dragos Bucur) vient d’hériter de son grand-père une ferme éloignée de tout, comptant à sa plus grande surprise, près de 500 hectares. Des questions se posent immédiatement, ce qui ne l’empêche pas d’en décider la vente, seulement voilà, cette perspective déplaît aux anciens complices du mystérieux grand-père qui avait fait de ce désert inculte le centre de nombreux petits trafics rémunérateurs. Si Bogdan est au premier plan, deux autres personnages viennent lui donner la réplique, le premier, Hogas, (Gheorghe Visu) un policier rongé par un cancer et bien des désillusions, le second, Samir, (Vlad Ivanov) une sombre brute, ex-adjoint du sulfureux grand-père. Comme il est juste de ne pas l’oublier, « Police », la chienne du défunt, qui ne cesse d’aboyer, semble un trait d’union entre tous ces personnages déroutants.

dogs_film-roumain_bogdan-mirica_cannesSi Dogs est qualifié de drame, l’humour n’en est pourtant pas absent. Pas plus que la violence d’ailleurs. Lorsque le policier retrouve une chaussure contenant un pied non identifié, il se livre pendant une scène de près de cinq minutes à un décorticage minutieux susceptible de vous faire éclater de rire comme de vous porter le cœur au bord des lèvres. De son côté, l’affreux Samir, règle ses comptes à coup de marteau dans la figure, comme une maîtresse d’école tapoterait affectueusement la mimine d’un jeune élève récalcitrant. On en reste un peu bouche bée. Le côté très arriéré de ces paysans d’Europe de l’Est, rudes et sans finesse, nous renvoie immanquablement aux tortionnaires du film américain « Délivrance », où la cruauté, comme la violence, sont des modes d’expression recevables voire d’une absolue banalité. Ce côté western, on le retrouvera jusqu’à la dernière scène à l’occasion de laquelle le policier demande au voyou s’il ne craint rien sur terre et que celui-ci lui rétorque

Je n’ai peur que de Dieu, mais Dieu a peur de moi.

Si cela ne s’appelle pas du pastiche, alors qu’est-ce que c’est ?
Malgré un travail de mise en scène minimaliste, une grande liberté laissée à la caméra pour se hasarder dans des paysages dignes de l’Ouest américain, on reste étonné par la qualité de l’ensemble et la réelle intelligence du travail produit. Le happy end est absent et c’est une très bonne chose, mais permettez-nous de ne pas vous en dire plus et de vous inviter à aller voir Dogs, premier film d’un jeune réalisateur étonnant et très prometteur.

Film Dogs Bogdan Mirica, sortie en salle le 28 septembre 2016, durée 1H44

Réalisateur : Bogdan MIRICA
Scénariste(s) : Bogdan Mirica
Producteur : Elie Meirovitz (EZ Films)
Casting : Dragos Bucur (Roman), Ghorghe Visu (Hogas), Vlad Ivanov (Samir)
Images : Andrei Butica
Son : Sam Cohen
Distributeur : Bac Films

Titre original :  Câini

Prix :
Prix Arte (International Relations Award) au Cinelink à Sarajevo 2015.
Prix FIPRESCI (Fédération Internationale de la Presse Cinématographique) , compétition Un Certain Regard, Cannes 2016
Transilvania Trophy (Prix du Meilleur Film) au Transilvania International Film Festival 2016 (Roumanie)
Mention spéciale du Jury au Festival du Film de Sarajevo 2016
Le tournage s’est tenu en Roumanie, dans les environs de Buzau et de Bucarest, en juillet 2015.

 

[embedyt] http://www.youtube.com/watch?v=-RzY2LaNfq4[/embedyt]

Jusqu’en 2005, Bogdan Mirica était éditeur, rédacteur publicitaire et romancier, puis sa passion pour le cinéma l’a conduit à l’Université de Westminster à Londres, où il s’est spécialisé dans l’écriture de scénarios. Après ses études, il retourne en Roumanie, où il travaille en tant que scénariste. Il a écrit les scénarios de deux longs métrages (en 2009 et 2013) et d’une série comique (2012), une série criminelle commandée par la chaîne HBO – Roumanie (2013). En 2011, Bogdan Mirica écrit et réalise son premier court métrage BORA BORA, avec lequel il a gagné le Prix du meilleur court métrage européen au Festival Premiers Plans d’Angers ; le Prix du meilleur court métrage roumain au Festival du film de Transylvanie. Il a été sélectionné à de nombreux festivals, dont Locarno, Varsovie et Thessalonique. Dogs est son premier-long-métrage.

Laisser un commentaire