mer 8 février 2023

Rennes. Le Festival Waterproof montre les multiples visages de la danse

Le festival Waterproof plongera Rennes dans la danse du 28 janvier au 5 février 2023. Copiloté par le Triangle – cité de la danse et Danse à tous les étages, L’intervalle – Scène de territoire de Noyal-sur-Vilaine et l’Opéra de Rennes, l’événement annonce un marathon des danses pendant neuf jours. 47 rendez-vous, dans 14 lieux, forment une programmation plurielle et réjouissante dans un croisement des disciplines et une découverte des cultures chorégraphiques. Petit tour d’horizon des propositions.

Une vague de danse réjouissante et divertissante enveloppera prochainement la population rennaise et alentour, entraînée par la troisième édition du festival Waterproof. Pendant neuf jours, l’événement envisage les multiples approches chorégraphiques dans le but de donner à voir la diversité des visages de la discipline. 21 spectacles et performances seront proposés dans 14 lieux, croiseront les disciplines et inviteront à découvrir différentes cultures chorégraphiques. Une palette riche de créations qui promeut la transversalité et la diversité des arts. « 23 partenaires participent à la dynamique de la programmation, aux échanges, aux expérimentations, aux passerelles entre la danse et d’autres disciplines qui permettent de révéler des images de la danse et de faire des correspondances », déclare Patrice Le Floch, directeur du Triangle – cité de la danse, structure copilote de l’événement.

Pendant neuf jours, les acteurs culturels rennais mettront à l’honneur la pluralité de la danse et la richesse de l’art chorégraphique d’aujourd’hui et demain. Ce dernier prendra différentes formes, se déclinera en plusieurs supports dans un croisement fertile, révélateur de toute l’inventivité créative des artistes.

Danse et musique se mêleront dans Cadeau, récital chorégraphique pour deux pianistes mardi 31 janvier 2023, une coopération avec le festival Autres mesures et le conservatoire de Rennes. Ce récital chorégraphique est un projet créé en 2012 par le pianiste, compositeur et chorégraphe Aurélien Richard (compagnie Liminal) et Mié Coquempot (K622), décédée il y a trois ans. Dix ans plus tard, l’homme aux multiples casquettes reprend la proposition avec le pianiste Melaine Dalibert. Ensemble, ils questionnent le rapport au corps du musicien. « Ce cadeau, c’est faire entendre la danse et écouter la musique. » La composition musicale sera partiellement improvisée et puisera dans des références aussi diverses que Jean-Sébastien Bach et Françoise Hardy. Ce cadeau très inspiré se divisera en trois parties : le petit K-Do avec Aurélien Richard et Melaine Dalibert, un concentré de la pièce originale, et deux pièces musicales avec Sisters, composée et jouée par Melaine Dalibert, et Paradis 2 d’Aurélien Richard.

Le spectacle Poufs aux sentiments, mercredi 1er février, est quant à lui une rencontre amusante entre art chorégraphique et arts plastiques. Ni interprète, ni chorégraphe, le duo Clédat et Petitpierre est à l’image de ces artistes pluriels à la Steven Cohen et Gisèle Vienne, des artistes inclassables et qui ne veulent pas l’être. Les deux artistes associés du Triangle – cité de la danse nous ont habitué à leur univers subtilement fantasque qui questionnent la transdisciplinarité et s’en amusent. Dans la continuité des Vénus et des Baigneurs, ces derniers étant aussi invités à parader, cette nouvelle pièce chorégraphique est l’invitation à découvrir un voyage unique et onirique qui rend hommage à l’amour.

Le public assistera aux interactions de deux gros personnages aux perruques extravagantes, une référence au « pouf », mode capillaire à la cour de Versailles, dans un spectacle qui parle d’amour. Pendant une heure, les deux créatures se meuvent dans un écrin de verdure aux allures de labyrinthe avec légèreté et fantaisie. « Le duo s’amuse à troubler les frontières entre animé, inanimé, humain, robotique et végétal », précise le directeur du Triangle.

Waterproof emmènera ensuite son public de l’autre côté du miroir avec Wonderland de Sylvain Huc, une interprétation libre et abstraite d’Alice aux pays des merveilles de Lewis Caroll. Le chorégraphe, très inspiré par les arts-plastiques, s’approprie ici l’œuvre de James Turell, un plasticien sculpteur de lumière, pour une traversée abstraite et illuminée. Dialoguant avec les lumières et le son, deux danseuses évoluent au plateau, dans un monde en constante évolution, tantôt enchanté, tantôt cauchemardesque. « Des univers lumineux vont modeler, influencer la danse qui se transformera, comme l’histoire d’Alice. »

À ne pas manquer également la Compagnie On Off, maîtresse dans l’art des spectacles de rue originaux où chacun se déhanche au son des musiques populaires et entraînantes. Au programme de cette troisième édition, Le Municipal Bal, une proposition des Tombées de la nuit que les Rennais connaissent dans sa version mobile. En juillet 2020, la compagnie avait circulé avec énergie et bonne humeur dans les rues de la capitale bretonne. Concert théâtralisé et dansant, la version en salle de ce bal endiablé se déroulera à la salle de la Cité pendant 3 h, où petits et grands s’ambianceront à l’écoute de tubes variés : Lady Gaga, James Brown, Joe Dassin, Queen, Daft Punk.

La danse est plurielle, mais aussi culturelle, empreinte de l’héritage du pays, de ses traditions. En ce sens, Waterproof sera l’occasion d’approcher d’autres cultures chorégraphiques.

Dans le cadre de l’exposition Oui ! Du Refus Global au temps de l’inclusion et de la fluidité des genres, au Frac Bretagne et Musée des beaux-arts de Rennes, sera proposée la performance Danseurs du ciel de Barbara Kaneratonni Diabo, chorégraphe des Premières Nations, terme qui désigne les peuples autochtones du Québec et du Canada. « Le Refus global est un mouvement québécois radical sous la forme d’un manifeste en 1948, une publication secrète à Montréal qui remet en cause des valeurs traditionnelles du Québec », souligne Patrice Le Floch. « Il encourage l’ouverture de la société à la pensée internationale et la liberté individuelle. »

Barbara Diabo vient de la nation mohawk, ancêtres des Iroquois, et, dimanche 5 février, elle envoûtera le public avec le pow-wow ancestral, ancêtre du hula hoop. Une danse rituelle qui se réalise avec des branches d’arbres pliées et nouées pour en faire des cerceaux, dans l’idée de faire revivre les morts, de les revivre avec leurs corps étendus, de les rappeler pour les célébrer. « Les danseurs traditionnels multiplient les cerceaux, comme les plumes dans les coiffes. Plus on est un danseur confirmé, plus on danse avec une quantité de cerceaux », nous informe Virginie Combet, de Ciné-Corps et cocommissaire d’exposition avec Sylvain Bleau de Cinédanse. Barbara Diabo viendra pour la première fois en Europe et en France et présentera sa performance à la mémoire de son grand-père, ferronnier mohawk disparu dans l’effondrement d’un pont en 1907, avec 32 autres hommes. La chorégraphe dansera avec 33 cerceaux pour honorer et faire revivre les 33 hommes qui ont péri.

barbara diabo
Danseurs du ciel, Barbara Diabo © Brian Medina

Proposé par le service culturel de l’université Rennes 2, L’appel à la danse au Sénégal de Diane Fardoun du collectif ScreenSkin s’inscrit dans une série de documentaires sur les danses à travers le monde. Le Tambour projettera le premier épisode réalisé au Sénégal, mardi 31 janvier. Cette série a pour but de capturer et immortaliser la beauté des moments dansés au cœur de l’action et révèle cet instant où la conscience laisse place à l’instinct, à l’identité, aux revendications, aux traditions et à l’évasion. Car au final, pourquoi les gens dansent-ils ? La réponse au festival Waterproof !

festival waterproof rennes

Festival Waterproof, du 28 janvier au 5 février 2023, dans 14 lieux à Rennes et Rennes Métropole.

Découvrez toute la programmation de Waterproof

Billetterie en ligne

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Rennes
ciel dégagé
-1 ° C
0.3 °
-1 °
93 %
1.5kmh
0 %
mer
8 °
jeu
10 °
ven
11 °
sam
11 °
dim
3 °