Dimoné sera en concert à Rennes le 9 juillet dans le cadre de Transat en Ville. Si la moustache “glamour” ne fait pas un Nick Cave, la guitare Gretsch ne fait pas un David Edwards, les textes en français décalés et poétiques ne font pas un Bashung, un Murat ou un Bouaziz. Mais… Dimoné a tout ça. Et il en fait quelque chose… d’ébouriffant.

 

Dimoné par Aurélie Piau
Dimoné par Aurélie Piau

Bref, comparaison n’est pas raison. Mais si la sensation ne vous lâche pas d’avoir à faire à un Pierre Vassiliu qui ferait du Jeffrey-Lee Pierce plus pop et en français vous êtes surement sur la bonne voie ! Aussi sombres que sautillantes, aussi ironiques que poétiquement décalées les chansons de Dimoné se meuvent dans un large spectre musical, blues rock épicé, pop-folk déhanchée de griot méridional. Humour désenchanté et blessure sentimentale font la ronde dans une mosaïque brûlante, trépidante et grinçante. Entre contes groovy et imprécations tout en swing, Dimoné assume la folie des mots et la fougue de la diction toujours en adéquation avec les mélodies serpentines, à la fois, outrageusement entêtantes et sérieusement (im)pertinentes.

Dimoné, qui nous enjoint de soigner nos rêves, a appliqué la formule et particulièrement soigné les arrangements et la production de son album Bien hommé, mal femmé dimoné rennes(prix Charles Cros 2014). C’est précis et précieux sans trop étouffer l’énergie blues rock quasi chamanique qu’on sent poindre dans les accords et les sonorités des guitares. Pourtant c’est sur scène que s’impose l’inventive plasticité de son répertoire et cette réussite qui consiste à faire sonner et résonner la langue française sur des musiques aux influences vastes et remuantes.

C’est avec les titres de cet album cavalcade que Dimoné, le dandy démon décalé, repart à l’assaut des scènes estivales. Il fera escale le jeudi 9 juillet à Rennes dans le cadre des désormais institutionnels Transat en ville. N’espérez pas rester très longtemps vissé à votre fauteuil de plage lorsqu’il entamera son fameux Encore une année… Une sérieuse fièvre de juillet va s’abattre sur les pavés rennais ! Vous êtes prévenus !

Dimoné Bien Hommé Mal Femmé, Estampe 13 octobre 2014, 15 euros
Transat en ville, 9 juillet 2015

1. Un homme libre 3:32
2. Soiñons nos rêves 3:51
4. Les triples axel 3:32
5. Chutt chutt shut up
6. Les idées brunes 3:30
7. Chanson d’amour 4:01
8. Maquille-moi 3:24
9. Encore une année 5:46
10. Pas Manhattan 4:09
11. Les buissons serrés 6:04

Dimoné chante à Rennes son démon Bien Hommé Mal Femmé was last modified: juillet 7th, 2015 by Thierry Jolif
La culture est une guerre contre le nivellement universel que représente la mort (P. Florensky) Journaliste, essayiste, musicien, a entre autres collaboré avec Alan Stivell à l'ouvrage "Sur la route des plus belles légendes celtes" (Arthaud, 2013) thierry.jolif [@] unidivers .fr

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom