Le mercredi 14 mai aux Champs libres, l’illustre Jean-Sébastien Bach était l’invité d’honneur de L’heure musicale. Organisée dans le cadre d’un partenariat avec Les Concerts de midi, cette conférence-concert intitulée Le clavier de Bach proposait de revisiter les œuvres du compositeur ainsi que les divers instruments à clavier de l’époque. Rythmée par les explications d’Olivier Légeret et les passages en musique de François Dumont, « passion » était le leitmotiv de cette conférence.

Redécouvrir Bach

Olivier Légeret
Olivier Légeret

Dans une salle quasiment pleine, composée principalement d’adultes et de seniors, cette rencontre était de fait accessible à tous. Bourée d’humour et de simplicité, elle reposait sur une envie enthousiaste de partager l’histoire et la musique de Bach. Dans cet esprit, François Dumont cite une lettre de Mozart où le maître affirme avoir composé des concertos de telle sorte que le néophyte comme le connaisseur averti y trouvent chacun leur compte. C’est sur cette idée que les deux hommes et amis de longue date ont construit leur conférence.

Retraçant la vie de Bach et son époque, Olivier Légeret a surpris l’auditoire en précisant que Bach n’a jamais joui de son vivant de la réputation qu’il l’entoure de nos jours. Loin d’être perçu comme un maître dans son domaine, il était considéré comme… un médiocre ! À cette annonce, le public décontenancé rit nerveusement ou s’offusqua. Reste qu’il a depuis a influencé nombre de compositeurs, notamment par ses motifs religieux laïcisés ou non. D’où la fameuse citation de Cioran pour conclure : « S’il y a quelqu’un qui doit tout à Bach, c’est bien Dieu. »

Le clavier à l’écran

François Dumont
François Dumont

Cette heure musicale fut également dédiée aux instruments d’époque. Une présentation pédagogique d’orgue, clavecin ou, encore, clavicorde et piano qui ne sont apparus que plus tard. Le conférencier a détaillé les méthodes d’accordement et de transcription des partitions de l’un à l’autre. Situation qui éclaire le fait que Bach n’écrivait pas pour un instrument précis, mais sur clavier, avant d’échafauder de possibles transcriptions. Dans cet esprit, ses morceaux ont connu différentes adaptations jusqu’au piano actuel.

clavier, écran, bach, rennes, François dumont,olivier, legueret, BACHAutre particularité (nécessaire dans un monde de passerelles, de transdisciplinarité et de réalité enrichie) : un système de projection agrémentait la rencontre de vidéos et photos. À l’appui des explications, l’écran offrait en sus de suivre les mains du pianiste sautiller en direct. Pour l’anecdote, Olivier Légeret a conçu ce dispositif après avoir découvert durant ses recherches la vidéo d’un clavecin à deux claviers filmé du dessus. Trouvant ce mécanisme ingénieux, il décida de le reproduire pour l’occasion et remercie pour ce faire l’équipe technique des Champs libres.

À suivre…

Francois Dumont et Olivier Légueret
Francois Dumont et Olivier Légeret

Établir un lien entre un propos et un concert ; voilà comment se résume ce projet. Inscrite dans la série de récitals organisée par Les Concerts du midi, les amateurs qui n’ont pas pu assister à cette rencontre pourront toujours se rendre aux quatre représentations de François Dumont (le samedi 24 mai à 18h, le dimanche 25 à 11h30, le lundi 26 et le mardi 27 à 12h30 à l’auditorium de l’espace international Chateaubriand). Tout comme l’heure musicale de ce mercredi, les concerts porteront sur des compositions de Bach ainsi que des œuvres arrangées.

Mais ce n’est pas tout ! Sachez que d’autres projets sont déjà en préparation… Alors, n’hésitez pas à surveiller les agendas des Champs libres et des Concerts du midi dès la saison prochaine.

*

Le clavier de Bach aux Champs libres par Olivier Légeret et François Dumont

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom