Unidivers était représenté au Salon du livre de Paris 2012 par son infatigable globe-trotter, David Noergeot. Il a passé pour nous deux jours  à dénicher des bijoux, des promesses et des suprises… Résumé.

 A tout seigneur tout honneur, le stand de la Bretagne a mérité le premier détour. Plusieurs maisons étaient réunies, dont la jeune et prometteuse édition Goater. J’y ai découvert deux auteurs bien sympathiques. Bernard Enjolras, originaire de Trégastel, aborde l’univers local à travers une variété d’histoires avec un style original. Dans un genre différent, les publications des éditions Bookbeo, dirigées par Christel Le Coq, ont retenu notre attention. Ces éditions se sont lancées dans la littérature interactive. Le projet : un livre par en un iPhone qui scanne un code et affiche un contenu multimédia. Une innovation sans doute intéressante pour le jeune public et dans le cadre pédagogique. Christel Le Coq ayant eu l’amabilité de nous en offrir un exemplaire pour le tester, nous y reviendrons dans nos pages ultérieurement.

Agréable surprise : une librairie du Mans mettait en valeur les éditions JosephK qui a notamment édite le très intéressant autant que surprenant Kafka prince de l’identité de Jean-Pierre Gaxie. Le stand présentait des livres de qualité dont une prometteuse quadrilogie sur Paul Nizan (le 1er tome paru s’intitule Articles littéraires et politiques – 1923-1935)

Autre découverte plaisante sur le stand de Radio France éditions : Emmanuel Laurentin. Le sympathique journaliste animateur de l’émission de qualité La Fabrique de l’histoire était présent pour dédicacer deux de ses ouvrages : La France et ses paysans et Que doivent-ils à  l’histoire ? Deux ouvrages  sous forme d’ode à la mémoire vivante.

Clarisse Dollfus, responsable des publications de France Culture, a su mettre en valeur la vente de superbes coffrets d’entretiens et de confidences entendus sur les ondes de la chaine depuis son origine. À écouter notamment : Laurent Terzieff, la trilogie Jacques Chancel, François Mauriac, Théodore Monod, La Nouvelle vague, Sacha Guitry, Gaston Bachelard. Un stand à l’esprit exquis et délicat malheureusement gâché par la conduite méprisante de Jacques Attali et Stéphanie Bonvicini qui présentaient une série d’entretiens sur le thème de « la Consolation ».

Liana Levi qu’Unidivers affectionne est présente comme à son habitude. À ce propos, ne manquez pas la parution du Sebastien Rotella dans quinze jours (voire notre article).

Actes Sud mettait bien en valeur les ouvrages de Sophie Calle.

La Roumanie remet au goût du jour les écrits intempestifs de Cioran.

Côté mangas, la série des Monster High s’affichait par l’intermédiaire de figurines japonaises, donc délirantes.

Autre rencontre délicieuse, Mandor alias François Alquier. Un écrivain sympathique qui vous apprend plein de trucs sur la vie – le tout servi par une vision zen et lucide du monde.  Si vous ne le connaissez pas, son bouquin est toujours en librairie et son blog est un petit coffre contenant des trésors musicaux et parfois littéraires.

David Norgeot

[stextbox id= »info » color= »0000ff »]

Bilan pour ce salon 2012
Points positifs :
– Organisation réussie
– Circulation aisée dans les allées (moins de monde que les autres années ?)
– Bonne qualité de la nourriture…
– Ambiance sympathique (à part Jacques Attali)
Points négatifs :
– 10€ l’entrée journalière du salon alors que les visiteurs viennent acheter des livres, est-ce bien attractif ?
–          Comme toujours, certains stands et auteurs gagneraient à faire un stage centré sur humilité.
– Toujours la même moutonnerie sur les gros stands et, inversement, une présence famélique sur les petits.
Pour finir,  une question sans réponse : pourquoi autant de monde sur le site de G. Joseph ?

[/stextbox]

 

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom