Dans les hôpitaux et cliniques, les patients peuvent demander à être soignés par un médecin du même sexe. Toutefois, cette possibilité est conditionnée par le fait qu’elle ne nuise en aucun cas au fonctionnement du service ou à la qualité des soins.
À la suite de la circulaire N°DHOS/G/2005/57 du 2 février 2005 – laquelle énonçait le mode opératoire du principe de laïcité à l’hôpital – Claude Guéant vient d’ajouter un addendum.

Le ministère de l’Intérieur y rappelle que les cantines n’ont guère l’obligation de répondre aux demandes de repas confessionnels et que les personnels hospitaliers se doivent de respecter un principe de neutralité idéologique et religieuse en accord avec le modèle laïque français.

La circulaire relative aux cantines explique que « des demandes particulières, fondées sur des motifs religieux, ne peuvent justifier une adaptation du service public. » « Les collectivités locales disposent d’une grande liberté dans l’établissement des menus, et le fait de prévoir des menus en raison de pratiques confessionnelles ne constitue ni un droit pour les usagers, ni une obligation pour les collectivités ».

La circulaire consacrée à la laïcité à l’hôpital rappelle que les patients peuvent exercer « leur culte mais sans porter atteinte ni au fonctionnement du service, ni à la qualité des soins, ni aux règles d’hygiène, ni à la tranquillité des autres personnes hospitalisées et de leurs proches ».

Télécharger les deux circulaires : Laïcite&cantine

Laïcite&hôpital

Claude Guéant raffine la circulaire sur la laïcité de 2005 was last modified: juin 10th, 2012 by Nicolas Roberti
Animula blandula vagula : Âme de diaphane intimité, hôtesse et compagne de mon corps, tu verses vers des lieux délavés, escarpés et dénudés, où ne résonnent tes jeux d'esprit…

Laisser un commentaire