De son vrai nom Josh Martin, Daughn Gibson affiche une particularité. Il n’a jamais quitté sa Pennsylvanie natale – comme en témoigne son chaleureux accent du nord-est américain – et il y compose toujours uniquement chez lui. Avant de faire cavalier seul, il a été batteur dans le groupe Pearls and Brass. Rencontre  d’un subtil équilibre entre une voix rauque et une sincérité touchante.

 Celui qui a été routier, parmi des centaines de petits jobs, se réjouit de vivre aujourd’hui de sa musique. (Il fait également partie d’un groupe de funk dans sa ville.) Mais pourquoi la batterie ? La passion est née après avoir vu alors qu’il était ado une vidéo de You Could Be Mine de Gun’s and Roses. Il nous a d’ailleurs livré le secret d’un bon batteur : « Tout est dans le poignet ! ». Selon Daughn Gibson, un bon batteur doit jouer fortement tout en semblant jouer doucement.

L’artiste a sorti son premier album All Hell en 2012, et c’est durant l’été 2013 qu’est sorti Me Moan, album dont la jaquette intrigante représente une église miteuse de Pennsylvanie sous une lumière violette. Daughn Gibson a voulu représenter la vision d’un primitif qui, découvrant la religion, aurait la conscience peu tranquille.

S’inspirant de la scène anglaise et d’artistes allant de Nicolas Jaar à Blawan, Daughn Gibson avoue sans rougir que « quand tu commences à faire de la musique, tu copies ce que tu aimes jusqu’à ce que tu te trouves ». Agréable simplicité.

Il semblerait d’ailleurs que Daughn Gibson se soit trouvé. Ses compositions font montre d’une originalité indéniable. L’Amérique est partie prenante de la musique de Daughn Gibson, qu’il s’agisse des accents de blues ou des éléments de country, recouverts d’un voile de musique électronique. Il ne s’agit pas de chauvinisme, Daughn Gibson n’est pas de ces Américains qui afficher un drapeau sur le fronton de leur maison.

Certains comparent sa musique à celle qu’aurait pu composer Johnny Cash à l’heure de la musique électronique. Si la comparaison pourrait paraître trop flatteuse, les très bons morceaux Me Moan, comme Phantom Rider, pourront convaincre les plus sceptiques.

daughn gibson

 

 

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom